Tragedy, mise en scène de Cécile Saint-Paul, musique de Jean-Christophe Marti

 

Tragedy, mise en scène de Cécile Saint-Paul, musique de Jean-Christophe Marti

f-4f4-5b3f43e7e6b8bSur le plateau, un amas de déchets, une forme humaine assise enveloppée dans un drap blanc, un piano. Un homme déplace un tas de chaises de cour à jardin. Deux hommes assis sont dévoilés, une femme au micro les fait déplacer, elle chantonne, le fantôme blanc se lève et sort. Quatre acteurs abrités sous des parapluies murmurent un chant, dirigés par le chef. Un autre chuchote dans un micro, pendant que, sur un long écran en surplomb, on voit des images en noir et blanc du château de la Roche-Guyon qu’Yves Chevallier, complice de cette expérience, a longtemps dirigé. On voit un couple monter les escaliers du château en lisant des passages d’Hamlet, en ne les comprenant pas bien. On arrive au monologue d’Hamlet, une chanteuse accompagnée par Jean Christophe Marti,en  entonne quelques vers… On voit une statue, un visage féminin, est-ce Ophélie ? Gertrude se plaint, Jean Christophe Marti disserte sur les accords des instruments. Ophélie « couchée en ses longs voiles » disparaît.

Nous sommes un peu perdus dans cet étrange voyage bien joué par Marc Bertin, Jean-Louis Coulloc’h, Odile Darbelley, Antoine Lengo, Jean-Christophe Marti et Cécile Saint-Paul.  Le spectacle a été élaboré en cinq étapes : la première  avec le choix d’Hamlet au Théâtre des Bernardines à Marseille, la seconde où lors d’une invitation au château de la Roche-Guyon les séquences du film ont été tournées, la troisième avec des projections publiques au Théâtre Berthelot de Montreuil pour une réflexion avec des psychanalystes, la quatrième à la Ferme du Bonheur à Nanterre où Jean-Christophe Marti a composé les chansons d’Ophélie et du Fossoyeur.

Cette dernière reprise de Tragedy est fondé sur un travail encore en devenir et nous laissera des souvenirs mitigés mais ce spectacle reste attachant, surtout quand on a fréquenté le Château de la Roche Guyon, Jean-Christophe Marti et Odile Darbelley.

Edith Rappoport

Théâtre de l’Échangeur, 59 avenue du Général de Gaulle, Bagnolet (Seine-Saint-Denis) jusqu’au 7 novembre. T. : 01 43 62 71 20

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...