De l’avenir du Théâtre de l’Aquarium et de la Cartoucherie en général

aquarium

De l’avenir du  Théâtre de l’Aquarium et de la Cartoucherie en général

 Cela devient comme une tradition: le Ministère de la Culture prépare ses coups tordus  pendant l’été … Souvenez-vous : Jacques Toubon, le ministre de l’époque, mettait fin pour d’obscures raisons, au mandat de Jacques Lassalle, administrateur de la Comédie-Française. Pour éviter les réactions, il l’avait l’annoncé juste avant la fin du festival d’Avignon ! Bonjour le courage…
 C’était aussi il y a bien longtemps mais nous ne l’avons pas oublié : Michel Guy, voulant virer-  mais sans succès devant la liste impressionnante des pétitions de soutien- Guy Rétoré, alors directeur du Théâtre de l’Est Parisien situé à l’endroit de l’actuel Théâtre de la Colline, pour mettre à sa place Marcel Maréchal !  Encore plus récemment, Catherine Marnas, pourtant choisie par un jury, pour être directrice du Théâtre de la Criée à Marseille, est remplacée par Macha Makeieff, grâce à un tour de passe-passe du cabinet de la Ministre. Même chose pour Guy Freixes, choisi par un jury pour diriger le Centre Dramatique de Vire, puis écarté juste après par le Ministère… Bref, une spécialité bien française !

Bon cette fois-ci  encore une histoire de nomination au programme des festivités ministérielles, avec, en prime, la possible disparition du Théâtre de l’Aquarium, à la Cartoucherie de Vincennes. Devant le tollé général de la profession et de la critique, (voir Le Théâtre du Blog),  l’éviction de François Rancillac, son directeur, avait été reportée, et l’individu responsable de cette connerie exemplaire que la Ministre de l’époque, visiblement peu au courant, avait dû avaler, fut  exfiltré en douceur et recasé à Radio-France. Bravo !

Le délai venant cette fois à expiration, François Rancillac quittera normalement ses fonctions fin décembre, et la Mairie de Paris à qui appartient le site de la Cartoucherie (même s’il est situé dans le bois de Vincennes, son adresse officielle est: Paris XIIème). Cela se fera en accord avec le ministère de la Culture qui, lui accorde les subventions- une situation  ubuesque, là aussi bien française! Sera alors décidé l’avenir de l’«ensemble immobilier n°4 » ! (sic). Et a donc été lancé un appel à projet, pour cet Aquarium, une ancienne et immense salle d’usine que des fous exemplaires transformèrent il y a un demi-siècle, en un vrai théâtre, qui connut de belles réussites. Dirigé par Jacques Nichet, ex-directeur du groupe de théâtre de Normale Sup/rue d’Ulm, rejoint par Didier Bezace et Jean-Louis Benoît.

 La suite, on peut la craindre ! Elle n’ira pas dans le sens d’une direction artistique mais d’une gestion : c’est très mode!  Choisie par un jury dont le ministère  de la Culture n’a pas caché la composition mais ne l’a pas annoncée non plus! Merci pour la transparence… Mais le Théâtre de l’Aquarium l’a amplement fait savoir: soit quatre représentants de la Ville de Paris, quatre, du Ministère, trois, des théâtres de la Cartoucherie avec Ariane Mnouchkine (Théâtre du Soleil), Antonio Diaz Florian (Théâtre de l’Épée de bois), Clément Poirée (Théâtre de la Tempête),  et l’un des fondateurs de l’Aquarium ou son représentant légal.

Bien entendu, nous avons toutes les raisons d’être très méfiants et Françoise Nyssen, ministre de la Culture n’a pas daigné évoquer, du moins à notre connaissance, le devenir de l’Aquarium. Sera-t-il victime comme c’était dans les tuyaux du Ministère, il y a un peu plus d’un an, d’une baisse radicale de subventions puis transformé vite fait  en lieu de résidence de compagnies? Ce qui manque cruellement à Paris. Oui,  rien n’est gratuit en Macronie, et on peut craindre que la Mairie de Paris comme l’Etat louchent ensemble du côté d’un projet immobilier. Les raisons d’être inquiet ne manquent donc pas..

 1) Le prix du terrain à Vincennes ne cesse d’augmenter. Et le site de la Cartoucherie qui s’étend sur plusieurs hectares! est tout proche de celui, immense de l’Institut National des sport qui accueille quelque six cent sportifs et sportives de haut niveau, dont quatre-cent internes, et cent cinquante cadres techniques sportifs.  Et, au cas où vous ne seriez pas au courant, Paris accueillera les Jeux Olympiques. Il y aura donc un réel besoin de locaux en tout genre.  Pas de parano… mais suivez notre regard.

Evidemment, on nous rétorquera sans doute qu’il s’agit d’hypothèses de travail comme on dit dans le beau monde. Mais n’empêche, à la Mairie de Paris, le service des Sports et celui de la Culture ne sont pas étanches, et on peut craindre que l’avenir des sites de la Cartoucherie, réhabilités par des théâtreux passionnés à la fin du XX ème siècle, ne pèse alors pas bien lourd dans la balance de la raison municipale et dans celle du Ministère de la Culture. Et dans quelques années, Ariane Mnouckhine, sa directrice, qui a une influence majeure, quittera son cher Théâtre du Soleil dont l’avenir sera alors des plus incertains. Elle a déjà, en tout cas, de bonnes raisons de se méfier… Même si ce Trésor national vivant du théâtre occidental parait encore intouchable.  Mais le Ministère de la Culture, quand il s’agit de faire des coups pas nets, a souvent une imagination débordante…

 2) Et  l’ensemble du site de la Cartoucherie pourrait être reconverti, du moins en partie: cela, semble-t-il, aurait déjà été évoqué par la Mairie. Mais pour le moment, botus et mouche cousue, impossible de rien savoir, du moins officiellement! Quant à l’Etat qui avait vendu, sans aucun état d’âme et pour se faire du blé, ce petit bijou qu’est l’hôtel particulier de la rue Saint-Dominique, il s’épargnerait les subventions de fonctionnement des cinq sites théâtraux de la Cartoucherie. Ce serait alors gagnant-gagnant, à la fois pour la Mairie qui récupérerait ses billes, comme pour l’Etat- le Président des riches l’a clairement laissé entendre-  est toujours à la recherche d’argent…

 3) On a aussi l’impression que les services concernés du Ministère de la Culture n’avaient pas bien avalé le fait d’avoir été obligés, sous la pression des milieux artistiques et théâtraux, de reconduire François Rancillac. De là, à le faire payer… il y a un tout petit pas que nous ne franchirons peut-être pas… Du moins pour le moment. En tout cas, quelque soit le successeur de Françoise Nyssen que l’on dit sur le départ, il faudra rester très vigilant cet été! Les mesures qui seront prises concernent la profession du spectacle dans son intégralité: comédiens, danseurs, artistes, administratifs, techniciens, le plus souvent intermittents et nombreux à travailler à la Cartoucherie…

Même si des négociations vont sûrement avoir lieu entre les différents partenaires,  on peut tout craindre de cet appel à projet pas très clair et, rappelons-nous, les coups bas se font toujours au mois d’août!  A bon entendeur, salut,  mais, comme Le Théâtre du Blog ne ferme pas, nous vous tiendrons au courant, dès que nous en saurons plus sur ce triste feuilleton.

Philippe du Vignal

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...