Morette, un texte de Jacques Livchine

 
Morette par Jacques Livchine
Une expérience fabuleuse, une remontée dans le temps pour Jacques Livchine qui est allé jouer avec son orchestre familial à Morette (Isère).

_c_JJ_Kraemer107Vraiment un moment exceptionnel et incroyable et le corps a de la mémoire,  je me sentais à la maison. Ça a été pour moi l’Himalaya des émotions  et encore ce matin, j’ai tout un parfum de saveurs dans la tête. Toutes ces retrouvailles  et  ces nouvelles rencontres. Et Aude, la maire, absolument admirable. Ce matin, j’ai fait mon petit billet hebdomadaire…

Lundi 29 juillet. Morette,  25° C

Il y a des « mercis » vides et sans âme et d’autres qui, derrière ces deux syllabes, cachent une riche émotion. Une femme s’approche de de moi après le Rappoporchestra et me répète les mots de la fin: « C’est exactement ça, dit-elle:  « Les  vivants ferment les yeux des morts et les morts ouvrent les yeux des vivants. » J’ai vécu jusqu’à l’âge de deux ans, de 1943  à 1945, dans ce village qui a recueilli mes parents pendant la guerre et ce 28 juillet 2019, j’y reviens. La Mairie a affiché les photos de mes parents, oncles, tantes, grand-mère, sœurs, cousines  et de moi tout petit.  Je vois apparaître dans le registre des écoles le nom d’Annie, ma sœur  et je pense : je vais tout raconter à Annie, mais non, zut! Annie vient de mourir et quand je veux le dire aux habitants, c’est curieux, j’ai l’impression qu’elle est là! Une digue pète dans ma tête: je ne peux pas me retenir,  un tsunami de larmes m’envahit,  je pleure,  je pleure et j’ai honte. 

Jeanne Quinette, ma nièce, venue du Brésil, peut vraiment s’enorgueillir de toute la préparation de ce grand moment. Moi qui pensais qu’elle devait importuner cette calme Mairie avec toutes ses demandes. Et je reçois une lettre désespérée d’Aude, madame la maire : « Il n’y aura personne à votre concert,  comment briser l’indifférence? J’ai donc écrit une lettre aux habitants:

« Je m’appelle Jacques Rappoport, né en 1943. Quand nos parents s’en vont, on se mord les doigts de ne pas les avoir interrogés sur le passé. Je découvre dans un album de photos, un petit garçon de deux ans, avec, comme légende: Jacques à Morette. Ma grande sœur Annie me dit qu’elle a été à l’école dans ce village qui a abrité notre famille pendant la guerre mais Annie a disparu dans un accident de la route il y a quatre ans. Il me reste une cousine Nadine, qui a perdu sa maman à Sobibor, le camp de concentration. Elle a 84 ans  et elle en pleure encore. Elle aussi était à Morette. Nos parents arrivés en 1923 en France d’U.R.S.S, ont fait des enfants  et ces enfants ont fait des enfants. Nous voilà avec une immense famille…

Nous avons décidé de remonter le fil du temps, et  peu à peu, nous avons fondé un orchestre amateur le Rappoporchestra qui joue les musiques de notre pays d’origine. Quand tout le monde est là, nous sommes dix-huit, de neuf  à soixante-seize ans. T.F.1 nous a filmés quand nous sommes allés à Odessa retrouver nos racines  et nous avons même obtenu le second prix des orchestres de famille à Versailles. C’est aussi  une façon de se voir parce que nous sommes dispersés: Ardèche, Franche-Comté, Ile-de-France, Brésil, Floride… Nous avons décidé de rencontrer le habitants de ce village qui nous avait accueillis…

Ce ne sera pas un concert comme les autres: on va jouer aussi avec la mémoire olfactive, le gâteau russe de ma mère, les cornichons,  la vodka, les blinis. On racontera notre histoire. Cela ressemblera à une veillée à l’ancienne. Comment des juifs Russes deviennent tous français en moins de cent ans. Notre langue maternelle à tous est bien le français, mais nous gardons aussi tous quelque chose de là bas, même si  c’est la quatrième génération… C’est donc  bien loin tout ça. 

