Eclats, Festival d’Aurillac, édition 2018

Aurillac 2018

Eclats, Festival d’Aurillac,  édition 2018

 

Trente troisième édition de ce festival qui va accueillir cette année dix-huit compagnies, avec, à la fois des spectacles dits « de rue » et d’autres plus classiques de théâtre, à l’extérieur comme dans des salles, le jour et une partie de la nuit. Au programme, des compagnies bien connues comme le Théâtre de l’Unité justement avec La Nuit unique (voir Le Théâtre du Blog) qui a été créé  l’an passé et joué notamment aux festivals de Chalon-sur-Saône  et de Villeneuve-lès-Avignon.

Le directeur du festival d’Aurillac, Jean-Marie Songy, a invité comme d’habitude, nombre de remarquables compagnies étrangères (Suisse, Espagne, Brésil, Belgique…) Pas de surprise mais un programme solide aux valeurs sûres avec, entre autres,  la compagnie Carabosse, qui a été en résidence de création au Parapluie d’Aurillac du 5 au 16 mars, et qui présente Par les temps qui courent, un spectacle en forme de carnet de voyages. « « Vivant, collectif et métissé, fruit de nos différents regards et de nos multiples modes d’expression, précise son directeur artistique, Christophe Prenveille. Les «pages» de ce carnet sont créées avec un peintre du monde, des dompteurs d’images, un poète qui caresse les touches noires et blanches, un contrebassiste de haute taille, des sculpteurs de feu, des orfèvres de sons, des acrobates de ferraille précieuse… »

Délices DADA, une compagnie habituée du festival qui confronte la pratique théâtrale avec l’environnement quotidien… Avec Les Quatre Saisons elle a mis en scène un spectacle  lors d’une résidence au Parapluie le printemps dernier,  et où ses créateurs confrontent aussi la pratique théâtrale avec l’environnement quotidien… «Nocturne, musical, teinté d’absurde, intime, non textuel, en fixe mais pas tout à fait, ce spectacle d’extérieur transpose pour saxophones, la musique que les quatre saisons ont inspiré à Vivaldi, y rajoute des voix décalées et met en mouvement une cinquantaine de figurines peintes réactualisant l’imagerie populaire attachée à ces fameuses Quatre Saisons.  » Si on a bien compris, un peu dans l’esprit de la fameuse Fanfare des Grooms.

La compagnie Transe Express reprend, elle, cette belle idée du bal-spectacle populaire qu’avait imaginé il y a quarante ans Jean Claude Penchenat et sa compagnie le Campagnol. Mais ce Cristal Palace, bal au clair de lustre, sera « à la frontière entre un réalisme délirant et un imaginaire inspiré de traditions détournées. Il va transformer la place publique Michel Crespin, (le fondateur du festival décédé il y a cinq ans) en salle de bal.  Un lustre monumental, une piste de danse, un orchestre suspendu, des acrobates, un bar… Et un système de machine propulsera l’orchestre entre ciel et terre. Le public, invité à rejoindre la piste de danse, traversera les époques en dansant, de la valse à la techno. Et la compagnie comme plusieurs autres recherchent huit danseurs amateurs pour participer à des danses de salon  et huit complices pour inviter à entrer dans la danse…

  3615 Dakota une compagnie suisse présentera Bains Publics et plus si affinités« … Avec des petites balnéo-stations destinées à transformer notre quotidien urbain en espaces de bien-être. Une aventure philosophique à vivre en maillot de bain. Le dispositif comprend un sauna (marmotte) un solarium (Sunrise), des douches, une station massage (Cat’s), un jacuzzi, deux jacuzzi-cars, un bain purificateur (Calypso) une cabine d’accueil (Temps perdus), ainsi qu’une station de massage à base de pierres chaudes (Stonehenge).  «Cette opération disent ses créateurs,  peut s’adapter à des zones de grand stress ou de perte de lien social (centres d’accueil de migrants, cités-dortoirs, parking de centre commercial…). Bains Publics veut changer le bien-être en acte politique, et en espace relationnel, pour transformer notre réalité en centre de thalassothérapie.Le « réel » est notre terrain de jeu que nous pensons comme un ensemble de croyances, de récits, et de perceptions collectives sur le monde. Des territoires avec leurs règles, leurs forces et leurs faiblesses. » La compagnie recherche des volontaires pour participer  à ces balnéo-stations.

