Peur(s)de Jalila Baccar et Fadhel Jaïbi

 

Peur(s)de Jalila Baccar et Fadhel Jaïbi, mise en scène de Fadhel Jaïbi

 

©Ahmed Meslamani

©Ahmed Meslamani

Un vent de tempête souffle dans la salle; sur le plateau, flotte une brume légère. Des femmes et hommes, en tenue de scouts, entrent, chahutés par lune bourrasque.

Ils ont perdu l’un des leurs; eux-mêmes perdus au milieu du désert tournent en rond dans la tourmente et leurs pas les ramènent toujours au même endroit.  Il y un hôpital désaffecté, emplis de squelettes… De ces aventuriers, nous saurons peu de chose. Partis insouciants du pire,  ils doivent maintenant y faire face. Au sein du groupe, des personnages émergent. Deux chefs, vite débordés par les événements, et une anthropologie narratrice qui tient son journal de bord, apporte ainsi, par son récit et ses réflexions une certaine distance dans ce chaos. Des personnes se faufilent dans les ruines à la recherche d’une issue… Reviendront-ils ? La révolte gronde contre les chefs…

Tout vient à manquer : eau, nourriture, et la peur s’insinue dans le groupe, prisonnier des sables et du froid. Reste la parole, un peu de poésie et d’humour. Mais les vieux démons se réveillent chez ces naufragés rendus à la vie sauvage. Une paranoïa collective les dresse les uns contre les autres, individu contre individu, clan contre clan. La solidarité s’effondre. On se bat pour un quignon de pain ou une goutte d’eau. « Je suis tombé dans un trou. Qui sommes nous, où allons nous ? » dit l’un d’eux. Sur ce ”radeau de la Méduse“, métaphore d’une société en crise, inventeront-ils de nouveaux repères ou crèveront-ils les uns après les autres ?

 La pièce, d’une noirceur extrême, se termine sur cette interrogation. Le jeu des acteurs qui poussent à bout leurs émotions sous l’effet de la panique, laisse éclater la cruauté et la brutalité des uns envers les autres. Une troupe que l’on avait déjà appréciée dans la création précédente de Djalilla Baccar et Fadhel Jaïbi. Avec Peurs, ces figures majeurs du théâtre tunisien ouvrent le deuxième volet d’une trilogie ancrée dans la réalité de leur pays. Violence(s) (voir Le Théâtre du Blog) fait état des exactions quotidiennes qui gangrènent la société, faute de cohésion. Ici, c’est un projet collectif ( l’expédition du groupe) qui vole en éclats faute de solidarité devant un état de crise. Basé sur des improvisations collectives, le spectacle, mis en écriture par Djalila Baccar, peine parfois à trouver son rythme, et, comme les protagonistes, à émerger d’une certaine confusion. Les individualités se dessinent peu à peu de cette gangue complexe. Mais, comme il s’agit d’une avant-première, on peut espérer que la pièce trouvera sa forme définitive en cours d’exploitation, prochainement en Tunisie.

 Avec une fin ouverte, Jalila Baccar, entend laisser place à l’espoir. Selon elle, la Tunisie, pour l’instant, a du mal à sortir d’une grave crise économique, mère de tous les maux. Les individus seront-ils condamnés à agir comme cette chatte rencontrée dans le désert qui dévore ses chatons? «Je lui ai demandé pourquoi. Elle a répondu ” : Les temps sont imprévisibles, j’ai peur qu’il leur arrive malheur, que le serpent les dévore.” » Ou bien réussiront-ils à refonder les règles nécessaires à leur survie sociale:  «1. Etablir une pacte d’honneur/ 2. Ne pas désespérer / 3. Partager» ?

L’avenir nous le dira. De lui dépend aussi la forme du troisième volet, auquel réfléchissent déjà les deux artistes dont les créations sont aujourd’hui produites par le Théâtre National Tunisien que dirige, depuis juillet 2014, Fadhel Jaïbi; il y a fondé l’École de l’Acteur et le Jeune Théâtre National. (voir Le Théâtre du Blog : Festival de Carthage 2016)

 Mireille Davidovici

La création du spectacle a eu lieu le 30 septembre, au Théâtre de l’Union à Limoges dans le cadre des Francophonies en Limousin 2017

 À partir du 6 octobre, au Théâtre National Tunisien 58 place Halfaouine Tunis T. : +216 71 565 693

 

 

 


Autres articles

Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...