Festival Migrant’Scène

 

Festival Migrant’Scène

 La CIMADE qui s’occupe depuis longtemps des réfugiés, a organisé avec Culture et Démocratie une journée de débats et spectacles pour réfléchir à la pratique de l’art. R.E.S.F. s’occupe de jeunes majeurs menacés d’expulsion, et les premiers spectacles ont été présentés dans les réseaux militants depuis 2009, et des ateliers d’écriture ont été organisés chaque après-midi.

Les responsables de Clowns sans frontières créé en 1994 pendant la guerre en ex-Yougoslavie, font part de leur expérience. Ces professionnels bénévoles allaient dans les endroits de catastrophes, pour donner un peu de rire et de rêve aux enfants, et ce travail s’est prolongé pendant vingt-deux ans à l’étranger mais ils ont souvent aussi été appelés à Calais par Médecins du Monde mais aussi à Paris, dans le XIXème, où des enfants dorment dans la rue… Ces clowns font aussi un travail de lanceurs d’alerte en France…

Valérie de Saint-Do, critique et journaliste, évoque le travail de Good Chance Theater, dont les représentations ont permis des rencontres entre réfugiés.. Comment passer des témoignages à un plaidoyer politique? Comment arrêter des ordres ignobles? Il faut garder espoir et nous pouvons tous jouer un rôle. Alors que des milliards sont consacrés à la construction du Grand Paris qui risque de faire repousser les pauvres un peu plus loin en banlieue, il n’y a pas d’argent pour l’humain!

Le Nimis Groupe travaille en Belgique avec les sans-papiers. Au Centre ouvert de la Croix Rouge, il a créé Ceux que j’ai rencontrés ne m’ont peut être pas vu, une pièce donnée pour impossible à mettre en scène, pour interpeller les politiques. Avec pour thème, la vie d’une jeune femme, qui, à l’image de tant d’autres, a tout quitté pour rejoindre l’Europe, le spectacle nous fait vivre la traversée de ces êtres privés du droit de vivre.
Quelle humanité reste-t-il sur notre continent, en matière de politique migratoire? Le Nimis Groupe montre ici tout le mécanisme compliqué des rouages d’entrée sur le territoire,  alors que les dirigeants politiques veulent nous éclairer sur les enjeux économiques de l’Europe… L’Art peut rendre visible ce qui est invisible, et il faut que les artistes amateurs aient aussi un droit de cité dans les lieux officiels. Les chiffres ne peuvent pas rendre compte de la valeur du symbolique…

Edith Rappoport

http://www.festivalmigrantscene.org/

Le Festival a eu lieu du  18 novembre au 10 décembre  à la Villa Mai d’Ici à Aubervilliers (Seine Saint-Denis)

Ceux que j’ai rencontrés ne m’ont peut être pas vu, sera joué les 21 et 22 février à Arlon( Belgique). Et les 8 et 9 mars, au Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-Seine, le ​17 mars au Chanel à Calais, et les 27 et 28 mars au Granit de Belfort.

 


Pas encore de commentaires to “Festival Migrant’Scène”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...