Le Théâtre de l’Unité : dix-sept ans à Audincourt !

 

Le Théâtre de l’Unité : dix-sept ans à Audincourt !

 theatre-unite-17ans- Dix-sept ans déjà que le théâtre de l’Unité s’est installé à Audincourt dans les anciennes usines Japy, qui était à l’origine une fabrique d’horlogerie et qui a ensuite produit par milliers ces mythiques et efficaces machines à écrire comme entre autres celle dont se servait André Malraux. Pour célébrer cet anniversaire, Hervée de Lafond et Jacques Livchine ont organisé des  spectacles gratuits, les 7 et 8 octobre. Pourquoi Audincourt à quelques kilomètres de Montbéliard (Doubs) ?

Martial Bourquin, le maire d’Audincourt et maintenant sénateur, leur avait offert de venir dans sa commune. « Quand il a su que nous voulions quitter la région, après avoir dirigé la Scène Nationale de Montbéliard de 1991 à 2000, il nous a  offert, dit Jacques Livchine, un lieu magnifique pour nous retenir ici. Alors qu’on avait toujours eu plutôt l’habitude qu’on nous dise non. Et là, nous n’avons rien eu à demander ».

Le Théâtre de l’Unité a mis les petits plats dans les grands. Ils se sont installés en plein air sur l’Île aux Oiseaux jouxtant la Maison Unité, où ils ont installé le confortable salon de leur maison, autour du joli stand de Gourmandisiaque où Valérie officie, servant de délicieux blinis des nems préparés par Hervée de Lafond née au Vietnam, et un bortsch épluché toute la journée sous la direction de Nathalia, qui cuit dans une grande marmite. On peut donc se restaurer mais aussi acheter pour quelques euros des livres de l’immense bibliothèque dont l’Unité n’a plus l’utilité.

Dans l’allée qui jouxte le Doubs, cinquante-sept étiquettes sont  accrochées aux arbres,  celles des compagnies qui ont bénéficié de l’hospitalité du Théâtre de l’Unité, pour répéter dans le  studio des Trois Oranges et dormir au Château d’Hérimoncourt. On écoute le discours de Martial Bourquin. Et le lendemain, le théâtre de l’Unité signe avec la mairie d’Audincourt une nouvelle convention de dix-sept ans, c’est à dire jusqu’en 2.034. La Mairie n’a pas peur : Jacques et Hervée ne tiendront sans doute pas jusque à 90 ans !  La convention stipule tout de même que le Théâtre de l’Unité s’arrêtera… avec la disparition de l’un d’eux!

Comme le dit Jacques Livchine avec son humour habituel : «Nous avons fait une carrière à l’envers ». Enfin,  si l’on veut… Ils ont  donc un temps dirigé la Scène Nationale de Montbéliard, ont monté plus de soixante-dix spectacles de tout format et pour tous publics, en salle mais surtout en plein air,  soit courts soit parfois assez longs,  en France et aussi beaucoup à l’étranger.
Comme cet étonnant Macbeth dans la forêt. Ils ont aussi fait au festival d’Avignon une belle création,
Noce et Banquet, qui se déroulait en plusieurs lieux successifs, dont à la fin, le jardin d’une très belle maison avec un repas de mariage pour les spectateurs toute une nuit ! Ou créé en 2016, Le Parlement de rue, une expérience de démocratie directe théâtralisée. Le Théâtre de l’Unité, c’est un très long parcours avec des spectacles aussi loufoques que techniquement des plus solides. Comme ce brillant et très drôle abrégé histoire du théâtre: 2.500 à l’heure et un Avare de Molière très vivant qui a été leur premier spectacle et qu’il ont ensuite repris sous une forme différente, ou encore ce formidable Oncle Vania d’Anton Tchekov , une valeur sûre de leur répertoire qu’ils jouent dans un pré, ou dans un jardin devant une maison.
Lais aussi et encore un spectacle pour chiens et La 2 CV Théâtre pour un seul spectateur. Ils ont aussi enseigné à l’Ecole du Théâtre National de Chaillot; avec une fidélité exemplaire, ils ont souvent employé les stagiaires et les anciens élèves, des années plus tard. C’est aussi cela, le Théâtre de l’Unité: un compagnonnage permanent.

 Jacques Livchine et Hervée de Lafond  ont toujours imaginé un théâtre différent, qui a été ignoré, voire traité avec une certaine condescendance-logique encore-par la plupart des institutions et des directeurs de Centres Dramatiques Nationaux français! Une de leurs plus belles réussites aura été ces kapouchniks (en russe: soupe), une sorte de cabaret mensuel gratuit, dans leur lieu à Audincourt et parfois ailleurs, qui a connu très vite un grand succès et qui en est déjà plus de quatre-vingt éditions! Très tonique et d’un grand professionnalisme, mais préparé avec imagination par eux et par une dizaine de comédiens dans la journée ! Avec des propos souvent iconoclastes, des chansons et des sketches sur l’actualité la plus immédiate.

Ce qui nous frappe le plus dans cette démarche qui va plus loin que celles des théâtres institutionnels:  d’abord un profond engagement. Le Théâtre de l’Unité est une sorte de laboratoire qui a poursuivi ici, soutenu par la mairie d’Audincourt, l’expérience commencée à Montbéliard. En mettant en place une sorte d’apprentissage des vérités qui organisent la société. Ces deux jours, on on pouvait grignoter les nems d’Hervée, les blinis et le bortsch de Jacques, etc.  et voir six petits spectacles des compagnies qui ont travaillé ici en résidence (voir le compte-rendu d’Edith Rappoport).

Mais on pouvait aussi parler avec les habitants d’Audincourt et entendre Jacques et Hervée qui sont intervenus, non pour faire l’histoire du Théâtre de l’Unité mais pour faire sentir l’originalité de leur démarche, et parler de l’avenir. En ouvrant grandes les portes et en faisant confiance au public qui les suit. En dix-sept ans, ils auront réussi à donner vie à ces bâtiments anciens, à fédérer les énergies et à créer un potentiel artistique. Ce qui n’est pas rien. Etait là nombre de ceux qui y ont contribué pendant ces dix-sept ans: les  artistes  qui ont participé aux  Kapouchnik, ceux d’Oncle Vania à la campagne, de Macbeth en forêt, mais aussi ceux alors jeunes qui ont  suivi les enseignements des Ruches à chaque printemps.
Le Théâtre de l’Unité?  Une sorte de joker dans le spectacle actuel, et sans joker, nous le savons tous, on ne peut pas jouer aux cartes…

Jean Digne

Célébration des dix-sept ans à Audincourt du Théâtre de l’Unité, les 7 et 8 octobre.

 

 

 


Autres articles

Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...