Macbeth The Notes d’après William Shakespeare, écriture et mise en scène de Dan Jemmett et David Ayala

Macbeth The Notes, d’après William Shakespeare, écriture et mise en scène de Dan Jemmett et David Ayala

704DAEB2-D7DC-4AE1-B006-8FE5A354C5C6Créée 2014, cet étrange solo est magistralement interprété par le massif David Ayala qui se promène étrangement dans les reliefs de Shakespeare avec une certaine volupté et beaucoup de sueur. C’est une sorte de performance où son auteur veut retracer la fabrication d’une mise en scène. Après l’avant-première, il comprend que sa création n’est pas aboutie. Mais il y a urgence et il reprend ses notes. Doutes et craintes, tensions entre ses acteurs et lui…

« Au commencement, dit-il, il n’y avait pas de texte, seulement des improvisations sur le thème de la création d’un spectacle. Nous souhaitions montrer à tous ce qui n’est pas visible, l’envers du décor et laisser ainsi le public pénétrer les secrets de la création artistique. Cela a donné naissance à un véritable objet théâtral qui ne cesse de nous étonner, de nous dépasser malgré ses cinq années de tournée. Comment peut-on mettre en scène et rendre toute la démesure de ce «récit plein de bruit et de fureur, raconté par un idiot, et puis qu’à un moment, on n’entend plus et qui ne signifie rien. »

Dan Jemmett, coadaptateur et metteur en scène, a une belle complicité avec son comédien: « Dans ce spectacle, l’espace vide de la scène est idéal pour susciter un échange entre acteurs, techniciens, équipe artistique et metteur en scène. Ce dernier est à la fois exaspéré, inspiré, perdu et vulnérable quand  il commente ses propres notes. Habité par les principes avant-gardistes d’un théâtre de la « distorsion », il cite le génie de son créateur vidéo, l’allemand Rainer, tout comme il fustige et encense Jean-Marc, l’acteur principal, issu de téléfilms et autres talk-shows célèbres. »

Ce solo nous plonge dans les souvenirs de nombreuses mises en scène de cette pièce réputée maudite (voir Le Théâtre du Blog) et on ne décroche pas un instant pendant cette curieuse représentation où passent tant de personnages…

Edith Rappoport

Théâtre du Lucernaire, 53 rue Notre-Dame-des-Champs, Paris (VI ème) jusqu’au 13 octobre. T. : 01 45 44 57 34.

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...