Formosa par le Cloud Gate Dance theatre de Taïwan

Formosa par le Cloud Gate Dance theatre de Taïwan, (sur-titré en français et anglais)

Lin Hwai-Min, le directeur artistique de cette compagnie va prendre sa retraite en 2020 et présente probablement l’un de ses derniers spectacles grand format, dans le cadre de la programmation hors-les-murs du Théâtre de la Ville.

Après Rice (voir Le Théâtre du Blog), le chorégraphe continue de nous surprendre. Une très astucieuse projection de calligraphies chinoises en fond de scène et sur le sol constitue le  seul décor visuel, et une voix off dit un  texte en mandarin.  Les vingt-quatre interprètes évoquent par leur gestuelle, les situations quotidiennes, symboliques et imaginaires, de la vie sur l’île de Formose, ancien nom de Taïwan… Des femmes semblent reproduire les gestes quotidiens de la campagne comme dans le Sacre du Printemps,  et des groupes s’affrontent dans des combats stylisés. Une danse vive et délicate, inspirée des arts martiaux et du Qi Gong, gymnastique traditionnelle chinoise.

Le Théâtre de danse de la Porte des nuages, (traduction littérale du nom de la compagnie), créée en 1973 mérite bien son nom. Ce spectacle d’une heure dix, beau mais un peu abstrait, constitue un véritable voyage dans le temps et l’espace.  Et les images de la fin nous transportent en bord de mer, où l’océan semble tout emporter par son flux et son reflux, laissant le public dans un état de méditation  et de nostalgie.

Jean Couturier

Le spectacle a été joué à la Grande Halle de la Villette, Paris XIX ème, du 30 mai au 2 juin.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...