Cosmos 1969 – La bande originale de la mission Apollo 11, conception et direction de Thierry Balasse

©Thomas Leblanc

©Thomas Leblanc


Cosmos 1969-La bande originale de la mission Apollo 11
, conception et direction de Thierry Balasse

 

Entre 1958 et 1975, cette aventure humaine et technologique a mobilise plusieurs  dizaines de milliers de personnes pour aboutir à son point culminant en juillet 1969 avec l’exploration  à physique de la lune Tenant en haleine des millions d’auditeurs et spectateurs pendant les quelques jours de la mission. Neil Amstrong, Edwin Aldrin et Michael Collins, sont les trois astronautes de cette étape centrale du programme permettant  au deux premiers de se poser sur la lune, d’y  faire des expériences et d’y prélever des échantillons de sol. Michael Collins lui les attendait dans le module en orbite autour de la lune.
 A Houston (Texas) dans la salle de contrôle, se relayaient quatre équipes, dont une ( Flight) en charge du décollage dirigée par Gene Kranz. On demande aux responsables des postes de surveillance de la mission la confirmation de l’étape suivante à déclencher : « go » ! ou « no go » ! Se font entendre alors , comme venues de loin des voix en américain, toujours aussi audibles, celles de chacun des chargés de communication avec le mobile de navigation et avec le module lunaire, du médecin, de la navigation du module lunaire,  du contrôle des trajectoires, de l’ordinateur de bord,   et du dialogue avec les astronautes. Une équipe technique et scientifique nombreuse et efficace.

 Les regards du public sont captés par les synthétiseurs et appareils électro-acoustiques de Thierry Balasse, en pantalon sombre et chemise blanche. La machine infernale et musicale clignote de ses petites lumières colorées, avec Eric Groleau à la batterie et Eric Lohrer à la guitare, musiciens-chanteurs, vêtus de leur combinaison spatiale et de chaussures de sécurité. Au lointain, sont projetées des images d’archives, dont le départ de la navette spatiale aux moteurs vrombissants et laissant surgir des volumes impressionnants de fumée.

Dans les airs, l’équilibriste et trapéziste Fanny Austry joue comme avec l’apesanteur, se tourne et se retourne, avec sauts arrière et avant, dans une lenteur étudiée. Un spectacle aérien de grande maîtrise, accompagné de chansons contemporaines à l’événement et interprétées par Elisabeth Gilly, Cécile Maisonhaute et Elise Blanchard: Set the control for the heart of the sun et Echoes des Pink Floyd, Space Oddity de David Bowie, Epitaph de King Crimson, Ilyana et Armstrong de Thierry Balasse, Because des Beatles. Et O Solitude d’Henry Purcell (1684).

Une plongée vertigineuse dans une machine musicale à remonter le temps. «C’est, a dit alors Neil Armstrong, un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l’humanité. »

Véronique Hotte

Spectacle vu le 23 mars au Théâtre de la Cité internationale, 17 boulevard Jourdan Paris XIVème.

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...