Inoubliable Sarah Bernhardt de Joëlle Fossier, mise en scène de Pascal Vitiello

Festival d’Avignon

Inoubliable Sarah Bernhardt de Joëlle Fossier, mise en scène de Pascal Vitiello

 

 © Photolot

© Photolot

La célèbre actrice (1850-1920) se promène à Belle-Île en-Mer avec une journaliste au bord de mer et évoque les grands moments d’une carrière exceptionnelle. « Ses prises de position forcent le respect, souligne l’auteure. Pendant  la guerre contre les Prussiens qui, en 1870 assiégèrent Paris, puis celle civile de la Commune  et enfin celle de 14-18 pendant laquelle elle alla soutenir en chaise à porteur les poilus dans leurs tranchées, car elle avait subi l’amputation d’une jambe… Ce portrait s’inscrit dans un triptyque Femmes d’exception. Mes seules en scène.

Il s’agit d’un solo, un parmi quelque deux cent tous genres confondus dans le festival off mais ici avec Geneviève Casile, une actrice des plus expérimentées et d’une grande virtuosité qui aura tout joué dans sa vie… Des classiques comme Marivaux, Beaumarchais, Racine, Musset, Feydeau mais aussi nombre d’auteurs contemporains comme Georges Bernanos, Jean Anouilh, Sacha Guitry,  David Mamet, Fernando Arrabal…

Sur le plateau, à jardin, une banquette et à cour, une sorte de loge d’actrice avec fauteuil en velours, paravent, vases avec gros bouquets d’hortensias et autres fleurs. Dans le fond, une toile peinte avec des nuages… Geneviève Casile avec une belle présence et une excellente diction, nous raconte le véritable roman que fut la vie de cette célèbre actrice, adulée même aux Etats-Unis.  Elle était la fille et d’un père inconnu et d’une mère de religion juive, une prostituée de luxe qui ne s’occupa guère d’elle.  Chérie de sa seule nourrice en Bretagne elle fut mise dans un couvent-établissement d’enseignement à l’époque où elle n’apprit pas grand chose qu’à se révolter. Ce qui ne l’empêcha pas de réussir ensuite le concours du Conservatoire et protégée par le duc de Morny, demi-frère de Napoléon III, elle entra à la Comédie-Française. Elle y fit scandale en giflant une actrice réputée de la maison qui avait maltraité sa sœur. Et elle fut renvoyée  mais trouva aussitôt de nouveaux engagements dans les meilleurs théâtres.
 
Volontiers provocatrice, elle collectionnait les amants et faisait la sieste dans un cercueil, élevait serpent, perroquet, etc. chez elle. C’est tout cela que décrit l’actrice avec une gourmandise évidente. On oubliera la mise en scène honnête mais souvent illustrative. Quand Sarah Bernhardt raconte son voyage en ballon au dessus de Paris, on voit une vidéo  avec un ballon passer sur les nuages de la salle peinte ! Mais bon, il y a glaçantes des images filmées de pauvres poilus dans leurs tranchées et la vidéo prend alors tout son sens.
Côté texte, c’est souvent un peu léger, léger et un poil pédagogique du genre : tout ce que vous avez voulu savoir sur Sarah Bernhardt. Qu’importe après tout… Geneviève Casile tient le spectacle et vous pouvez y aller: c’est du solide et de qualité made in France. 

Philippe du Vignal

Théâtre du Balcon, 38 rue Guillaume Puy, Avignon jusqu’au 28 juillet à 15 h 45. T. : 04 90 85 00 80.

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...