Granma. Les Trombones de La Havane mise en scène de Stefan Kaegi

© Christophe Raynaud de Lage

© Christophe Raynaud de Lage

Festival d’Avigon

Granma. Les Trombones de La Havane mise en scène de Stefan Kaegi, (en espagnol, surtitré en français et en anglais)

Membre fondateur de Rimini Protokoll, un collectif berlinois né en 2000, le metteur en scène suisse invente, avec des “non acteurs“ qu’il nomme « les experts du quotidien », un théâtre documentaire qui interroge le réel en interaction avec le public. Nous avions été impressionnés par la magnifique et sombre approche de la mort de son Nachlass (voir Le Théâtre du Blog). Ici, le sujet est plus vivant : la révolution cubaine vue par les petits-enfants de ceux qui l’ont faite. Milagro Álvarez-Leliebre, Daniel Cruces-Pérez, Christian Paneque-Moreda, Diana Sainz-Mena vivent à La Havane et nous racontent cette épopée à l’aune des récits de leurs parents et grands-parents, à l’aide de documents, vidéos et photos personnels. En contrepoint, des images d’actualité  sont projetées sur le mur du cloître des Carmes: prise d’otage du coureur automobile Fangio par les rebelles ; crise de la Baie des Cochons ou fuite des Cubains en Floride… « Cette collusion entre fiction et réel est importante pour moi qui viens du journalisme, précise Stefan Kaegi. Mon travail explore des situations particulières dans un dispositif fictionnel plus immédiat.» Pour ce projet, Rimini Protokoll a choisi quatre récits de jeunes gens, parmi soixante personnes auditionnées à La Havane.

Ces témoins actifs interviennent individuellement et leurs paroles croisées constituent une fresque contrastée, pleine de bonne humeur et d’humour. Ensemble, ils forment aussi un quartet musical qui ponctue le spectacle. Diana, trente ans, petite fille d’un célèbre chanteur cubain a enseigné le trombone à ses partenaires en suivant le modèle des micro-brigades : une personne transmet son savoir-faire aux autres. Ce qui, à Cuba, a permis aux gens de construire leurs immeubles collectifs. Le compositeur Ari Benjamin Meyers a conçu pour le spectacle une partition s’inspirant des airs militaires et patriotiques cubains. Dans cette ambiance festive, les protagonistes nous font part de leur vécu à partir les souvenirs de leurs parents et grands-parents, suivant la chronologie des événements : des prémices de la Révolution à aujourd’hui. Et ils concluent par leurs propres points de vue sur le présent et le futur de l’île…

Christian, vingt-quatre ans, présente son grand-père qui s’est illustré dans l’armée lors de l’invasion de la Baie des Cochons et des soulèvements anti-coloniaux en Angola. Convoqué dans une vidéo, l’ex-militaire nous donne son opinion, mitigée, mais reste fidèle à ses idéaux. Nous montrant les médailles de son aïeul, Christian estime la récompense bien mince… Daniel, trente-deux ans, a grandi avec son grand-père, Faustino Pérez, organisateur du transport d’un commando de révolutionnaires du Mexique à Cuba, à bord du navire Granma, puis Ministre de la récupération des biens. Proche du penseur José Martí, il a été déçu par les orientations prises par Fidel Castro et s’est éloigné de la politique. Milagro, vingt-cinq ans, diplômée en histoire, descend d’une famille d’esclaves jamaïcains et vit dans la maison de sa grand-mère qui tombe en ruines. La réplique du sol de leur appartement tapisse le plateau du théâtre. Malgré les difficultés que le pays a traversées, elle défend les acquis de la révolution cubaine, comme l’éducation gratuite qui lui a permis d’entrer à l’université.

Ce spectacle dynamique et intelligent, promis à une belle carrière, dresse un bilan nuancé de ces événements qui ont fortement interrogé la jeunesse mondiale dans les années soixante et soixante-dix et continuent à poser la question d’un possible socialisme, à l’heure où les gauches s’effondrent. «Dans Granma. Les Trombones de La Havane, ce sont autant la révolution cubaine que les espoirs qu’elle a nourris en Europe qui m’intéressent, dit le metteur en scène. » C’est pourquoi il montre des images de mai 1968 à Paris, de l’invasion des chars russes à Prague la même année, et de la chute du mur de Berlin en 1989. « Cette pièce, dit-il, regarde la façon dont les Cubains s’emparent aujourd’hui des idéaux d’une révolution vieille de soixante ans pour construire le monde de demain. Qu’avons-nous à en apprendre? C’est aux spectateurs de répondre! » Mais peut-on encore rêver ? se demande-t-on à l’issue de la représentation.

Mireille Davidovici

Spectacle joué au Cloître de Carmes, du 18 au 23 juillet, Avignon

Le 22 août,Theaterspektakel, Zurich (Suisse).
Le 13 septembre, Festival de La Bâtie, Genève (Suisse), le 21 septembre, Teatro Metastasio, Prato et le 29 septembre, Lugano InScena, Lugano (Italie).
Les 3 et 4 octobre, Maxim Gorki Theater, Berlin (Allemagne) ; les 9 et 10 octobre, Vitoria International Theatre Festival, Vitoria-Gasteiz ( Espagne).
Du 11 au 23 novembre, Münchner Kammerspiel, Munich (Allemagne); les 29 et 30 novembre, Hellerau, Dresde (Allemagne.
Du 4 au 8 décembre, Théâtre de la Commune, Auberviliers (Seine-Saint-Denis)/ Festival d’Automne de Paris ; du 19 au 21 décembre, Onassis Cultural Centre, Athènes (Grèce)  et les 27 et 28 décembre Maxim Gorki Theater, Berlin (Allemagne)

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...