Festival Scènes de rue à Mulhouse

 

Festival Scènes de rue à Mulhouse

hqdefaultLes Filles du renard pâle de Johanne Humblet et Violette Legrand

Une funambule Johanne Humblet, issue de l’École du cirque de Bruxelles et de l’Académie Fratellini, s’installe sur son fil pour quatre heures ! Un peu crispés sur nos chaises dans un café, nous l’observons en-dessous du fil, danser, sauter, s’allonger avec une maîtrise incroyable.

La voix de la chanteuse Violette Legrand rythme ses évolutions, et le public retient  son souffle devant cette performance, mais, bon au bout d’une heure… nous partons à la découverte des vingt-cinq autres spectacles de ce festival !

Poilu, Purée de guerre de Nicolas Moreau

Beaucoup trop de monde pour que nous puissions bien percevoir les tribulations de ce poilu de la guerre de 14 ! Debout derrière de petits gradins, nous parvenons quand même à capter quelques bribes des paroles de Nicolas Moreau. Il reconstitue un champ de bataille, explosions et chairs déchirées, avec des pommes de terre, et nous entraîne dans les tranchées avec de simples cagettes. Mais, lassés de voir si peu de ce théâtre d’objets, nous le quittons  pour les autres spectacles qui ont lieu dans les rues de Mulhouse.

Zéro Killed  par Carnage Productions, mise en scène de Stéphane Filloque

Nous sommes convoqués devant un immeuble délabré menés par un groupe de neuf comédiens. Soit  quarante cinq minutes en immersion dans un univers clos, avec dehors, le chaos social. « Imaginez-vous faire partie d’un groupe de cent personnes qui demandent l’asile, mettez-vous dans la peau de quelqu’un de vulnérable face à une porte close, regardez-vous entrer à la hâte pour être sur d’être «admis», jouant des coudes, sans solidarité, de peur que … Vous y êtes, mais rien est joué , votre sort est entre les mains d’un groupe de dix jeunes gens, ce ne sont pas des soldats, des guerriers, mais ils sont armés et qui garderont-ils ? Quels sont leurs  critères ? »

 Ici, c’est marche ou crève, et la loi du marché dans des enclaves clandestines urbaines. Ils pénètrent dans cet immeuble, en ouvrent peu à peu les fenêtres et nous admonestent : « On est vingt, on a deux toilettes ». Une jeune femme descend du toit en rappel. On nous fait entrer par petits groupes dans des pièces délabrées où on nous délivre des discours obscurs, et on nous offre des chewing-gums.

Dans la première pièce, une fille ensanglantée se lave : « Mon domaine, c’est la beauté ! ». Elle ramasse sa lingerie, et nous changeons de pièce pour voir un tableau encore plus improbable, sur la période romantique allemande. Un homme la menace d’un revolver, elle s’enfuit, nous la suivons dehors. Il y a ici une forte présence dans ces tableaux sur la vie de réfugiés, et une fois sortis dans la cour, nous respirons enfin… soulagés du poids de ces migrations douloureuses.

Carnage Productions né en 1989, regroupe «une quinzaine d’imbéciles tous dévoués au ridicule et à l’humour cultivé, à force d’observation du monde qui les entoure». Stéphane Filloque revient à Mulhouse avec cette nouvelle création collective, inspirée des stages de survie sociale qu’il pratique depuis de nombreuses années.

 Las Vanitas par la compagnie Chris Cadillac.

Singulier, ce spectacle suisse, avec Cécile Druet, Sophie Lebrun, Mélanie Vinolo qui, d’emblée, ne s’avouent pas toutes comme faisant partie du jeu ! Une belle jeune femme en robe longue, au volant d’une voiture blanche, en ouvre la porte, fume une cigarette  et va danser avec un spectateur. Puis, elle  court sur place et s’écroule en hurlant : « Non, je suis en détresse ! ».

Une autre se détache du public,  et annonce deux thématiques, la fermeté et le cauchemar ! «Vous m’avez trouvée comment ? La féminité en tant que mère de famille ! » Et une troisième fille glousse en disant : «Le spectacle, c’est toi, c’est nous ! (…) C’est quoi ce délire, c’est le chaos (…) On me demande de venir sur scène, c’est quoi, ce routage de gueule ? (…) Je ne suis pas complètement prise au sérieux, alors que j’ai mis de la profondeur dans cette entreprise !».

D’abord déconcertés, nous nous laissons aller peu  à peu : ces Vanitas se donnent à fond dans un spectacle qui nous a souvent fait beaucoup rire. Mais  une partie du public a décroché…
 
Edith Rappoport

Le festival Scènes de rue à Mulhouse (Alsace) a eu lieu du 12 au 16 juillet.

 


Pas encore de commentaires to “Festival Scènes de rue à Mulhouse”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...