Vera de Petr Zelenka, mise en scène d’Elise Vigier et Marcial di Fonzo Bo

 

Vera de Petr Zelenka, traduction d’Alena Sluneckova, mise en scène d’Elise Vigier et Marcial di Fonzo Bo

98AEFB67-A911-4FE4-A652-2886C4A4F585Reprise de cette comédie féroce d’une réelle actualité, créée en France en 2016 (voir Le Théâtre du Blog). Petr Zelenka, un auteur tchèque caustique avec ses rêves, son amour de la littérature et de l’art, ses excès et sa propension à rire, égratigne à la fois bourreaux et victimes d’une société libérale qui va mal, et où chacun essaye ici de tirer à soi les marrons du feu.

Karin Viard interprète Vera, une redoutable et flamboyante directrice de casting grisée par sa réussite, a le sentiment de dominer le monde et les autres. Petr Zelenka manie avec verve l’humour noir, le tragique comme le burlesque, pour raconter la chute d’une femme que rien ne semblait pouvoir arrêter sur la route du succès… Argent, pouvoir, médiatisation, statut social: tout, dit-il, peut s’acquérir si l’on joue le jeu. Mais Vera, aveuglée par ses gains, devient une marionnette aux mains de ceux à qui elle s’est vendue.  Et la petite fille  qui voit ses jouets se casser  subitement, perdra tout ce qu’elle croyait avoir gagné ! Karine Viard investit avec fracas le plateau du début jusqu’à la fin, avec tout l’instinct et les réflexes d’une femme à la prétendue réussite sociale et financière. Même quand, sincère, elle essaye de préserver son affection  pour un père malade et capricieux. L’actrice joue très bien cette audacieuse Vera, jamais tranquille, jamais sûre de sa tranquillité ni de la moindre victoire,  et qui veut toujours dominer les autres comme ils l’ont autrefois dominée…

Une danse macabre et drôle qui raconte la violence de l’ultralibéralisme, la perte des repères et l’a aveuglement. Grâce à la scénographie de Marc Lainé et Stephan Zimmerli, le public est convié à prendre un ascenseur ultra-moderne avec les relations affairistes et peu fréquentables de Vera. Ces gens que l’on voit filmés, ont, jamais libres de leurs gestes, des tenues loufoques et caricaturales, et sortiront de l’ascenseur pour pénétrer directement dans le  vaste Bureau de la Communication dirigé par Vera. Chacun croyant vivre un épanouissement personnel grâce aux jeux miroitants de l’argent !

Elise Vigier et Marcial di Fonzo Bo, directeur du Centre Dramatique National de Normandie s’en donnent à cœur joie pour se moquer des plus faibles. Pierre Maillet s’amuse à mimer les victimes avec brio. Rodolfo de Souza incarne un ex-cador avec une belle patience agacée. Lou Valentini offre un exemple du tonique des jeunes générations.

Satire efficace, mais aussi leçon de vie, Vera est racontée par six acteurs jouant à un rythme soutenu plus de vingt personnages accompagnés, du sourire au tragique, par des chansons de Pierre Notte.

Véronique Hotte

Théâtre de Paris, 15 rue Blanche, Paris IX ème, jusqu’au 12 mai. T. : 01 48 74 25 37.

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...