La Dame de chez Maxim

 

La Dame de chez Maxim  de Georges Feydeau, adaptation de Pamela Ravassard et mise en scène Johanna Boyé, création musicale de Mehdi Bourayou, 

19905098_10155462064496445_6063253759846776679_n-298x300Sept comédiens, un musicien interprètent les invraisemblables quiproquos de cette comédie étourdissante dansée autour d’un dispositif de trois chariots transparents mobiles, conçus par Jeanne Boujenah.
Difficile de démêler l’intrigue de ce ballet frénétique où l
e général Petypon, oncle à héritage,  revient d’Afrique. Ne se doutant pas des frasques de son neveu, il prend la Môme pour son épouse et Petypon laisse son oncle dans l’erreur. Gabrielle, la femme du Docteur, reçoit tardivement la lettre qui lui annonce le mariage. Elle part à son tour pour la Touraine. Mongicourt, apprenant le départ de Gabrielle, y part lui aussi.

Tous se retrouvent au château, où la Môme Crevette sème un charmant désordre. Les dames de province, prenant la Môme pour une Parisienne, se mettent, par snobisme, à l’imiter… On se perd facilement mais qu’importe dans ce ballet étourdissant et ridicule, à la recherche du sens  que pourrait avoir cette société bourgeoise en déroute. Longuement acclamé en ce soir de première, cette Dame de chez Maxim séduit par sa virtuosité technique, mais bon nous n’avons guère touchés par cette mise en scène

Edith Rappoport

 Théâtre 13 Jardin Paris jusqu’au 13 octobre

www.theatre13.com

 

 

 


Autres articles

Pas encore de commentaires to “La Dame de chez Maxim”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...