La Réunification des deux Corées de Joël Pommerat, mise en scène de Nikos Mastorakis

 

La Réunification des deux Corées de Joël Pommerat, traduction de Marianna Kalbari, mise en scène de Nikos Mastorakis

 korea©stavroshabakis-25La pièce (2013), créée ici pour la première fois en Grèce, se compose de vingt instantanés, des épisodes autonomes mais qui gardent toutefois une espèce d’interdépendance et qui offrent une réelle unité au texte. Joël Pommerat tisse une fable, en partant du personnel pour arriver aux grandeurs du général. Il avance dans la dramatisation à pas lents mais décidés. Tout en révélant les éléments constitutifs de ces instantanés, l’auteur place son public face à la vie intérieure de ses personnages, et nous incite à trouver la solution convenable, d’abord  par la raison, puis grâce à son imagination, nous amène enfin dans le cadre du faisable.

 L’auteur français met l’accent sur le manque d’affection des gens qui ne communiquent pas entre eux, même s’ils se rencontrent souvent tous les jours. Et il avance très loin dans le psychisme de l’homme ordinaire qui s’oblige à suivre ses habitudes devenant chez lui comme une seconde nature.  Il cherche ainsi à rétablir la notion de la différence,  grâce à laquelle  nous pouvons nous sentir libérés et intègres.

Joël Pommerat provoque la conscience même de l’homme et exerce sur l’existence même, une critique dépourvue de tout bavardage,  en étendant les concepts, ce que favorise de façon continue sa mise en scène, par le biais d’un tribunal. Ses personnages rêvent d’un rapprochement entre eux, même s’il devient de plus en plus utopique. Alors, il leur faut porter plainte… Et  gagnera, celui qui présentera les meilleurs arguments. Cependant, tout est possible et baigne dans l’incertitude  et le doute.  

Le spectacle de Nikos Mastorakis est une révélation pour les spectateurs grecs, grâce à une belle scénographie : un labyrinthe métallique symbolique. Grâce aussi à sa mise scène:  il insiste sur la question du doute ressemblant pour lui à une sorte d’essence vénéneuse distillée  en douceur mais très efficace. Au fond, il y a toujours, selon lui, un manque: d’amour, de justice, de sincérité, d’héroïsme, etc.

Gerasimos Genatas, Cléon Grigoriadis, Ioanna Mavrea, Loukia Michalopoulou, Konstantina Takalou, Théodora Tzimou et Thanos Tokakis incarnent les personnages dont ils soulignent toutes les nuances des sentiments. Mais en défendant leur propre personnalité d’acteur.

Un spectacle à ne vraiment pas manquer !

 Nektarios-Georgios Konstantinidis

 Théâtre Technis Karolos Koun, 5, rue Pesmazoglou, Athènes. T. : 0030 210 32 28 706

 

 

 

 


Archive pour 29 décembre, 2017

La Réunification des deux Corées de Joël Pommerat, mise en scène de Nikos Mastorakis

 

La Réunification des deux Corées de Joël Pommerat, traduction de Marianna Kalbari, mise en scène de Nikos Mastorakis

 korea©stavroshabakis-25La pièce (2013), créée ici pour la première fois en Grèce, se compose de vingt instantanés, des épisodes autonomes mais qui gardent toutefois une espèce d’interdépendance et qui offrent une réelle unité au texte. Joël Pommerat tisse une fable, en partant du personnel pour arriver aux grandeurs du général. Il avance dans la dramatisation à pas lents mais décidés. Tout en révélant les éléments constitutifs de ces instantanés, l’auteur place son public face à la vie intérieure de ses personnages, et nous incite à trouver la solution convenable, d’abord  par la raison, puis grâce à son imagination, nous amène enfin dans le cadre du faisable.

 L’auteur français met l’accent sur le manque d’affection des gens qui ne communiquent pas entre eux, même s’ils se rencontrent souvent tous les jours. Et il avance très loin dans le psychisme de l’homme ordinaire qui s’oblige à suivre ses habitudes devenant chez lui comme une seconde nature.  Il cherche ainsi à rétablir la notion de la différence,  grâce à laquelle  nous pouvons nous sentir libérés et intègres.

Joël Pommerat provoque la conscience même de l’homme et exerce sur l’existence même, une critique dépourvue de tout bavardage,  en étendant les concepts, ce que favorise de façon continue sa mise en scène, par le biais d’un tribunal. Ses personnages rêvent d’un rapprochement entre eux, même s’il devient de plus en plus utopique. Alors, il leur faut porter plainte… Et  gagnera, celui qui présentera les meilleurs arguments. Cependant, tout est possible et baigne dans l’incertitude  et le doute.  

Le spectacle de Nikos Mastorakis est une révélation pour les spectateurs grecs, grâce à une belle scénographie : un labyrinthe métallique symbolique. Grâce aussi à sa mise scène:  il insiste sur la question du doute ressemblant pour lui à une sorte d’essence vénéneuse distillée  en douceur mais très efficace. Au fond, il y a toujours, selon lui, un manque: d’amour, de justice, de sincérité, d’héroïsme, etc.

Gerasimos Genatas, Cléon Grigoriadis, Ioanna Mavrea, Loukia Michalopoulou, Konstantina Takalou, Théodora Tzimou et Thanos Tokakis incarnent les personnages dont ils soulignent toutes les nuances des sentiments. Mais en défendant leur propre personnalité d’acteur.

Un spectacle à ne vraiment pas manquer !

 Nektarios-Georgios Konstantinidis

 Théâtre Technis Karolos Koun, 5, rue Pesmazoglou, Athènes. T. : 0030 210 32 28 706

 

 

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...