Concours du Prix du Théâtre 13/Jeunes metteurs en scène

7694710B-98B4-4E6A-934E-7BB005B1D48C

 

Concours du Prix Théâtre 13 /Jeunes metteurs en scène

Ce Théâtre de la ville de Paris soutient les jeunes compagnies depuis plus de  quinze ans et ce concours leur permet de faire voir leur spectacle par des professionnels. Quatre-vingt projets remis. Les six meilleurs sont  choisis par un jury présidé cette année par Elisabeth Chailloux. Le concours en trois tours après présélection s’adressant aux metteurs en scène âgés de plus de vingt-cinq ans et de moins de  trente six ans. Le projet doit comporter au minimum six comédiens.
 Les spectacles des finalistes sont présentés deux fois. C’est un des rares dispositifs d’accompagnement pour de jeunes metteurs en scène qui peut être souvent utile. Même si les projets sont de valeur très inégale…

Gentil petit chien de Hakim Bah, mise en scène d’Imad Assaf

Imad Assaf né au Liban, a vécu au Cameroun où il a découvert le théâtre au Centre Culturel Français de Yaoundé, avant d’arriver à Paris. Il a mis en scène Les Fourberies de Scapin  et deux pièces de Tchekhov. Puis Terre Sainte de Mohamed Kacimi.

Cette pièce  du jeune dramaturge guinéen qui avait reçu le prix Théâtre Radio France Internationale FI, il y a trois ans pour Convulsions parle de l’exil.  D’abord une gare: le bruit monte et un train démarre: « Cela se passe à Paris ou ailleurs.» Un SDF meurt avec son chien en voulant sauver, Ortie une jeune femme  peendant une fusillade  à une terrasse de café.  Elle décide, malgré l’opposition de ses parents, de faire rapporter son corps dans son pays, pour qu’il soit enterré dignement auprès des siens.  Mais elle découvre que l’homme n’était pas le héros qu’elle imaginait. Et qu’il avait laissé son père depuis des années sans jamais donner de nouvelles…  un père endetté, malade et   endetté maltraité par sa jeune épouse. Et personne  ne voudra assister à son enterrement.

Elle raconte l’attentat qu’elle a tenté de prévenir:«Le ciel est enveloppé de mensonges!»Une fusillade éclate, un homme meurt. Une vieille jeûne, abandonnée, on entend des engueulades, une musique,  et on voit des  images projetées sur un écran : «Il faut déplorer  cent-vingt-neuf morts! » (…) «Les morts sont morts, c’est pour leur mémoire qu’il faut recommencer à vivre ! » Ibrahim Bah, Georges Bécot, Brice Borg, Julie Fonroget, Michèle Harfaut, Angeli Hucher de Barros, Telia Kpomahou et Emmanuel Rehbinder soutenus par les musiciennes Sonia Nemirovky et Olive Perruson, chantent parfois en chœur. On entend un échange plaintif sur la viande de chien prise pour du poulet, une cacophonie qui prophétise la catastrophe…
Cette année, le Prix du jury et le  Prix du public  ont été décernés à  Alice Vannier pour En réalités d’après Pierre Bourdieu.

Edith Rappoport

Spectacle vu le 24 juin au Théâtre 13 Seine, Paris (XIIIème)

 

 


Pas encore de commentaires to “Concours du Prix du Théâtre 13/Jeunes metteurs en scène”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...