Festival le temps d’aimer la danse. Fossile, chorégraphie de Martin Harriague

Festival le temps d’aimer la danse

Fossiles, chorégraphie de Martin Harriague

 

©Jean Couturier

©Jean Couturier

Cet artiste engagé dans la défense de la Nature, dont nous avions apprécié l’an dernier  Sirènes, (voir Le Théâtre du Blog), présente ici un duo avec Frida Dam Seidel où il se questionne sur l’épuisement des ressources de la planète et imagine un nouvel Eden issu du chaos écologique actuel. Dès la première image, nous retrouvons le danseur englué dans du plastique noir, un des polluants majeur d’aujourd’hui qui couvre le sol et dont il  va se libérer peu à peu.
Ensuite, dans un beau solo, la danseuse qui manipule un crâne humain, a une maîtrise impressionnante de l’espace et de la gestuelle. Une partenaire idéale dans une belle complicité pour ces duos  avec Martin Harriague…

Elle fait naître le premier homme et le fait sortir de son état sauvage. Une sorte de résurrection par l’amour  sur une musique de Franz Schubert. Le danseur-chorégraphe aime faire alterner  mouvements rapides et gestes plus lents dans cette pièce remarquable  Martin Harriague, né à Bayonne a trente trois ans et est artiste associé au Malandain Ballet de Biarritz. L’engagement esthétique et politique de l’enfant du pays a été immédiatement reconnu ici par les spectateurs qui le suivent à chacune de ses pièces. Au printemps prochain, il créera une chorégraphie inspirée par la jeune militante écologiste Greta  Thunberg…

Jean Couturier

Spectacle vu au Théâtre du Casino 1, avenue  Edouard VII, Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) le 9 septembre.


Archive pour 13 septembre, 2019

Festival le temps d’aimer la danse. Fossile, chorégraphie de Martin Harriague

Festival le temps d’aimer la danse

Fossiles, chorégraphie de Martin Harriague

 

©Jean Couturier

©Jean Couturier

Cet artiste engagé dans la défense de la Nature, dont nous avions apprécié l’an dernier  Sirènes, (voir Le Théâtre du Blog), présente ici un duo avec Frida Dam Seidel où il se questionne sur l’épuisement des ressources de la planète et imagine un nouvel Eden issu du chaos écologique actuel. Dès la première image, nous retrouvons le danseur englué dans du plastique noir, un des polluants majeur d’aujourd’hui qui couvre le sol et dont il  va se libérer peu à peu.
Ensuite, dans un beau solo, la danseuse qui manipule un crâne humain, a une maîtrise impressionnante de l’espace et de la gestuelle. Une partenaire idéale dans une belle complicité pour ces duos  avec Martin Harriague…

Elle fait naître le premier homme et le fait sortir de son état sauvage. Une sorte de résurrection par l’amour  sur une musique de Franz Schubert. Le danseur-chorégraphe aime faire alterner  mouvements rapides et gestes plus lents dans cette pièce remarquable  Martin Harriague, né à Bayonne a trente trois ans et est artiste associé au Malandain Ballet de Biarritz. L’engagement esthétique et politique de l’enfant du pays a été immédiatement reconnu ici par les spectateurs qui le suivent à chacune de ses pièces. Au printemps prochain, il créera une chorégraphie inspirée par la jeune militante écologiste Greta  Thunberg…

Jean Couturier

Spectacle vu au Théâtre du Casino 1, avenue  Edouard VII, Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) le 9 septembre.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...