Il y aura les artistes brésiliens du Desvio Coletivo qui comme 3615 Dakota recherche aussi des volontaires pour faire partie de Cegos, un défilé-spectacle qui propose une réflexion sur notre mode de vie et qui a déjà été beaucoup joué dans le monde: un groupe d’hommes et de femmes, enduits d’argile et les yeux bandés qui marcheront lentement dans les rues d’Aurillac…

 The Legend of Burning Man de la compagnie espagnole Isecto tropics, raconte l’histoire d’un homme dont tout le monde a entendu parler, mais dont personne ne connaît le nom. Un mythe pour des millions de personnes, capable d’enflammer les médias et de déclencher des vagues de révolutions. Mohammed Bouazizi, un jeune Tunisien s’immola par le feu, ce qui provoqua le début de la Révolution du printemps arabe.
Un voyage poétique, sur fond de spectacle multimédia, brutal et explosif visible à 360° et en accès libre Avec une fusion entre théâtre et arts visuels, entre pré-enregistrement, direct et improvisation, entre documentaire et fiction. « Pour tenter de répondre à une grande question de notre époque : si nous sommes tous sur la toile, qui est l’Araignée ? »

Les Chiens de Navarre seront encore une fois à Aurillac avec mis en scène par Jean-Christophe Meurisse, Jusque dans vos bras, un nouvel opus créé l’an passé sur le fameux débat autour de l’identité française. Avec l’évocation de grands noms de l’Histoire comme De Gaulle, Robespierre et Obélix… Se croiseront-ils dans un hammam un dimanche après-midi pour siroter un thé à la menthe et parler de l’identité française ? En quoi doit-on croire, quand on se croit français ? Les Chiens de Navarre ont institué l’improvisation, avec, à la base, un canevas, et jouent en direct, pour le meilleur parfois mais aussi pour le moins bon et déjà vu un peu partout, pour dire une histoire autrement. En tout cas, en maniant avec une grande maîtrise dérision et pugnacité. A suivre donc…

Ejo N’Ejo Bundi (Hier, Aujourd’hui demain, et après demain) dont les créateurs ont recueilli des récits auprès des survivants des génocides du vingtième siècle. Ainsi a pu naître un texte qui s’interroge sur la place de la parole post-génocide dans nos sociétés contemporaines. Au centre, la transmission cette parole essentielle.
La création rassemble des artistes français et  rwandais dont l’histoire personnelle est intimement liée au génocide. En accès libre, ce spectacle se joue dans l’espace public urbain.  D’une salle de classe à un tribunal populaire, un plateau de cinéma, une stèle commémorative, un procès aux Assises,  un quai de gare. D’un radeau de naufragés, à une barricade de la résistance. « Des espaces pour essayer de restaurer, en toute humilité, la fragilité du lien qui unit l’homme à son semblable.De l’intime de la blessure au politique d’un langage collectif. »

 Enfin, dans les Préalables,  sera présenté Le Spectacle des Frères Troubouch dans de petites villes ou villages, et en accès libre à 19 h: le 14 août, à Polminhac; le 15 août, à Jussac et le 16 août, à Maurs. Ces deux hommes ont en commun : réveil, clopes, savon et budget depuis si longtemps qu’on les confond. Frères comme Obélix et Astérix avec, pour sangliers, des vélos. Ils ont aussi une potion magique pour que le gros puisse monter sur le petit qui balance des claques à son frère qui en devient fou.. Ils portent toujours des casques au cas où le ciel leur tomberait sur la tête Ils se parlent, crient, chantent, dansent. A vélo, en faisant  des acrobaties et en interprétant avec humour des chansons, les Troubouch racontent à leur façon l’amour fraternel et invitent le public à partager un barbecue après le spectacle.

On ne peut tout citer de ce festival, très populaire, même si les spectacles en accès libre sont en nombre limité. En marge de sa programmation officielle, le Festival d’Aurillac, accueille aussi plus de six cent compagnies dites de passage, un off qui ne dit pas son non nom. Pas toujours faciles à repérer dans la vaste agglomération d’Aurillac mais où il y a parfois de belles surprises. Avec Stéphanie Ruffier, nous vous tiendrons au courant au jour le jour des spectacles les plus intéressants…

Philippe du Vignal

Le festival Eclats aura lieu du 22 au 25 août. Les Préalables autour d’Aurillac: du 13 au 21 août.
20 rue de la Coste. T. : 04.71.43.43.70, festival@aurillac.net.


Pour la participation de volontaires: T. : 04 71 43 43 70 volontaire@aurillac.net
ATTENTION: consignes Vigipirate: les spectacles commencent à l’heure indiquée sur le programme et il est recommandé de venir au festival sans sacs à dos, valises et bouteilles en verre.

