Le vieux Locataire d’après Le Nouveau locataire d’Eugène Ionesco

Le vieux Locataire d’après Le nouveau Locataire d’Eugène Ionesco, adaptation et mise en scène de Cesare Lievi

 

©Anna Bausch

©Anna Bausch

Le spectacle est celui de la troisième année de l’Accademia Teatro Dimitri, conservatoire supérieur professionnel, située près de Locarno en Suisse italophone. Avec un cursus spécialisé et très reconnu dans le théâtre du corps.
Cesar Lievi a mis en scène une adaptation d’une pièce peu connue (1952) qui fait partie de la première période d’Eugène Ionesco (1909-1994):  celle de La Cantatrice chauve, de La Leçon, des Chaises, de Victimes du devoir mais aussi d’Amédée  et de Jacques ou la Soumission. Sur un thème proche de ces pièces, celui de la vieillesse et de la solitude : un locataire, assez âgé, habite un petit appartement, complètement isolé, incapable de s’adapter. « Inspiré, dit Cesare Lievi,  de l’univers métaphorique d’Eugène Ionesco et de ses pièces satiriques, philosophiques et clownesques, le spectacle évoque la culture européenne vieillissante, son incapacité à nouer le dialogue avec les nouvelles générations et à jouer son rôle de guide et d’inspiration qu’elle avait par le passé. »

Cesare Lievi, metteur en scène italien a fondé avec son frère Daniele le Teatro dell’Acqua dans les années 1980. Il est surtout connu pour avoir créé de grands opéras à Vienne, Hambourg, Berlin, Bâle… De 1996 à 2010, il a dirigé le Teatro Stabile di Brescia. Puis a été directeur général et artistique du Teatro Nuovo Giovanni à Udine (Italie). Et il a dirigé le travail final des élèves de troisième année de cette Accademia, avec une grande précision et un rare sens du pictural. Pas loin de François Marthaler avec un même sens de la dérision…
Imaginez-scénographie de Christoph Siegenthaler, Ricki Maggi et Carmelo Mulé-une pièce avec, sur chaque côté, une porte et au fond, une fenêtre sans vitres donnant sur un beau ciel bleu aux cumulus blancs. Il y ainsi une référence évidente à la peinture de René magritte mais aussi à la performance (le metteur en scène en avait créé à la Biennale de Venise autrefois) une jeune femme passe l’aspirateur à plusieurs reprises, même quand il n’est pas branché… Le spectacle tout entier est drôle, souvent plein d’espiègleries, avec une impeccable direction d’acteurs qui font un travail gestuel d’une rare élégance. Quelle beauté scénique !

 Le personnage principal n’est pas un vieux locataire mais un grand jeune homme en complet et chapeau melon noirs qui sait vite s’imposer. Mais avec tous ses camarades qui sont aussi très bien, ils réussissent tous (Mariyam Al-Baghdadi, Héloïse Dell’Ava, Vincent Gisi, Hannes Langanky, Alvise Lindenberger, Clarissa Matter, Faustine Moret, Michele Rezzonico, Olivia Ronzani, Leonti Usolzew) à imposer non un travail d’atelier mais un vrai et beau spectacle.

Malheureusement, nous n’avons pas pu savourer le texte inspiré de celui d’Eugène Ionesco mais en italien sans surtitrage avec quelques rares passages en français et en allemand ! Dommage ! On ne sait pas ce que deviendront ces jeunes gens mais ils auront en tout cas prouvé qu’ils avaient tous un professionnalisme évident.

 Philippe du Vignal

Spectacle vu au Théâtre de l’Aquarium le 29 juin, Cartoucherie de Vincennes.
Et ce vendredi 30 juin à 19h samedi 1er juillet à 20h, et dimanche 2 juillet à 16h.

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...