About Kazuo Ohno, conception et danse de Takao Kawaguchi

Festival d’Automne à Paris: Japonismes 2018

 About Kazuo Ohno, conception et danse de Takao Kawaguchi

©Jean Couturier

©Jean Couturier

Rendre hommage à un mythe n’a rien de simple. Surtout quand il s’agit du cofondateur, avec Tatsumi Hijikata, du fameux butô japonais! Le chorégraphe et danseur Kazuo Ohno (1906-2010) aura donc vécu plus de cent ans, et formé de nombreux disciples. On célèbre sa mémoire dans le monde entier.

A Paris, cette performance commence dans le jardin public jouxtant l‘Espace Cardin où Takao Kawaguchi manipule, de façon peu conventionnelle, des objets hétéroclites posés sur le gazon, un peu comme dans certains happenings des années 1970.

Un chien (non invité !) vient perturber cette performance,  des badauds se mêlent aux spectateurs et une pluie fine s’invite: une entrée en matière pour ce spectacle, originale et réussie… Puis le danseur, dit-il, copie sur le plateau des extraits d’œuvres emblématiques de Kazuo Ohno, comme Hommage à La Argentina  (1977) ou Revue de ma mère (1981). Une copie  des  captations de ses spectacles, rendue encore plus authentique, grâce à l’utilisation des bandes-son originales y compris les applaudissements.

«Pour copier Kazuo Ohno, dit Takao Kawaguchi, il fallait m’effacer, et être le plus fidèle possible à ce que je voyais en vidéo». Pari réussi mais les changements de costumes à vue cassent le rythme de cette pièce beaucoup trop longue (deux heures dix !). Un moment de grâce cependant : la projection d’un beau film où le fils du chorégraphe et danseur, Yoshito Ohno, manipule une marionnette à gaine de son père.

Takao Kawaguchi nous touche par la fragilité de ses gestes et par sa propre folie, en particulier au moment des saluts. L’ombre du maître Kazuo Ohno plane, et il est bien difficile d’évoquer cette figure  atypique de la scène underground japonaise, mais il y a de très photos très réussies des performances de Kasuo Ohno exposées dans les couloirs du théâtre. Il faut aussi voir en même temps, les dessins pleins de mouvement que Takao Kawaguchi a faits sur sa performance…

Jean Couturier

Théâtre de la Ville-Espace Cardin, 1 avenue Gabriel Paris VIII ème, jusqu’au 5 octobre.

 

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...