 


Archive pour 13 août, 2018

Eclats, Festival d’Aurillac, édition 2018

Aurillac 2018

Eclats, Festival d’Aurillac,  édition 2018

 

Trente troisième édition de ce festival qui va accueillir cette année dix-huit compagnies, avec, à la fois des spectacles dits « de rue » et d’autres plus classiques de théâtre, à l’extérieur comme dans des salles, le jour et une partie de la nuit. Au programme, des compagnies bien connues comme le Théâtre de l’Unité justement avec La Nuit unique (voir Le Théâtre du Blog) qui a été créé  l’an passé et joué notamment aux festivals de Chalon-sur-Saône  et de Villeneuve-lès-Avignon.

Le directeur du festival d’Aurillac, Jean-Marie Songy, a invité comme d’habitude, nombre de remarquables compagnies étrangères (Suisse, Espagne, Brésil, Belgique…) Pas de surprise mais un programme solide aux valeurs sûres avec, entre autres,  la compagnie Carabosse, qui a été en résidence de création au Parapluie d’Aurillac du 5 au 16 mars, et qui présente Par les temps qui courent, un spectacle en forme de carnet de voyages. « « Vivant, collectif et métissé, fruit de nos différents regards et de nos multiples modes d’expression, précise son directeur artistique, Christophe Prenveille. Les «pages» de ce carnet sont créées avec un peintre du monde, des dompteurs d’images, un poète qui caresse les touches noires et blanches, un contrebassiste de haute taille, des sculpteurs de feu, des orfèvres de sons, des acrobates de ferraille précieuse… »

Délices DADA, une compagnie habituée du festival qui confronte la pratique théâtrale avec l’environnement quotidien… Avec Les Quatre Saisons elle a mis en scène un spectacle  lors d’une résidence au Parapluie le printemps dernier,  et où ses créateurs confrontent aussi la pratique théâtrale avec l’environnement quotidien… «Nocturne, musical, teinté d’absurde, intime, non textuel, en fixe mais pas tout à fait, ce spectacle d’extérieur transpose pour saxophones, la musique que les quatre saisons ont inspiré à Vivaldi, y rajoute des voix décalées et met en mouvement une cinquantaine de figurines peintes réactualisant l’imagerie populaire attachée à ces fameuses Quatre Saisons.  » Si on a bien compris, un peu dans l’esprit de la fameuse Fanfare des Grooms.

La compagnie Transe Express reprend, elle, cette belle idée du bal-spectacle populaire qu’avait imaginé il y a quarante ans Jean Claude Penchenat et sa compagnie le Campagnol. Mais ce Cristal Palace, bal au clair de lustre, sera « à la frontière entre un réalisme délirant et un imaginaire inspiré de traditions détournées. Il va transformer la place publique Michel Crespin, (le fondateur du festival décédé il y a cinq ans) en salle de bal.  Un lustre monumental, une piste de danse, un orchestre suspendu, des acrobates, un bar… Et un système de machine propulsera l’orchestre entre ciel et terre. Le public, invité à rejoindre la piste de danse, traversera les époques en dansant, de la valse à la techno. Et la compagnie comme plusieurs autres recherchent huit danseurs amateurs pour participer à des danses de salon  et huit complices pour inviter à entrer dans la danse…

  3615 Dakota une compagnie suisse présentera Bains Publics et plus si affinités« … Avec des petites balnéo-stations destinées à transformer notre quotidien urbain en espaces de bien-être. Une aventure philosophique à vivre en maillot de bain. Le dispositif comprend un sauna (marmotte) un solarium (Sunrise), des douches, une station massage (Cat’s), un jacuzzi, deux jacuzzi-cars, un bain purificateur (Calypso) une cabine d’accueil (Temps perdus), ainsi qu’une station de massage à base de pierres chaudes (Stonehenge).  «Cette opération disent ses créateurs,  peut s’adapter à des zones de grand stress ou de perte de lien social (centres d’accueil de migrants, cités-dortoirs, parking de centre commercial…). Bains Publics veut changer le bien-être en acte politique, et en espace relationnel, pour transformer notre réalité en centre de thalassothérapie.Le « réel » est notre terrain de jeu que nous pensons comme un ensemble de croyances, de récits, et de perceptions collectives sur le monde. Des territoires avec leurs règles, leurs forces et leurs faiblesses. » La compagnie recherche des volontaires pour participer  à ces balnéo-stations.

