Festival Interceltique de Lorient: Femmes du monde celte

julie-fowlis-ccraig-mackayFestival Interceltique de Lorient

Femmes du monde celte

 Trois sensibilités différentes: la Bretonne Marthe Vassallo et son trio Empreintes, la Galicienne Uxia et enfin, l’Ecossaise Julie Fowlis. De grandes dames qui expriment un même attachement à leur terre, à la transmission d’une musique singulière.

 Marthe Vassallo, belle voix de la Bretagne contemporaine, arrive en longue robe noire,  à la fois facétieuse  et intimidée devant le public, et accompagnée de musiciens d’envergure: Jean-Michel Veillon, à la flûte traversière en bois, et Gilles Le Bigot à la guitare. Ils continuent sans relâche leur recherche et leur réflexion sur les sons, les répertoires et les styles, tout en provoquant d’emblée l’émotion de l’auditeur, saisi par l’art de la mélodie, le rythme et la puissance d’une histoire de vie quotidienne paysanne.

Puis la Galicienne, Uxia issue d’une région attachante du Nord-Ouest de l’Espagne, voisine du Portugal et qui a, avec ce pays, une grande proximité linguistique. Elle a rénové la tradition grâce à une connexion entre le monde lusophone et l’Europe, l’Afrique et le Brésil.  Prix national de la musique galicienne 2017, Uxia  est entourée de musiciens originaires d’Espagne, Portugal, Brésil et… Bretagne. Et son pays sera à l’honneur au F.I.L. 2019.

Julie Fowlis, à la voix à la fois claire et profonde, chanteuse écossaise originaire de North Uist, et  se consacre à la musique folk en chantant notamment en gaélique écossais.  Figure de référence de la musique de son pays, elle chante des ballades et des chants de travail gaéliques traditionnels des Iles Hébrides. Le public apprécie quelques morceaux d’Alterum, son dernier et cinquième album : du folk traditionnel au goût intense et enjoué qui inclut aussi l’anglais et le galicien. La Galicienne Uxia la rejoint pour chanter avec celle qui venait d’interpréter des chansons dans le récital de la première. Le public retient avec plaisir le lyrisme profond et l’élan de l’air traditionnel «Me zo ganet e kreiz ar mor » (Je suis né au milieu de la mer)  de Julie Fowlis dans sa traduction en gaélique.

Un final somptueux de vie, de rythme et de pureté à la fois instrumentale et vocale, pour ces Femmes du monde celte.

 Véronique Hotte

 Grand Théâtre de Lorient, le 9 août. Le Festival interceltique se poursuit jusqu’au 12 août

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...