Hektor, conception et mise-en-scène d’Olivier Meyrou

Hektor  conception et mise-en-scène d’Olivier Meyrou

  matias-pilet-dans-hektor-la-nouvelle-creation-dolivier-meyrouDans les jardins du Montfort, sous un chapiteau, le public regarde, perplexe, une tente, unique décor, puis dans le noir, attend impatient de découvrir le spectacle dont la magie opère dès  que l’espace s’éclaire, et sur une musique burlesque au piano, style film muet de Charlie Chaplin, apparaît Hektor courant sur place à toute vitesse. En manteau de flanelle gris, sac au dos, bouteille d’eau et pancarte Freedom  à la main, il s’enfuit. Mais vers où ?

 Une suite de situations burlesques ou tragiques attend notre héros d’hier et d’aujourd’hui,  déjà exilé ou migrant. L’entrée d’Hektor, comme la scène après la tempête, ou bien encore celle du chien: autant de moments de poésie, d’humour et de mélancolie. Mais aussi de réflexion sur notre monde qui ne tourne pas rond ! Seul en scène, Matias Pilet ne cesse magnifiquement de danser, jouer, et ruser avec sa tente. Cet abri se transforme soudain en une sorte de tortue et autres…  Cette complice d’Hector partage avec lui les intempéries mais aussi celle de son cœur, ses émerveillements,  angoisses et espoirs…

Pas une parole mais des bruitages, sons, et musiques au piano ou encore joué a l’accordéon Emportés par la foule, et Your’re all the world to me chanté par Fred Astaire,  ou vers la fin,  L’Agietto de La Symphonie n°5 de Gustave Mahler, comme un rappel dela fin bouleversante de Mort à Venise de Luchino Visconti), donnent à l’existence  d’Hector, et à son voyage, un écho universel. Sa vie peut un jour devenir la nôtre…

Dans une mise en scène sensible et toute en lumière et grâce à la présence de Matias Pilet, ce spectacle réunit une fois de plus le cinéaste Olivier Meyrou et l’acrobate. Le duo nous avait déjà étonné, notamment avec TU en 2017, au Cent-Quatre. Avec presque rien comme scénographie, et une énergie sans pareil,  Matias Pilet possède une puissance acrobatique et corporelle impressionnante.  Comme dans Emportés par la foule à l’accordéon !  Cette création nous touche et nous fait rire aussi.  Il y a de la beauté : celle d’Hektor et de sa fuite, celle de la vie coûte que coûte… Et une grande poésie dans ce spectacle original et politique, à la fin particulièrement belle. Intelligence et émotion sont au rendez-vous, et le cinéma partage avec subtilité la piste du chapiteau. Olivier Meyrou continue à nous surprendre et à nous réjouir. Un peu à la manière d’un magicien, il sait faire partager les bruits du monde, des plus légers aux plus graves, et toujours au plus proche du monde contemporain.

Elisabeth Naud

Spectacle joué au festival (Des) Illusions: Théâtre, Danse, Cirque, jusqu’au 25 mars, au Monfort théâtre, 106 rue Brancion Paris XVème. T. : 01 56 08 33 88.

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...