Asylum, chorégraphie de Rami Be’er par la Kibbutz Contemporary Dance Company

Asylum, chorégraphie de Rami Be’er par la Kibbutz Contemporary Dance Company

 

Photo by Eyal Hirsch

Photo by Eyal Hirsch

Nous avions découvert, il y a un an, cette compagnie israélienne (voir Le Théâtre du Blog). Elle revient pour ce festival de danse (deuxième édition) au Théâtre de Paris avec une nouvelle pièce, plus engagée que la précédente. Les parents de Rami Be’er, après avoir survécu aux camps de concentration, avaient fondé un kibboutz voué à la danse. Ici, le chorégraphe s’affronte à  des questions d’actualité: statut de réfugié, immigration, sort des demandeurs d’asile et il se nourrit aussi de son passé familial.

Des tableaux d’une grande violence  avec des exécutions et des corps effondrés alternent avec des parties plus esthétiques et plus douces. Les membres de la compagnie,  très engagés dans l’aventure,  viennent du monde entier, chacun apportant à la pièce son propre vécu, sa propre histoire parfois aussi douloureuse. Nous découvrons des mouvements peu employés dans la danse contemporaine, comme des rapides traversées à reculons, des mains croisées sur le visage pour ne pas voir le malheur qui se déroule sous leurs yeux… Une manière, peut-être, pour Rami Be’er, de rembobiner le film du passé de ses parents.

On entend, répétée en voix off, une  suite de chiffres : 7.1.2.2.1.3 ! Peut-être le numéro tatoué sur l’avant-bras de sa mère qui avait été déportée ou le numéro de dossier d’un réfugié actuel… Les séquences peuvent être interprétées différemment, suivant la sensibilité et l’histoire de chacun. Mais nous retrouvons une gestuelle commune aux troupes israéliennes : imploration au ciel bras levés, sautillements en groupe… Le tout dansé avec une énergie communicative. Une nappe  sonore électronique aux fortes pulsations, entrecoupée de fragments de musique classique, contribue à entretenir le rythme rapide de cette pièce d’une heure…

Une réussite accueillie avec chaleur par le public. La deuxième édition de ce festival de danse dans un théâtre privé sous la direction de Lisa Martino aura connu un beau succès.

 Jean Couturier

Le spectacle a été dansé au Théâtre de Paris, 15 rue Blanche Paris (IX ème). T. : 01 48 74 25 37, du 21 au 23 juin.

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...