D’après Ce que je lisais aux morts de Wladyslaw Szlengel, adaptation et mise en scène Justine Wojtyniak

 

Ce que je lisais aux morts, d’après le recueil de poèmes de Wladyslaw Szlengel, adaptation et mise en scène de Justine Wojtyniak

M2018-Théâtre-Cabaret dans le ghetto - credit Cie retour d Ulysse 1Dans le joli studio du Théâtre de l’Épée de Bois, trois acteurs mettent en vie les poèmes de Wladyslaw Szlengel, né à Varsovie en 1911 et exécuté par les nazis dans le ghetto de cette ville, lors du soulèvement en 1943. Cet écrivain et acteur juif écrivit ces poèmes en polonais, récités par les habitants qui y étaient maintenus prisonniers. Redécouverts après guerre, ces textes furent enfin publiés.

Il avait créé une revue satirique quotidienne au célèbre café Sztuka (L’Art), accompagné par le pianiste Wladyslaw Szpilman, le héros du film Le Pianiste de Roman Polanski. Cette revue connut  une grand succès dans le ghetto qu’il peint avec un humour caustique. «Le rire, écrivait-il, est la seule arme dont nous disposons, nous nous moquons de la mort et des décrets nazis. » (…) « Le macabre est tragiquement grotesque, tout cela, je le lisais aux morts/ Et les vivants/ Pourquoi/ Pour que les vivants ne perdent pas espoir. »

Ici, sous la direction de Justine Wojtyniak, trois interprètes en parlé-chanté-dansé, rendent vie à ses poèmes. La metteuse en scène et narratrice, porte ici les paroles du poète avec un troublant accent polonais mais pas toujours très audible, accompagnée par Gerry Quévreux (le poète), Stefano Fogher (le musicien) et les voix d’Halina Birenbaum et d’Armel Veilhan. Ce texte, porteur de vie, n’a rien de désespérant, malgré la fin tragique inéluctable qui attend le poète. « Le monde s’ouvre de toute part/Le monde est un énorme piège/Je ne sais pas si ça sera mieux ou pire/Au revoir, ma casquette. »

Malgré ses imperfections, on se plonge avec bonheur dans le beau souffle de vie de ce spectacle.

Edith Rappoport

Théâtre de l’Épée de Bois, Cartoucherie de Vincennes, jusqu’au 27 janvier. T. :  01 48 08 39 74
Ce que je lisais aux morts est publié aux éditions Circé.  19 €. 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...