Donc, on vous invite tous, jeunes et vieux, à venir nous rencontrer. Cela ressemblera plus à une veillée à l’ancienne, qu’à un concert, on échangera, on parlera ensemble du monde d’aujourd’hui, il y aura de la musique entraînante mais aussi nostalgique, on feuillettera des albums de photos, on se demandera si la valeur “famille” est une valeur à protéger, on dégustera, on se quittera peut-être contents d’avoir agrandi le cercle de nos connaissances. Donc à très vite,

 Jacques Rappoport, le doyen de l’orchestre.

 5C6A7320-501A-4F80-9D89-1716225A6288Et puis Dana, ma fille et Ketty ma sœur, ont fait tout un travail sur la mémoire. Les dates, les photos… J’étais réticent, j’avais peur de ce passé, je le refoulais avec cette phrase de Woody Allen: « Il n’y a que l’avenir qui m’intéresse, je compte bien  y passer mes prochaines années”. Et puis j’ai plongé…C’était comme dans une piscine, au début, le froid m’a saisi et puis je me suis habitué. Annie Kahn, Gilbert, ses enfants, Liliane, Guy, Chantal, Franklin, etc. Se revoir, comme si jamais on ne s’était quitté… Tous sont importants pour moi. 

Et puis jouer.. Je me plains sans arrêt du théâtre pour privilégiés et ses représentations un peu tristes. Mais là, tous ces visages du village, de tout âge et puis cette représentation avait du sens. Ils sont 383 habitants à Morette  et là, on ne les comptait plus. On n’était pas là pour dire : regardez , une famille qui joue. En effet, on ne ne jouait pas n’importe où, et moi complètement fou  et habité qui disais: « Prends ma mère dans ta bouche”,  en distribuant la vatrouchka et les gens tendaient leurs mains, tout le monde  voulait la goûter la vatrouchka…
Nous avions inventé notre « reliance » à nos morts sans passer par Moïse,  Abraham, Jésus ou Bouddha. C’était bien plus qu’une prestation artistique,  nous étions emportés  par la musique,  par le lieu, par les visages… J’étais là-haut, loin des contingences terrestres, j’oubliais toutes  mes affaires,  heureusement Gab m’aidait à rassembler tout ce que je devais remporter. Je remplaçais les larmes, par verre de vodka  sur verre de vodka, puis verre de rosé sur verre de rosé..
Les anecdotes racontées par les habitants sur les parents galopaient dans ma tête, ma mère échangeant de la viande contre des armes; mon père cultivant des tournesols pour en faire de l’huile.  Et il y avait le son impeccable du trombone de Vincent et la famille d’Alain au grand complet avec l’inénarrable Vadim. Tu comprends, Marcel Proust, il arriverait à faire trois cent pages sur ces quelques heures de Morette, avec toutes les arborescences, les recoupements, les nostalgies…
Ketty qui se tourne vers moi pendant le film pour bien vérifier que je pleure mais Olivia ma nièce, pleure aussi… Dis donc, c’était une sorte d’enterrement avec soixante-dix ans de retard, avec ces ingrédients spécifiquement russes: l’aigre-doux, le rire à travers les larmes… Maman aurait été tellement heureuse de recevoir cette lettre, comme quand j’avais dix-sept ans:  je lui écrivais tout ce que je vivais. Et résonne encore en moi les phrases de François Quinette, mon beau-frère, à la mort d’Annie:  » Elle avait aimé Morette et toute sa vie, elle essayait de retrouver le bonheur de Morette. » Et ce 28 juillet 2019, nous revivions le bonheur de Morette… Un homme de 84 ans s’est approché de moi: « Jacques, tu ne me reconnais pas, le garçon de huit ans à droite sur la photo, c’était moi! » Vraiment un moment exceptionnel et incroyable: le corps a de la mémoire, je me sentais à la maison…

