La Fête des Vendanges/Arts de la rue à Bagneux (Hauts-de Seine)

La Fête des Vendanges/Arts de la rue à Bagneux

 

Fête des vendanges de Bagneux, les 29 et 30 septembre. Spectacle 78 tours avec une roue de la mort. DR

Fête des vendanges de Bagneux, les 29 et 30 septembre. Spectacle 78 tours avec une roue de la mort. DR

Bagneux, environ 38.000 habitants et très proche de Paris, était autrefois bien connue pour ses carrières dont les pierres ont servi à édifier nombre d’églises parisiennes comme celles la Madeleine ou Saint-François Xavier, le Pont des Invalides, les fûts des colonnes du Panthéon… On y cultivait jusqu’à la fin du XIXème siècle, et on y cultive de nouveau, la vigne dans le Clos municipal des Brugnauts depuis les années 80.

Cette ville, aux rues remarquablement fleuries, dispose aussi de nombreux espaces verts:  entre autres, les parc Richelieu et Maximilien Robespierre, chacun de deux hectares, ce qui est assez exceptionnel en région parisienne. La fête des Vendanges y a lieu chaque année et un verre du vin blanc du Clos municipal est offert aux visiteurs. Et il y a beaucoup d’événements artistiques et/ou sociaux, le samedi et le dimanche. Dans le parc Richelieu, les stands des nombreuses associations locales et une « Disco-soupe » à la médiathèque Louis Aragon où chacun peut réaliser une soupe avec fruits et légumes récupérés, histoire de sensibiliser les habitants au recyclage, une opération qui se poursuit jusqu’au 20 novembre. Et nombre de spectacles, comme La Grande Phrase de Didier Théron où quatre danseurs envahissent les abords du parc Richelieu de leurs corps gonflés et déformés, et jouent avec l’architecture, le mobilier urbain!

Il y a aussi la fanfare bien connue -uniquement des cuivres et une grosse caisse- des étudiants en médecine de l’hôpital Bichat. Tous en blouse blanche, ou parfois en habit noir, ces musiciens jouent souvent dehors à Paris : marathon, actions de solidarité, mais aussi pour des mariages…
Sur un câble et accompagné par un guitariste, mis en scène par Nikolaus, trois circassiens :Arthur Sidoroff, Madgalena Vicente, Nicolo Bussi. Tout à fait au point, un numéro de fil-de-ferriste avec petites danses sur le fil, acrobaties au sol, et sketches: ceux-là nettement moins réussis et où l’un d’eux malmène une jeune spectatrice… Bien entendu, c’est Madgalena Vicente!

Il y aussi et surtout l’exceptionnel 78 Tours par La Meute. Basé à Auch, ce collectif de cirque fondé par Mathieu Lagaillarde et Thibaut Régnier, réunit six acrobates formés à l’Ecole nationale des arts du cirque à Rosny-sous-Bois et à l’Université de danse et cirque de Stockholm. Ici, accompagnés par Gabriel Soulard, au violoncelle, ils ont comme partenaire exclusive pendant quelque trente minutes, la fameuse roue de la mort qui existe sous diverses formes mais qu’on ne voit plus guère, même dans les cirques traditionnels.  

Imaginez dans une rue fermée à la circulation et devant quelque cinq cent personnes une belle machine en fer avec deux nacelles comme des tambours de machine à laver tournant chacun sur un axe et montés sur un dispositif tournant lui-même sur un autre axe! Le tout à quelque dix mètres de hauteur! Mathieu Lagaillarde et Thibaut Brignier dépendant sans arrêt l’un de l’autre puisqu’ils se font contre-poids. Avec infiniment de solidarité, de grâce et  un bon sens de l’humour visuel, ces acrobates donnent tout sa valeur au du mot acrobate ( étymologiquement en grec ancien, akro : extrémité, et batein: marcher: donc marcher sur la pointe des pieds  comme un danseur de corde…

Ils  vont de l’une à l’autre roue,  mais passent aussi de l’intérieur à l’extérieur de ces s tambours qui tournent uniquement par leur volonté, plus ou moins vite, et où ils se mettent parfois debout.  Et sans aucun filet de protection. Mais avec une extrême concentration, une vigilance de tous les instants et une prise de risques très calculée, puisque cette petite balade en hauteur flirte à chaque instant  avec la mort.  Très impressionnant, parfois à peine regardable, mais sans doute le spectacle le plus réussi de cette Fête des vendanges.

Le dimanche a eu lieu en plein air le concert d’une formation exceptionnelle dirigée par Alejandro Sandler avec 78 interprètes et 80 choristes! qui a fait résonner le fameux Hymne à la Joie de Beethoven dans l’une des principales avenues de Bagneux.
Bref, une fête intelligemment conçue et populaire au meilleur sens du terme… Bravo à Marie-Hélène Amiable, conseillère départementale  des Hauts-de-Seine et maire communiste de cette  ville: elle peut être fière de ce vivre ensemble qui a réuni des milliers d’habitants le temps d’un samedi et d’un dimanche ensoleillés de septembre. De quoi donner des idées à Olivier Py pour le prochain festival d’Avignon…

 Philippe du Vignal

 La Fête annuelle des vendanges de Bagneux (Hauts-de-Seine)  a eu lieu les 29 et 30 septembre.

 

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...