La septième vie de Patti Smith

 

Festival ZOOM #3 : du réel au poétique:

La septième vie de Patti Smith, un projet de Benoît Bradel, une performance musicale d’après Le corps plein d’un rêve et Les Sept vies de Patti Smith de Claudine Galea, adaptation de Benoît Bradel et Claudine Galea.

PS3A la fin des années 1970, raconte Claudine Galea, vivait dans un ancien village de pêcheurs à trente kilomètres de Marseille, une jeune adolescente maigre et timide de seize ans, l’auteure elle-même qui voulait faire de son existence, un temps dévolu au théâtre. Elle découvre la voix d’une femme plus âgée mais qui lui ressemble et qui, dès son premier disque, fut  consacrée rock star sur toutes les scènes du monde : avec Horses, Patti Smith pénètre alors dans la légende contemporaine.

 Pour l’adolescente de seize ans, amoureuse du poème  Roman  d’Arthur Rimbaud et de sa célèbre anaphore printanière : «On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans », la vie est un vertige bienfaisant, si on la propulse dans le temps futur. Mais «cette après-midi de 1976, sur  « la Côte Bleue », le vertige prend corps avec Patti Smith.» La jeune fille en quête d’elle-même, se sent renaître et s’éveiller, grâce à la voix sensuelle de la chanteuse qui l’attire:  une brûlure concédée par le magnétisme solaire  de cette voix regorgeant d’humanité.

 L’adolescente se réinvente, troublée par la force incandescente de l’audace féminine qui se livre à elle, rebelle à travers : «Jesus died for somebody’ sins but not mine ». Claudine Galea croise  dans une belle prose poétique, le récit autobiographique de sa jeunesse  avec la carrière fulgurante de Patti Smith, icône de la beat generation et compagne artistique de William Burroughs, Allen Ginsberg, Janis Joplin…

«Elle est célèbre, a des fans dans le monde entier, je ne suis pas une fan, je n’écoute pas de rock, je n’ai pas d’idole, je ne connais pas le sexe, la drogue, l’alcool, les boîtes de nuits. Je suis une oie blanche, elle était une star. » L’icône américaine emporte les foules dans les salles, puis se pose peu à peu des questions récurrentes sur sa vie sentimentale qu’elle ressent comme insuffisamment accomplie. Elle goûte les plaisirs de la littérature et apprécie le souffle novateur de Marguerite Duras.

 Patti Smith revendique encore un geste politique d’engagement dans sa génération à son dernier concert en 1979 à Rome, puis annonce son retrait de la scène, refusant le statut d’une rock star qui chante pour 80.000 spectateurs. Elle veut, dit-elle, s’adresser à chacun en particulier qu’elle ne regarde plus dans les yeux : «Life is beauty Life is grace Life is happiness I’m fond of life … » Ses amis : Brian Jones, Jimi Hendrix et Janis Joplin sont morts, et beaucoup de ses proches le seront aussi.

 D’autres voyages l’appellent : compagnonnage, mariage, maternité, petits travaux quotidiens dans une maison habitée par une famille. Mais Patti Smith remontera sur scène… Reste dans les mémoires sa colère contre Georges W. Bush, président des Etats-Unis de 2001 à 2009. Elle harangue cet irresponsable qui fait la guerre en Irak sur des arguments mensongers.

 Dans la mise en scène harmonieuse de Benoît Bradel, Marie-Sophie Ferdane, réservée, avec un beau sourire, est impliquée dans la musique admirablement servie par le cœur et le professionnalisme de Sébastien Martel et Thomas Fernier. Et elle s’amuse à jouer les deux figures féminines, à la fois autres et semblables. Inquiètes, engagées, sensibles à l’air du temps, elle mordent à belles dents l’existence  à la saveur rare…

 Marie-Sophie Ferdane raconte sa présence au monde, passe la parole à l’un ou l’autre de ses musiciens, déclame avec tact du Rimbaud, chante le rock and roll, murmure les psaumes de Patti, danse  avec une grâce habitée.

 Véronique Hotte

Spectacle créé au Théâtre Ouvert-Centre National des Dramaturgies Contemporaines, 2 bis Passage Véron, Paris XVIIIème,  du 22 au 30 mai.

 


Pas encore de commentaires to “La septième vie de Patti Smith”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...