Cassandre,d’après un texte de Crista Wolf,mise en scène d’Hervé Loichemol


Cassandre,d’après un texte de Crista Wolf, traduction d’Alain Lance et Renate Lance-Otterbein, musique de Michael Jarrel, direction musicale de Jean Deroyer, avec le Lemanic Modern Ensemble, mise en scène d’Hervé Loichemol

 

© Marc Vanappelghem

© Marc Vanappelghem

Troie a fini par tomber après un long siège. Cassandre, fille de Priam et d’Hécube, qui a été enlevée par  le roi de Mycènes, Agamemnon, et attend la mort. Elle se souvient de cette longue guerre  de dix ans, et essaye de comprendre quel a été son destin de femme et quels sont les mécanismes du pouvoir et les moteurs qui poussent des pays à entrer en guerre. Un écho lointain au dialogue d’Hector et d’Achille dans La Guerre de Troie n’aura pas lieu de Jean Giraudoux. Ce récit est à la base des cinq conférences de poétique données par Christa Wolf en 1982 à l’Université de Francort-sur-le-Main.

Le livre eut un grand succès dans les deux Allemagne quand il fut édité en 1983. Les prophètes, et maintenant comme on dit, les lanceurs d’alerte ont toujours été très mal vus par la société, la grande industrie et la classe politique qui, en général, pratiquent la politique de l’autruche et les laissent à une solitude totale avec de redoutables conséquences financières et morales pour leurs proches. Autrement dit: ce n’était vraiment pas le moment de parler, et vous allez le payer cher!

Crista Wolf (1929-2011), romancière et grande militante féministe, est très impressionnée par les héroïnes de la mythologie grecque dont Médée: « Ce qui m’a beaucoup intéressée et fascinée, c’est la théorie du bouc émissaire« . Mais aussi de la chasse aux sorcières qui frappe ces femmes et les gens qui osent dire une ou des  vérités qui dérange. Le compositeur Michael Jarrel  s’est inspiré de l’œuvre de Christa Wolf et en a tiré un « monodrame pour comédienne et orchestre » : “Cassandre sait l’avenir,dit-il mais n’empêchera rien. Ce qui fait écho à notre propre situation. À notre sentiment d’impuissance face à un monde dont nous devinons qu’il court à la catastrophe. À nos “plus jamais ça” que nous ressassons indéfiniment.” Sur un plateau nu avec au début un grand rideau rouge, et sur un praticable au-dessus et en fond de scène pour les dix-huit musiciens du Lemanic Modern Ensemble qui accompagner le texte que Fanny Ardant va dire un heure durant.

La comédienne en robe noire à l’impeccable diction et à la voix reconnaissable entre toutes,  a été elle aussi toujours fascinée par les personnages féminins de l’antiquité grecque; elle joua autrefois Deux Phèdre, mise en scène par Antoine Bourseiller, et Médée un opéra de Luigi Cherubini, et ici, cette jeune et malheureuse Cassandre qui sait  prédire l’avenir et le malheur même si jamais personne ne la croit. Cassandre  a aussi été enlevée et violée par Ajax, comme Perséphone par Hadès, Daphné par Apollon, ou Polyxène par Achille.“Il faut que chacun de nous soit éveillé, pour ne pas  laisser embarquer par des faux prophètes », dit Fanny Ardant, et dans les tragédies grecques, tout a été dit d’une manière magnifique. Il n’y a pas de perdants et de gagnants, pas de bons et de méchants.  Chez Crista Wolf, c’est la guerre de Troie vue du côté des perdants et en même temps,  elle dit aussi l’impuissance des vainqueurs ».

 Et cela donne quoi? Une sorte d’oratorio à une voix, mis en scène par Hervé Loichemol où la comédienne, debout en longue robe noire, dit une heure durant, le texte magnifique de Crista Wolf. Avec cette diction et cette voix rauque et chaude, immédiatement reconnaissable… Oui, mais voilà, la plupart du temps la musique de Michael Jarrel souligne trop les intentions du texte, sature l’espace et on a bien du mal à entendre le texte, même si la comédienne est équipée d’un micro HF, ce qui n’arrange pas non plus les choses, puisque cela uniformise sa voix. D’autant plus que Fanny Ardant a tendance à faire… du Fanny Ardant; on commence alors à s’ennuyer et on décroche assez vite! Dommage!

Le fan-club-très bobo et plus très jeune-de Fanny Ardant applaudit fort, le reste du public beaucoup moins!

Philippe du Vignal

 Le spectacle s’est joué au Théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet, Paris VIIIème du 18 au 22 octobre.

 

 

 

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...