La Souricière d’Agatha Christie, mise en scène de Ladislas Cholat

La Souricière d’Agatha Christie, adaptation de Pierre-Alain Leleu, mise en scène de Ladislas Cholat

La-souriciere-aff_1La Pépinière-Opéra rénovée, accueille un public venu nombreux voir une des pièces les plus connues de l’écrivaine britannique. Un jeune couple vient de transformer le manoir de Monkswell en hôtel. Il neige et il y a beaucoup de clients dont une grosse femme désagréable qui se plaint de l’accueil, alors que ce couple fait le maximum…

Mme Boyle, une des clientes, est retrouvée assassinée! Les soupçons se portent d’abord sur Christopher Wren, un jeune excentrique. Mais il s’avère assez vite que le tueur peut être un des clients, voire l’un des propriétaires. Mais l’inspecteur Trotter va tout faire pour trouver le coupable.

Pour Ladislas Cholat, il est intéressant « de donner à cette pièce un nouveau souffle, une certaine modernité. L’adaptation de Pierre-Alain Leleu réveille l’histoire, en faisant ressortir l’humour, tout en respectant les ressorts de l’intrigue. Enfin, dit-il, pour cette création inédite, j’aime l’idée de constituer une vraie troupe de possibles criminels  avec des acteurs avec qui j’avais déjà travaillé, d’autres avec qui j’avais depuis longtemps envie de travailler et d’autres encore découverts en audition. Ils ont en commun le sens de l’humour et sont humainement compatibles, tout en étant très différents les uns des autres. »

Il y a en effet une belle distribution: Dominique Daguier, Sylviane Goudal, Stéphanie Hédin, Brice Hilaret, Pierre Alain Leleu, Marc Maurille, Christelle Redoul et Pierre Samuel pour The Mousetrap qui se joue à Londres depuis 1952 ! La pièce bat tous les records au monde de représentations consécutives (25.000!) et n’a depuis jamais quitté l’affiche. Agatha Christie a aussi écrit une nouvelle qui, selon sa volonté ne devait être publiée qu’après la dernière représentation théâtrale. Elle reste donc inédite à ce jour, du moins en Grande-Bretagne… Cette adaptation d’un texte radiophonique (1947) est restée célèbre pour son dénouement que les spectateurs sont priés de ne pas révéler, comme le demande à la fin, l’Inspecteur Trotter: «Chers spectateurs, complices du crime, merci d’être venus. Et de ne pas révéler l’identité du meurtrier ».

Edith Rappoport

 Pépinière Opéra,  7 rue Louis Le Grand  Paris (II ème) . T. : 01 42 61 44 16.


Archive pour 14 septembre, 2019

Les Naufragés, d’après Les Naufragés, Avec les clochards de Paris de Patrick Declerck, mise en scène d’Emmanuel Meirieu

Les Naufragés, d’après Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck, adaptation de François Cottrelle et Emmanuel Meirieu, mise en scène d’Emmanuel Meirieu

Les Naufragés, avec les clochards de Paris - Mise en scène d'Emmanuel Meirieu, d'après le roman de Patrick Declerck, adaptation de François Cotrelle et Emmanuel Meirieu, avec François Cottrelle  - Chanteur : Stéphane Balmino - Costumes Moira Douguet Une scénographie somptueuse : lumière, décor et vidéo de Seymour Laval, Emmanuel Meirieu et Jean-Michel Adam, pour ce spectacle à la grande beauté formelle rappelant le célèbre Radeau de la Méduse (1818) de Théodore Géricault. Mais ici, les survivants sont enfouis dans un abîme et ces naufragés invisibles ont tous basculé au séjour des morts. Sur un plateau couvert de sable fin, avec en vrac, un fouillis de tiges, planches fines et croix de bois…

 Au lointain, la proue d’un bateau et  es reflets de la mer… Sur des piliers sont projetées des scènes de vie et des figures d’exclus. Des images fantomatiques et muettes d’un film en noir et blanc. La destruction des vies par l’existence est la métaphore filée, égrainée sur scène, selon l’imaginaire collectif, de la catastrophe avec son lot de survivants. Catastrophe est en effet la vie vécue par ceux qui n’y ont pas eu accès.Le romancier Patrick Declerck a suivi pendant plus de quinze ans les clochards de Paris. Psychanalyste, il ouvrit au C.A.S.H. (Centre d’Accueil et de Soins hospitaliers) de Nanterre, la première consultation d’écoute destinée aux S.D.F.

Attaché à ces morts-vivants installés entre  vie et mort, l’auteur, comme le comédien François Cottrelle, dit avoir haï ceux qui ne sont rien, leur odeur de saleté et leur regard alcoolisé… Un rappel de présences infimes sans vitalité, de ces presque cadavres que la société ignore, misérables rejetés de toute vie sociale et refusant des soins. Le protagoniste fait le récit douloureux et sincère de son engagement auprès des sans-abri et des laissés pour compte. Sont ainsi répertoriés quelques cas significatifs de leur misère extrême : une femme ne pense qu’à être enceinte pour bénéficier des allocations familiales et devenir riche! Un jeune homme, en grande souffrance physique, refuse toute aide et veut être seul maître de sa mort, un misérable recueilli dans le métro, entre la vie et la mort, s’éteint, en tenant la main d’un thérapeute impuissant : « C’est difficile… »

 Raymond, presque un ami pour le narrateur (Stéphane Balmino, chanteur et diseur de poésie), est mort de froid devant le centre d’accueil de Nanterre, sous un abribus… Il avait longtemps été serveur à la cantine de ce centre. Après avis d’une assistante sociale, il l’avait quitté depuis deux mois pour aller dans un foyer de réinsertion sociale. Mais en vain. Trop seul, trop démuni, préférant un abandon radical à l’alcool et à l’errance, il avait essayé de se fuir un désastre personnel mais ce naufragé était un noyé en sursis…

 Le naufrage existentiel et physique ne se révèle pas un passage initiatique quand on ne peut prendre son destin en main. Mais quand la réinsertion citoyenne est tragiquement impossible, doit-on en imputer la responsabilité à une société coercitive et oppressive, tendue par le mythe mensonger de la construction de soi égoïste et de la réussite ? Ne faut-il pas plutôt malgré tout, œuvrer à intégrer une personne différente  et à la libérer enfin d’elle-même? Faire du beau sur la misère du monde nous place en situation de voyeur et ce spectacle dont la forme artistique élaborée peut déranger… Un peu léger et démago sur le traitement de pathologies difficiles, il désigne un peu facilement les responsables…

 Véronique Hotte

 Théâtre des Bouffes du Nord, 37 bis boulevard de la Chapelle,  Paris (X ème), jusqu’au 2 octobre. T. : 01 46 07 34 50.

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...