Festival Interceltique de Lorient. Trois Lettres de Sarajevo par Goran Bregovic

Festival Interceltique de Lorient

Trois Lettres de Sarajevo par Goran Bregovic et l’Orchestre Symphonique de Bretagne.

 84799925-5173-49F3-8C66-D2984B438304De la rock star des Balkanns invité ici en 2009, on garde le souvenir éblouissant  de son passage. Il revient à l’Espace Marine offrir aux Lorientais -des connaisseurs-, sa nouvelle création. Le compositeur et musicien serbe est accompagné de son populaire orchestre des Mariages et des Enterrements. Son entrée royale sur le plateau fait sensation, venant du plus loin de la salle, initiant un défilé de cuivres splendides et de sons caractéristiques des fanfares si attachantes des Balkans avec bonne humeur et plaisir… Comme une apparition fantastique de conte d’enfance.

Goran Bregovic et ses compagnons font une apparition tonitruante et  l’Orchestre Symphonique de Bretagne, dirigé par Aurélien Azan Zielinski, a déjà commence à jouer et  donne la tonalité à venir. Ces formations œuvrent pour une création musicale généreuse et citoyenne, tournée vers les possibilités des hommes à vivre bien ensemble. Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine, emblématique des espoirs d’une humanité accomplie, est une ville où les communautés diverses vivaient plutôt en paix ,durant le période communiste du Maréchal Tito. Résonnaient alors les échos sonores de cette cité multiculturelle, venus des églises, mosquées et synagogues.

Les musiques, classique pour les Chrétiens, klezmer pour les Juifs, et orientale pour les Musulmans, s’interpénétraient alors, s’influençant les unes les autres, vivantes. Goran Bregovic, vieux complice d’Emir Kusturica, a fait de « sa » musique, le récit symbolique possible de l’histoire de Sarajevo, un carrefour des civilisations avant son explosion tragique provoquée par les oppositions, les conflits et une guerre mémorable. Ce concert est une ode à la paix et à l’entente entre les peuples, hors de toute élévation de mur tangible ou de barrières mentales. A la fin du spectacle, la chanson Kalachnikov que reprend la salle est significative. Quand le clairon de la fanfare sonne, instrument militaire par excellence, Goran Bregovic invite la salle entière à hurler un ironique : « Chargez ! ». Les trois lettres qui concilient les trois religions : chrétienne, juive et musulmane, message de paix et de réconciliation que nul dieu ne crée, mais les hommes seuls. Goran Bregovic  avec sa chaleur et sa générosité est entouré de son incroyable Orchestre des Mariages et Enterrements, composé de cuivres gitans, de cordes et chanteuses bulgares, nourri de l’esprit populaire des jours qui passent, de la vie qui suit un cours irréversible.

Sur scène, la joie est visible et perceptible par tous: les musiciens de l’Orchestre Symphonique de Bretagne sont aussi de véritables passeurs, au service de la transmission d’un patrimoine universel d’ouverture. Compositeur mais aussi musicien traditionnel, Goran Bregovic s’amuse des styles et des techniques diverses, en restant lui-même. Le violon est son instrument métaphorique, faisant coexister les styles klezmer, classique et oriental, sur trois pièces instrumentales pour des solistes originaires des Balkans, du Maghreb et d’Israël.Un voyage musical avec les envols de solistes violonistes, une leçon de musique et d’humanité, ouverte et promouvant l’accueil. Sensibilité, émotion, les caresses plaintives du violon gémissent du bonheur d’être. Un concert généreux, envoûtant d’énergie et de liberté vers lesquelles tous se laissent aller. Ambiance festive et beau désordre, une alchimie humaine irrésistible….

Véronique Hotte

Festival Interceltique de Lorient, Espace Marine, le 6 août.

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...