La Prose du Transsibérien de Blaise Cendrars, mise en scène de Jacques Livchine

La Prose du Transsibérien de Blaise Cendrars, mise en scène de Jacques Livchine

©L'Est Républicain

©L’Est Républicain

En 2005, Hélène Jouvelot avait acheté un bus de transport scolaire pour 30. 000 €, qu’elle a payé à crédit sur ses fonds personnels jusqu’en 2011. Elle le conduit avec maestria mais l’assurance est chère : 1.500 € par an! Elle l’a aménagé en petite salle de spectacles et travaille avec les Cafés solidaires au moins une fois par mois sur les marchés,  avec Emmaüs et un certain nombre d’autres associations. Elle participe au Festival des Mômes, joue des spectacles de marionnettes pour les maternelles comme  A la recherche du Père Noël et organise des voyages mobiles et… immobiles.

Ce jour-là, c’est Via Terra Cultura, une association de H.L.M. à Montbéliard écrasées par le soleil qui l’a invitée. Hélène Jouvelot a installé des chaises longues autour du bus joliment repeint en rouge avec de beaux graffitis sur le côté gauche et  installé à l’ombre. On nous sert un café et de l’eau dont on a bien besoin. Puis on nous distribue des billets de train de première classe et le placement est libre. Nous ne sommes que huit, dont deux enfants assis au fond, mais vite emportés dans les flots de ce poème de Blaise Cendrars qui raconte le voyage d’un jeune homme, dans le fameux train. Le poète va de Moscou à Kharbine, avec Jeanne qui se révèlera être une jeune prostituée. Ce récit poétique  fut écrit après des années de de voyage entre Paris, Moscou et New York par Blaise Cendrars de 1905 à 1912, et  composent le début du recueil Du monde entier au cœur du monde. Un texte nourri de références à l’histoire de  l’écrivain qui en a fait une sorte de récit mythologique personnel.

Jacques Livchine et Lucile Tanoh marchent de long en large dans le bus. » Nous sommes un orage sous le crâne d’un sourd… » Lui, accompagne  les vers  avec son accordéon, et  elle,  interprète Jeanne avec énergie. De nombreux enfants sont assis dans les transats à l’extérieur, et pénètrent dans le bus à la fin de la représentation, éveillés et curieux. L’association sert des boissons, et on parle du spectacle. Hélène dit qu’elle ne bénéficie d’aucune subvention. Et malgré toute la sympathie de ceux qui l’accueillent, elle avoue: «Je m’éclate, mais c’est difficile de vivre ! »
Auparavant, Hélène avait travaillé un an avec l’association Clowns sans Frontières, puis a séjourné quelques mois au Brésil avec l’un des trois Cousins, des clowns renommés qui se sont ensuite séparés. Puis Hélène est rentrée en Franche-Comté, et a notamment participé aux Kapouchniks , un cabaret mensuel très populaire, sur l’actualité par le Théâtre de l’Unité à Audincourt (voir Le Théâtre du Blog).

Hélène Jouvelot a l’intention de retourner en Inde travailler avec des jeunes, et d’y fonder une équipe avec l’aide de la Fondation de France…

Edith Rappoport

Spectacle vu dans le Bus d’Hélène, Coteau Louis Jouvet, à Montbéliard.
Via Terra Cultura. T. : 03 81 34 89 20

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...