Festival d’Aurillac ( suite et fin)

Festival d’Aurillac (suite et fin)

Hobobo de Patrick de Valette, de la compagnie des Chiche Capon, mise en scène d’Isabelle Nanty

38FBA300-CC4E-44A7-98B5-F5787330B47DIl entre en blouse blanche où est accrochée une décoration et il tire la langue. « J’arrive, d’où venons nous, où allons nous ? »  Il se présente: « Henri O’Taguet, professeur à Toulouse, je voudrais être votre regard sur le monde. » Il se lance dans un délire scientifique, se retrouve en jupon et culotte rouge : » Je retrouve l’homme de Cromagnon qui est en moi ! » Puis il s’empare des sacs de spectateurs, fouille dedans, prétend être  Napoléon, César, un grognard de l’Armée Rouge…

Puis il fait marcher au pas un spectateur qu’il manipule dans des bruits de bombe et dans la fumée. «Tout bagage laissé sans surveillance sera détruit et tout enfant, de même! » Il chevauche un spectateur, se fait caresser, danse les fesses à l’air, fait le poirier sur un tapis et invective les spectateurs : «Levez les bras, cherchez les chakras dans le public. Il se dandine devant une fille puis avance et s’allonge sur les bras tendus des spectateurs écroulés de rire qui lui font traverser la salle. Une performance rare qui ne recule devant aucun délire… On pourra voir Hobobo au Sentier des Halles à Paris à partir du 13 octobre.

Edith Rappoport

La Beauté du monde, témoignage du troisième type,  de Gildas Puget, par la compagnie Quality Street

BA463DAA-E796-4E08-AA1E-E03D70607C21En costume cravate bleue, il  apparaît en silence et nous tourne le dos; on l’applaudit : « Je suis ravi, j’ai une information très importante à vous communiquer sur l’apparition de la vie supergalactique : des organismes croissent, des civilisations se font depuis quinze millions d’années, l’univers depuis quinze milliards d’années. »

« Je vais commencer par vous parler de moi : Mickaël célibataire, je n’ai jamais noué de relation forte, toute mon aventure a commencé au guichet. Je vais sonner chez Béatrice, je n’ai pas de fleurs, tant pis, je sonne… » (…) « Je souhaite rencontrer au plus vite le Président de la République, l’écologie, tout le monde s’en fout. J’ai besoin d’un refuge, la secrétaire nous a expliqué que l’énergie nucléaire était très propre. J’ai dû prendre les commandes de la centrale, j’ai enclenché tous les boutons… » On se laisse aller avec plaisir dans ce délire verbal maîtrisé avec un aplomb surprenant par un personnage qui prétend sauver la Terre.
Il y a une tournée impressionnante d’une soixantaine de représentations qui doit s’achever le 13 décembre à Theix Noyalo (Morbihan).

E.R.

Poser les pieds sur un petit tapis de Philippe Dorin

14344071_10154460771523563_4971497788976104846_nUne femme en robe de chambre (Nadège Helluin) est assise près d’un vieux landau avec une pancarte : Attention fragile.  Elle en sort un petit tabouret, une bouteille et une tasse qu’elle essuie avec son jupon. Elle se verse de l’eau, mange des biscuits puis tend la main aux spectateurs qui se présentent : «Enchantée, comment tu t’appelles ? Elle sort une poupée du landau : « Je préfère ne pas me souvenir !» Puis elle manipule  d’autres  poupées au-dessus de son épaule qui lui sert de castelet : »La petite fille, elle est toute seule à la recherche d’un mot qui pourrait faire revenir quelqu’un à qui causer. Si au moins, j’avais un chat… »

Elle prend un tissu, y installe des personnages, un gros chien, la guerre. « Poser nos pieds sur un petit tapis, il ne faut plus y penser, quand il n’y a plus d’oiseaux, il n’y a plus d’air… ». Elle ramasse une marionnette indienne : « Le berger laisse ses moutons, il part en ville dîner avec une jolie pépée. Il s’est jeté de la montagne dans le ciel. C’est depuis ce jour-là, qu’il y a des étoiles. » « Un mot pour vivre, merci » et elle tend des papiers aux spectateurs qui  lui écrivent des messages.

Un spectacle énigmatique sur la folie d’une vieille femme et curieusement attachant.

E.R.

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...