Enfances, spectacle conçu par Françoise Morvan

 

Enfances, spectacle conçu par Françoise Morvan
 

©-Olivier-Troël

©-Olivier-Troël

Sous la lumière douce et ensoleillée de Bretagne, s’est donné aux Lieux mouvants ce spectacle en plein air  sur la lande verdoyante, à côté de la chapelle Saint-Antoine en Lanrivain, près de Rostrenen. Un rendez-vous privilégié avec le public  où sont évoquées les vacances en Cornouaille, avec une belle mémoire impressionniste de la fin d’une enfance.

L’illustration du paysage sonore d’un été en Bretagne se traduit ici par l’émotion que procurent, choisis par Françoise Morvan inspiratrice et fée inventive,  berceuses, appel de berger, gwerz, chanson d’amour, comptine mais aussi chants traditionnels de notre pays, et Lavandes en fleurs, une vieille mélodie anglaise qu’interprète ici en français comme en breton, Anne Auffret qui s’accompagne à la harpe, et Annie Ebrel. Un point de vue vérifié par un public venu nombreux et très attentif.

André Markowicz récite aussi des poésies bretonnes mais a choisi de dire en russe puis de le  traduire en français, un magnifique poème sur l’enfance de Boris Pasternak pour qui étaient importants, la nature et la proximité avec le vent, le ciel et le firmament, mais aussi la présence poétique d’un enfant serein qui dort. Aux côtés des interprètes, Frédérique Lory de l’école de musique de Rostrenen, joue du « marimba », un xylophone africain  avec un grand art.

Les souvenirs s’égrènent en un chapelet lumineux que les images ont à jamais fixé dans notre mémoire: bribes d’instants saisis par les jeunes enfants que nous sommes encore, pour avoir connu ce passage, une fois pour toutes. De longs tabliers bleus sèchent au soleil, dansant et chatoyant sous un vent discret qui pousse les nuages blancs dans l’immense ciel bleu. Sont là la chaleur et le soleil, le blé à point et l’état festif de vacances senties comme éternelles, alors que chacun va bientôt fermer sa villégiature…

Quitter les siens et les anciens, quitter l’été et le bonheur de laisser aller les jours, quitter la nature apaisante: la ville happe les vacanciers éconduits. Restent la résonance familière de l’horloge dans la maison de famille, une nature morte représentant une motte de beurre imposante, décorée d’ovales sculptés avec dextérité à la cuillère en buis.
 Parfums, senteurs, ombres, nous nous attachons à des détails picturaux : la lumière sur le velours bleu d’une robe, l’ombre d’un visage, les roses et dahlias que protègent du vent  de fins tuteurs, des mains noueuses aux veines sombres, et la peau lisse d’un visage, mais aussi le souvenir d’un aristocrate et de sa famille dans le voisinage, des contes et légendes d’enfance, et la beauté de la Nature qui console du temps qui passe, de la vie qui va. Bref, un temps fort de mélancolie fraîche, rieuse et atemporelle.

Véronique Hotte

Spectacle vu le 20 août, au festival des Lieux mouvants qui a lieu du 3 juin au 27 août, à  Saint-Antoine-en-Lanrivain (Côtes d’Armor).

 


Pas encore de commentaires to “Enfances, spectacle conçu par Françoise Morvan”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...