Nefès une pièce de Pina Bausch, par le Tanztheater Wuppertal

(C) Jean Couturier

(C) Jean Couturier

Nefès une pièce de Pina Bausch, par le Tanztheater Wuppertal

«Depuis neuf ans, elle … , j’espère pouvoir vous retrouver dans un autre monde » : une danseuse du Tanztheater de Wuppertal parle ainsi de Pina Bausch, disparue en 2009.  Nefès, créée en mars 2003 à Wuppertal et reprise pour la première fois,  et l’ombre de la chorégraphe plane toujours mais pour combien de temps encore?

Plus de la moitié des vingt danseurs présents sur scène ont connu la chorégraphe et perpétuent son langage singulier. Cette pièce de deux heures cinquante avec entracte, est née d’une tournée du Tanztheater à Istanbul  et les  tableaux évoquent les bains et hammams.

 Au centre du plateau vide, limité côté jardin par un long voile descendant des cintres, une marre d’eau qui se forme progressivement et permet de beaux effets visuels quand les danseurs la traversent. De nombreux soli d’une grande beauté ponctuent le spectacle et certaines scènes abordent la question de la domination des hommes, dans cet univers de femmes sensuelles.

 Le rythme d’ensemble est lent, plus proche de la méditation dansée que d’une performance sauvage, même si certains soli masculins surprennent par leur folle énergie.  Quelques scènes de groupe possèdent toujours cette puissance hypnotique sur le public, en particulier le final. La musique de Tom Waits et de  l’Istanbul Oriental Ensemble induit chacun des mouvements mais il y aussi nombre d’autres morceaux.

 Cette œuvre, qui ne fait pas partie des créations majeures de la chorégraphe, a été remontée grâce au travail minutieux d’Helena Pikon et d’autres anciens danseurs de la troupe. Mais la salle du Théâtre des Champs-Elysée est sans doute trop vaste pour  percevoir les gestes intimes des danseurs. L’année prochaine, toujours dans le cadre de la programmation hors-les-murs du Théâtre de la Ville, le Tanztheater Wuppertal présentera deux œuvres chorégraphiées par Dimitris Papaioannou et Alan Lucien Øyen. On verra si l’éternelle passion du public parisien pour ce magnifique groupe de danseurs perdure encore… 

 

Jean Couturier

Théâtre des Champs-Elysées,  15 avenue Montaigne Paris VIII ème , jusqu’au 12 juillet.

Theatredelaville-paris.com 

       


Archive pour 4 juillet, 2018

La vie de Molière, sur une idée de Frédéric Mauger, mise en scène de Gilles Martin

F5E299C5-6127-4A8E-8CEA-D57782C92AA6

La Vie de Molière, sur une idée de Frédéric Mauger, mise en scène de Gilles Martin

Cela se passe au domaine de Saint-Cloud comme depuis cinq ans.  Les Trois Clouds, une troupe de vingt amateurs ont donné deux représentations par jour d’un spectacle-balade  en  hommage à Molière.« Nous essayons de faire vivre les lieux du domaine, dit Frédéric Mauger,  à travers des personnages historiques qui ont un rapport et une histoire avec Saint-Cloud. » Cela se passe  en plein air- et c’est gratuit- sur l’esplanade de l’ancien château.

Il y a quatre petits épisodes dans quatre lieux du domaine de Saint-Cloud qui attirent nombre de promeneurs ou de coureurs Nous suivons sous une pluie fine les sept comédiens qui retracent les étapes de la vie de Molière: Des étapes dans ce parcours : les années de jeunesse, Je serai comédien, Les années difficiles.  Jean-Baptiste Poquelin vient de perdre sa mère mais le jeune garçon, refuse d’être tapissier comme son père et veut être comédien. Il préféra vite aller sur les grands chemins pour jouer dans des conditions parfois difficiles et faire rire le public populaire. Puis Molière eut la charge de la troupe officielle de Monsieur, frère du roi et propriétaire du château… de Saint-Cloud. Comme à Versailles, il connaîtra aussi des échecs avec des tragédies, mais un vrai succès avec des farces qui déchaîneront les rires de la Cour. Le voilà lancé, jusqu’à sa mort en scène ou presque, quand il jouait Le Malade imaginaire.

Nous suivons les acteurs dans les allées du parc, accompagnés par un ensemble musical (Nicolas Wenderbaum, Christine Giovannetti, Jeanne Quinette, Juan Sandoval et Bertrand Palanque).Mais nous sommes obligés de nous réfugier sous les arbres à cause de la pluie qui, heureusement,  s’arrêtera pour un final réjouissant. On apprécie le véritable engagement de ces acteurs amateurs …

Edith Rappoport

Le spectacle s’est joué les 23, 24, 30 juin et le 1er juillet. et sera repris en septembre.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...