Un Album de et avec Laetitia Dosch, co-mise en scène et aide à l’écriture d’Yuval Rozman

 

Un Album de Laetitia Dosch, co-mise en scène et aide à l’écriture d’Yuval Rozman

 

©Giovanni Cittadini Cesi

©Giovanni Cittadini Cesi

Laetitia Dosch, une actrice éclectique : le rôle principal de Jeune Femme de Léonor Serraille, caméra d’or au dernier festival de Cannes, mais aussi actrice de théâtre dans Mesure pour mesure de Shakespeare, elle joue aussi avec la compagnie des Chiens de Navarre ou avec Mélanie Leray. Performeuse, elle aime s’investir dans des partitions chorégraphiques et vocales, comme Laetitia fait péter

Elle joue aujourd’hui ce solo  inspiré par l’humoriste suisse Zouc bien connue dans les années 70 qui imitait et donc aimait bien les gens et ne les méprisait en rien. Sur une moquette rose bonbon, joli carré acidulé de chambre de petite fille, et un espace nu pour parents bourgeois attendris par leurs bambins, avec pour unique accessoire, un fauteuil Louis XIV dos à la salle, elle interprète quelque quatre-vingt personnages,  après avoir scruté fixement le public.

Souriante, mains dans les poches arrière de son jean, elle vagabonde sur le plateau, attendant sans impatience que les spectateurs s’installent jusqu’au dernier, et guette le top de départ d’une prestation comique singulière. Avec des personnages comme d’abord, une voyante désagréable et suffisante, les lèvres tombantes de contentement, vertigineusement émerveillée par elle-même. Elle prétend avoir prédit les dernières catastrophes enregistrées par l’Histoire, comme l’explosion des Tours jumelles à New York, et les attentats en France.

Tout va mal, et elle le sait : l’ambiance est à la tristesse, mais les occasions de rire ne manquent pas, avec des expressions qui nous libèrent de l’angoisse prégnante. Un psychanalyste s’installe sur son fauteuil, dos tourné comme il se doit, et, avec une voix de stentor, accuse son ou sa patient(e), un éternel enfant, de s’en référer toujours à la puissance maternelle. Et au téléphone, il réclame avec gourmandise à son boucher, les meilleurs morceaux.

Une femme se lève du fauteuil; sa mère, nonagénaire et mal en point à l’hôpital, a un sourire aux lèvres persistant et un rire furtif. Elle lui donne à manger à la petite cuillère : un exercice périlleux ! Elle l’imite avec la bouche crispée et les mains tendues et figées. Puis une bourgeoise épanouie fait visiter son grand appartement. Et un enfant d’un an s’essaie à la marche, jambes écartées, avec les cris afférents. Laetitia Dosch incarne successivement tous ces personnages qu’elle croque d’un geste sûr : son lycéen de fils vient lui dire qu’il va être père ! Une directrice de casting croit tout savoir sur les sentiments, la sincérité et la fausseté des émotions. Et il y a aussi une scène très crue, où un acteur porno est en pleine action, comme en passant. Une mère de famille, coincée dans un siège de TGV, répond au téléphone à son mari qui lui demande ce qu’il pourrait préparer aux enfants pour le dîner. Comme elle ne veut pas déranger ses voisins, elle répète : spaghettis puis flageolets et se lève pour prendre sa valise, le téléphone toujours à l’oreille. Existence urbaine stressante, conciliation entre vies familiale et professionnelle ardue : les personnages en difficulté s’en sortent pourtant.

 La comédienne se tord le visage, tendue à l’extrême puis ensuite apaisée, marche, danse, s’allonge, chute puis se contorsionne et jouant même au basket… A chaque personnage, des gestes ou une posture significatifs ; puis elle passe à un autre, comme dans l’écoute analytique, par association et glissement d’idées ou de mots. Le traitement scénique de cette galerie de figures cocasses est parfois un peu léger. Dommage ! D’autant plus que les portraits imaginés par la jeune actrice sont subtils. Mais plus approfondis, ils feraient davantage mouche sur le public…

 Véronique Hotte

 Théâtre du Rond-Point, 2 avenue Franklin-Roosevlet Paris VIIIème, jusqu’au 5 novembre. T: 01 44 95 98 21

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...