Longueur d’ondes, mise en scène de Bérangère Vantusso, inspiré du documentaire radiophonique Un Morceau de chiffon rouge

©JM Lobbe

©JM Lobbe

 

Longueur d’ondes, mise en scène de Bérangère Vantusso, inspiré du documentaire radiophonique Un Morceau de chiffon rouge de Pierre Barron, Raphaël Mouterde et Frédéric Rouziès

En mars 1979, au cœur du bassin sidérurgique, Radio-Lorraine-Coeur d’Acier, l’une des premières radios libres, a été fondée par la C.G.T. à Longwy (Meurthe-et-Moselle) pour lutter contre les fermetures d’usines sidérurgiques et suppressions d’emploi en rafales prévues sans état d’âme par le gouvernement Raymond Barre, sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing. Elle commence à émettre, animée par deux journalistes professionnels, Marcel Trillat et Jacques Dupont.
Radio-Lorraine-Coeur d’Acier diffusait quelques heures par jour mais illégalement, à partir de la mairie de Longwy-Haut, à parti d’un émetteur placé sur le clocher de l’église… À chaque tentative d’évacuation par les CRS, on sonnait le tocsin, et des milliers de personnes venaient alors protéger le studio dont la chanson Le Chiffon rouge de Michel Fugain et Maurice Vidalin était l’emblème. Mais, à l’été 80, les nouveaux dirigeants de la CGT évincent les deux journalistes et modifient le contenu de cette station qui perd de son influence et qui sera évacuée début 1981 par les C.R.S. François Mitterrand, nouveau Président de la République, va enfin à Longwy en octobre de la même année pour soutenir les ouvriers sidérurgistes mais il les trahit ensuite, préférant suivre une décision européenne! Après six mois de luttes intenses, les ouvriers ont pu partir à cinquante ans avec 90% de leur salaire.

Il y a deux ans, la biennale Odyssées en Yvelines passait commande à Bérangère Vantusso, comédienne et marionnettiste, d’une pièce pour adolescents. Et elle choisit alors de faire dire une histoire remontant à son  enfance dans le bassin minier lorrain, en s’inspirant de la tradition du kamishibai japonais, une pièce de théâtre sur papier, ici mise en images par Paul Cox. Un narrateur conte une histoire en faisant défiler de grands dessins dans un cadre en bois, sorte de roman graphique que l’on effeuille, tout en parlant.On voit ici des paysages de ruines, on entend l’interview d’un orphelin de guerre…
Hugues de la Salle et Marie-France Roland jouent avec des châssis aux beaux dessins «naïfs » évoquant les luttes ouvrières, la naissance des premières radios libres, dites pirates.Le spectacle retrace le parcours de cette formidable station ouverte  à tous sans distinction, sauf à l’extrême-droite, qui était une  source d’espoir, avec mots d’ordre, photos, dessins. On y découvrait la force de la solidarité, la libération de la parole des femmes: on parlait sexualité, travail  mais aussi déjà nécessité de protéger les immigrés.

Trois radios associatives ont travaillé sur les archives et on a fêté en 2011, les trente ans des radios libres. Au débat qui suivit la représentation, Marcel Trillat a rappelé que les usines sidérurgiques était aussi un enfer pour les ouvriers…
Un spectacle bien servi par Bérangère Vantusso, et à à ne pas rater, quand il sera repris.

Edith Rappoport

Le spectacle s’est joué au Studio-Théâtre de Vitry,  du 23 au 25 mars. T. : 01 46 81 75 50.

-Un Morceau de chiffon rouge, documentaire audio réalisé par Pierre Barron, Raphaël Mouterde et Frédéric Rouziès,  Editions Vie Ouvrière, 2012.

-Lorraine cœur d’acier,  film de David Charrasse, Rodolphe Di Sabatino, et Denis Pierron.

-Une radio dans la ville, film  d’Alban Poirier et Jean Serres.

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...