Trois hommes sur le toit, texte de Jean-Pierre Siméon

 

Festival d’Avignon suite et fin…

Trois hommes sur le toit de Jean-Pierre Siméon, mise en scène d’Emilie Charlier et  Loris Debrie

DSCN9082_editedLes chemins de traverse ont toujours du bon. Ce jour-là, l’annulation d’une  soirée d’Unwanted à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, et l’envie d’aller voir jouer un texte contemporain nous a poussés vers la proposition de la jeune Compagnie des Ambres. Belle surprise !

Ce huis-clos eschatologique de Jean-Pierre Siméon, critique dramatique et poète émérite, se déroule après le déluge, sur un toit : on y suit les échanges de survivants, Prof, Chef et Maurice. Trois personnalités, trois façons d’affronter la solitude et le désastre. Un seul pourra être sauvé, en marchant sur les eaux pour rejoindre une femme. Ne plus rien attendre que la mort, regarder passer des bourrasques d’espoir… L’atmosphère tragique de désœuvrement fait bien sûr songer à l’attente de Godot.

Chez Samuel Beckett, une feuille avait poussé sur l’arbre nu, mais ici, on observe avec désespoir, tomber la dernière. Scénographie efficace : un toit qui tient du bac à sable de béton et de la cour carcérale de promenade est efficace en diable, alliée à un magnifique travail sur le son. Le metteur en scène qui signe sa première adaptation, dirige aussi ses camarades rencontrés, pour la plupart, à l’école de théâtre parisienne des Enfants Terribles.

Certains viennent de l’humanitaire. Tous ont un profond désir de se confronter aux planches et se saisissent avec pertinence des différentes postures de leurs personnages : amour naïf, volonté de pouvoir, cœur fourbu… Leurs belles gueules cassées, singulières, nous fascinent: en particulier, Léo Henriot avec un regard abattu bleu acier et Samuel Etifier qui possède l’énergie d’un boxeur.

On n’entend pas toujours très distinctement Maxence Demonio, à la dégaine de punk avachi. Margaux Vallée fait une apparition aérienne, énigmatique et décalée à souhait. Ces quatre-là portent avec rage, plaisir et implication, un texte à qui on ne peut reprocher qu’une chute peu lisible.  Rencontre avec l’auteur, courtes vidéos de recherche visuelle sur le thème «avant le déluge» sur leur page Facebook … On sent que la Compagnie des Ambres possède un vrai désir de creuser la matière.

Stéphanie Ruffier

Spectacle vu au Laurette théâtre, Avignon  le 28 juillet

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...