Adieu, Irène Sadowska-Guillon

 

irèneAdieu, Irène Sadowska-Guillon

Notre amie d’origine polonaise qui  vivait depuis très jeune à Paris, a longtemps travaillé pour Le Théâtre du Blog. Elle s’est éteinte lundi à Madrid dans l’appartement où elle habitait depuis quelques années, après une longue et très douloureuse maladie contre laquelle elle a courageusement lutté.  Critique de spectacles bien connue, elle avait collaboré  à France-Culture et à des revues de théâtre contemporain, comme Théâtre Public, Cassandre, Conjunto, Tablas, et AD Teatro, etc.

Elle avait été aussi présidente des Échanges Franco-Hispaniques des Dramaturgies Contemporaines Hispanité Explorations. Mais elle avait aussi assumé la lourde tâche de la trésorerie de l’Association Internationale des Critiques de Théâtre, et du Syndicat Professionnel de la Critique de Théâtre en France.

Toute l’équipe du Théâtre du Blog et moi-même, embrassons chaleureusement son mari François Guyon. Adieu, Irène et merci.

Philippe du Vignal


Archive pour 28 juillet, 2018

Un Rapport sur la Banalité de l’amour de Mario Diament, traduction et mise en scène d’André Nerman

Festival d’Avignon:

Un Rapport sur la Banalité de l’amour de Mario Diament, traduction et mise en scène d’André Nerman

En 1925, donc il y a presque un siècle, on assiste à la première rencontre entre Hannah Arendt, une jeune étudiante juive de dix-huit ans, et Martin Heidegger, son professeur à l’Université de Fribourg.  Très vite séduite: «Ma dissertation, lui dit-elle, je l’ai écrite pour vous », . « Tout cela, lui répond le philosophe de trente quatre ans, m’encourage à être votre mentor. » Et elle deviendra vite son amante..
Mais Hannah Arendt est effrayée par la montée du nazisme et leur relation devient plus difficile: elle veut  aller faire sa thèse avec Karl Jaspers. Martin Heidegger lui, est marié et soutient, tout en s’en défendant, le parti nazi qui, dès 1930, remportera 14 % des votes. Et il croit y voir un renouveau pour l’Allemagne ! Et trois ans plus tard, le philosophe, devenu recteur de l’Université, adhèrera au parti et licenciera sans état d’âme les professeurs juifs.

Image de prévisualisation YouTube

«Nous avons essayé de nous fondre dans l’océan qui nous a toujours rejetés !  Je ne me suis jamais sentie chez moi en Allemagne, dit Hannah, je vais quitter Günter mon mari!». Martin Heidegger est  désespéré : « Tout le monde est convaincu que j’ai été nazi ! » mais il s’en défend. Malgré tout ce qui les sépare, Hannah ne pourra jamais se défaire de cet amour.
Remarquablement interprété par Emmanuelle Vion et André Nerman, ce spectacle créé il y a cinq ans au Théâtre de la Huchette à Paris et qui retrace, en quelques rencontres de 1925 à 1950, l’histoire de ces deux philosophes, est tout à fait passionnant.

Edith Rappoport

Théâtre de la Luna, 1 rue Séverine, Avignon, à 18 h 50. T. : 04 90 86 96 28.

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...