Jacques Livchine


Archive pour 2 août, 2019

Adieu Jacques Nichet

Adieu Jacques Nichet

1FE5F2E3-85D1-41B3-8A1A-89D26DE425D9 Il avait soixante-dix sept ans. Auteur de quelque trente mises en scène, toutes d’une très haute qualité, l’homme, d’une immense culture, était aussi discret qu’efficace ; peu connu du grand public mais reconnu par toute la profession, c’était un excellent metteur en scène, et un grand directeur d’acteurs… Nous avions vu la plupart de ses mises en scènes et à chaque fois, on restait étonné par sa rigueur et en même temps son sens de l’humour.

Encore élève de l’Ecole Normale Supérieur rue d’Ulm, il créa en 65  une compagnie universitaire le Théâtre de l’Aquarium, puis reçut au concours de l’agrégation de lettres classiques, il enseigna ensuite à l’Université de Paris VII. Et en 1972, avec Jean-Louis Benoît et Didier Bezace, Karen Rencurel… il créa le Théâtre de l’Aquarium à la Cartoucherie de Vincennes.  A quelques dizaines de mètres de celui de la Tempête de Jean-Marie Serreau et de celui du Soleil fondé par Ariane Mnouchkine. S’y succédèrent de remarquables spectacles  comme Marchands de ville (1972), Ah Q, (1975), La jeune Lune tient la vieille lune toute une nuit dans ses bras (1976), Correspondance (1980)… qui contribuèrent avec ceux des autres théâtres de la Cartoucherie à en faire un lieu emblématique de la création théâtrale…

Puis en 86, Jacques Nichet dirigea  le Centre Dramatique National de Montpellier. On lui doit des remarquables mises en scène d’auteurs aussi bien des pièces d’auteurs modernes comme Le Balladin du monde occidental de Synge, La Savetière prodigieuse de Federico Garcia Lorca, Sik-Sik, Le Haut-de-forme d’Eduardo De Filippo, ou contemporains (Domaine ventre de Serge Valetti, La Tragédie du roi Christophe d’Aimé Césaire ou classiques comme Le Magicien prodigieux de Pedro Calderon de la Barca, Le Triomphe de l’amour de Marivaux.

En 1998, Jacques Nichet prend la direction du Théâtre National de Toulouse Midi-Pyrénées  avec Richard Coconnier puis Jean Lebeau jusqu’en 2007 et mettra surtout en scène des auteurs contemporains La Ménagerie de verre de Tennessee Williams, Le jour se lève, Léopold ! de Serge Valetti, Silence complice de Daniel Keene, Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès Les Cercueils de zinc de Svetlana Alexievitch.
Mais il mettra aussi en scène des classiques comme Mesure pour mesure de William Shakespeare, les tragiques grecs avec Antigone de Sophocle et une admirable Alceste d’Euripide. Sa dernière création à Toulouse: Le commencement du bonheur d’après des textes de Giacomo Leopardi. En 2009-2010, il fut titulaire de la chaire de création artistique au Collège de France. Et l’an passé, il monta Compagnie de Samuel Beckett au T. N.T.. Il est aussi l’auteur d’un film La Guerre des demoiselles  (1984) qui avait pour thème, une révolte des paysans ariégeois en 1830.

Avec Jacques Nichet, disparaît un des meilleurs artisans au sens le plus noble du terme, du théâtre contemporain. Il sut rendre accessible au plus grand nombre les œuvres d’auteurs qu’il aimait profondément. Et cela avec la plus grande rigueur.

Philippe du Vignal

Les obsèques de Jacques Nichet auront lieu jeudi 8 août à Béziers.

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...