La Fuite, conception et mise en scène d’Olivier Meyrou

La Fuite, conception et mise en scène d’Olivier Meyrou

© Luis Conde

© Luis Conde

Le public est à peine assis que surgit Hektor. Il court, il court, il court, sur place ! Une musique burlesque au piano l’ accompagne vers FREEDOM, écrit sur un écriteau qu’il tient… Il continue sa traversée: La fuite! Hektor déjà rencontré en mars sous le chapiteau du Théâtre Monfort revient pour notre plus grand bonheur. Quelques jours seulement mais cette fois dans la petite salle dite la Cabane.

Le duo nous avait déjà étonné avec TU en 2017, au Cent-Quatre où comme ici avec une scénographie minimale, et une énergie sans pareil. Seul en scène à nouveau, Matias Pilet, merveilleux Hektor, une fois  de plus nous enchante. Acrobate hors-pair mais aussi, et sans avoir à prononcer un seul mot, formidable comédien!  Gestes, regards, charisme, présence émouvante: il nous emmène avec lui.

Nous spectateurs, simple témoins ou compagnons invisibles et complices de son chemin parsemé d’angoisses  mais aussi de rêves d’horizons plus humains, et loin de la société de consommation et de surveillance. Un petit bijou mêlant cirque, théâtre  et cinéma, avec une bande-son et Your’re all the world to me chanté par Fred Astaire, ou l’agietto de la Symphonie n°5 de Gustave Mahler, comme un rappel de la fin bouleversante de Mort à Venise de Luchino Visconti. Un bouquet d’une grande intelligence artistique. Olivier Meyrou, sorti de la prestigieuse Femis (Ecole nationale supérieure des métiers de l’image et du son) a très vite su mettre ses connaissances en cinéma et sa recherche esthétique au service du cirque et du théâtre. Peut-être un jour, de la danse …

A travers une pratique documentaire et avec une belle exigence, et en sachant prendre le temps nécessaire, il continue de cheminer et d’interroger notre univers socio-politique. Aujourd’hui au théâtre, avec La Fuite, et hier au cinéma avec Célébration, un documentaire censuré en 1998 par Pierre Bergé et qui sort dans les salles ce mois-ci… soit  vingt ans après. La fiction et le théâtre, comme dans ce huis-clos avec Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, participent ici à la création de l’image.
Emotion, humour et mélancolie sont rarement absentes des créations d’Olivier Meyrou. Son parcours poétique à l’écoute des bruissements du monde, des plus légers aux plus graves, ouvre toujours une fenêtre sur une lumière, quelle que soit l’époque! Au théâtre comme au cinéma,  une fois encore, il nous surprend et nous réjouit.

Elisabeth Naud

Spectacle vu le 14 novembre  au Monfort Théâtre, 106 rue Brancion, Paris XV ème. T. : 01 56 08 33 88.

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...