Il y aura les artistes brésiliens du Desvio Coletivo qui comme 3615 Dakota recherche aussi des volontaires pour faire partie de Cegos, un défilé-spectacle qui propose une réflexion sur notre mode de vie et qui a déjà été beaucoup joué dans le monde: un groupe d’hommes et de femmes, enduits d’argile et les yeux bandés qui marcheront lentement dans les rues d’Aurillac…

 The Legend of Burning Man de la compagnie espagnole Isecto tropics, raconte l’histoire d’un homme dont tout le monde a entendu parler, mais dont personne ne connaît le nom. Un mythe pour des millions de personnes, capable d’enflammer les médias et de déclencher des vagues de révolutions. Mohammed Bouazizi, un jeune Tunisien s’immola par le feu, ce qui provoqua le début de la Révolution du printemps arabe.
Un voyage poétique, sur fond de spectacle multimédia, brutal et explosif visible à 360° et en accès libre Avec une fusion entre théâtre et arts visuels, entre pré-enregistrement, direct et improvisation, entre documentaire et fiction. « Pour tenter de répondre à une grande question de notre époque : si nous sommes tous sur la toile, qui est l’Araignée ? »

Les Chiens de Navarre seront encore une fois à Aurillac avec mis en scène par Jean-Christophe Meurisse, Jusque dans vos bras, un nouvel opus créé l’an passé sur le fameux débat autour de l’identité française. Avec l’évocation de grands noms de l’Histoire comme De Gaulle, Robespierre et Obélix… Se croiseront-ils dans un hammam un dimanche après-midi pour siroter un thé à la menthe et parler de l’identité française ? En quoi doit-on croire, quand on se croit français ? Les Chiens de Navarre ont institué l’improvisation, avec, à la base, un canevas, et jouent en direct, pour le meilleur parfois mais aussi pour le moins bon et déjà vu un peu partout, pour dire une histoire autrement. En tout cas, en maniant avec une grande maîtrise dérision et pugnacité. A suivre donc…

Ejo N’Ejo Bundi (Hier, Aujourd’hui demain, et après demain) dont les créateurs ont recueilli des récits auprès des survivants des génocides du vingtième siècle. Ainsi a pu naître un texte qui s’interroge sur la place de la parole post-génocide dans nos sociétés contemporaines. Au centre, la transmission cette parole essentielle.
La création rassemble des artistes français et  rwandais dont l’histoire personnelle est intimement liée au génocide. En accès libre, ce spectacle se joue dans l’espace public urbain.  D’une salle de classe à un tribunal populaire, un plateau de cinéma, une stèle commémorative, un procès aux Assises,  un quai de gare. D’un radeau de naufragés, à une barricade de la résistance. « Des espaces pour essayer de restaurer, en toute humilité, la fragilité du lien qui unit l’homme à son semblable.De l’intime de la blessure au politique d’un langage collectif. »

 Enfin, dans les Préalables,  sera présenté Le Spectacle des Frères Troubouch dans de petites villes ou villages, et en accès libre à 19 h: le 14 août, à Polminhac; le 15 août, à Jussac et le 16 août, à Maurs. Ces deux hommes ont en commun : réveil, clopes, savon et budget depuis si longtemps qu’on les confond. Frères comme Obélix et Astérix avec, pour sangliers, des vélos. Ils ont aussi une potion magique pour que le gros puisse monter sur le petit qui balance des claques à son frère qui en devient fou.. Ils portent toujours des casques au cas où le ciel leur tomberait sur la tête Ils se parlent, crient, chantent, dansent. A vélo, en faisant  des acrobaties et en interprétant avec humour des chansons, les Troubouch racontent à leur façon l’amour fraternel et invitent le public à partager un barbecue après le spectacle.

On ne peut tout citer de ce festival, très populaire, même si les spectacles en accès libre sont en nombre limité. En marge de sa programmation officielle, le Festival d’Aurillac, accueille aussi plus de six cent compagnies dites de passage, un off qui ne dit pas son non nom. Pas toujours faciles à repérer dans la vaste agglomération d’Aurillac mais où il y a parfois de belles surprises. Avec Stéphanie Ruffier, nous vous tiendrons au courant au jour le jour des spectacles les plus intéressants…

Philippe du Vignal

Le festival Eclats aura lieu du 22 au 25 août. Les Préalables autour d’Aurillac: du 13 au 21 août.
20 rue de la Coste. T. : 04.71.43.43.70, festival@aurillac.net.


Pour la participation de volontaires: T. : 04 71 43 43 70 volontaire@aurillac.net
ATTENTION: consignes Vigipirate: les spectacles commencent à l’heure indiquée sur le programme et il est recommandé de venir au festival sans sacs à dos, valises et bouteilles en verre.

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...