Eugénie de Franval du Marquis de Sade, adaptation et mise en scène de Dimitris Katsis, Alexandros Mitropoulos, Maria Bakea, Marguerite Papadoni

 

Eugénie de Franval du Marquis de Sade, adaptation et mise en scène de Dimitris Katsis, Alexandros Mitropoulos, Maria Bakea, Marguerite Papadoni

5DE7F39B-A079-4F8F-9F19-2632C5222569
Donatien de Sade (1740-1814), «divin marquis », figure sans doute la plus authentique et la plus extrême du libertinage au XVIII ème siècle, a écrit cette nouvelle où on assiste à un libertinage sans liberté, puisqu’imaginé dans son appartement… à la prison de la Bastille, et à l’asile de Charenton, d’où les Constituants le tireront quelque temps… Mais Bonaparte, excédé par le personnage, l’y replongera définitivement.

Prisonnier de corps, Sade n’en rêva pas moins des plus fantastiques et des plus «effrayantes» libérations de la chair et de l’esprit. Athée, anticlérical, il fait, de la subversion, le principe dynamique d’une pensée a-morale : mettre à bas, au nom du tout-puissant Plaisir, les édifices imposteurs de la Vertu et du Bien. Petit bijou tiré du recueil des Crimes de l’Amour (1800), Eugénie de Franval fait figure d’exception dans l’œuvre du marquis de Sade. Dès sa naissance, une jeune fille par sa beauté a séduit son père qui va prendre soin de lui faire donner une éducation sans aucun principe moral et religieux. Et le jour où  elle a quatorze ans, M. de Franval décidera de parfaire son instruction… 

Les principaux personnages sont en fait les doubles de l’écrivain et de ses proches, et la trame des événements qui vient les unir, rappelle la liaison scandaleuse entretenue par le Marquis de Sade avec sa jeune belle-sœur, Anne-Prospère de Launay. Il réécrit ici sa vie personnelle et hisse ses amours à la hauteur d’un drame mythique de la passion. Sade s’efforce aussi de percer les mystères de son incarcération et d’en exorciser les souffrances, au fil de revanches symboliques et de repentirs ambigus.

Dimitris Katsis, Alexandros Mitropoulos, Maria Bakea et Marguerite Papadoni interprètent aussi les six personnages, alternant narration et dialogues, entsre grotesque et macabre, mais avec un humour sarcastique. Point de scènes de nudité… Domine ici un langage puissant et un expressionnisme gestuel qui renforce sous-entendus et non-dits.
Un décor simple et symbolique -un boudoir- évoque l’esprit de l’époque et sert de cadre à  ce spectacle  empreint de l’esprit d’une équipe talentueuse et passionnée.

 Nektarios-Georgios Konstantinidis

 Théâtre Vault, 26 rue Melenikou, Votanikos, Athènes. T. : 0030  213 0356472.

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...