Le Prix du Lucernaire Laurent Terzieff-Pascale de Boysson 2019

Le Prix du Lucernaire Laurent Terzieff-Pascale de Boysson 2019

Créé il y a juste cinquante ans, dans une ancienne usine de soudure, impasse d’Odessa qui donne sur la rue de la Gaieté et depuis situé rue Notre-Dame-des-Champs, le Théâtre du Lucernaire a depuis vu passer beaucoup d’artistes et connu des hauts et des bas dans sa fréquentation. Pourtant un artiste, et non des moindres, lui a toujours été fidèle : Laurent Terzieff qui a accepté d’y jouer même dans des conditions financières  difficiles.

En mémoire de cette fidélité, Benoît Lavigne, l’actuel directeur du Lucernaire a  donné le nom du grand acteur au prix qu’il a créé, en association avec la S.A.C.D. et les éditions de l’Harmattan, propriétaires du théâtre. Le comité artistique est composé des proches compagnons du couple Terzieff-Boysson et des collaborateurs du Lucernaire. Le prix est destiné à soutenir le texte d’un auteur contemporain et le projet de création qui l’accompagne. La compagnie lauréate reçoit une dotation de 10.000 euros de L’Harmattan mais aussi un soutien financier de la S.A.C.D. Le projet est ensuite programmé au Lucernaire, la saison suivante.

Seasonnal Affective Disorder de la compagnie Léla a été lauréat de la première édition du Prix en 2017 et cette création a reçu le prix du Meilleur spectacle de théâtre privé  l’an passé. Le second prix avait été attribué à Jalie Barcilon pour Tigrane de la compagnie Lisa Klax, un spectacle qui sera présenté au Lucernaire cette saison.

F172C578-FBE0-4942-8BA6-7858CF040A55Pour sa troisième édition, le jury a choisi de récompenser à l’unanimité, le 23 septembre, A Bout de sueurs d’Hakim Bah qui co-dirige la compagnie Paupières mobiles. Déjà lauréat de l’Aide à la création attribuée par Artcena, le texte, publié par Lansman éditeur, poursuit, avec cette récompense, une belle reconnaissance professionnelle. Grâce aux soutiens financiers accordés, la compagnie pourra développer son budget de production et créer son spectacle en 2020 au  Lucernaire.

Hakim Bah a écrit A Bout de sueurs, en réaction à des faits bien connus comme la mort de ces deux enfants guinéens, retrouvés gelés dans le train d’atterrissage d’un avion à Bruxelles en 1999 et à d’autres faits, méconnus, comme le rôle d’Internet dans le désir des femmes africaines d’aller vivre en Europe ou de sortir de la contrainte familiale pour rencontrer d’autres hommes. Enfin, il a voulu donner à la ville le statut d’un personnage à part entière avec environnement sonore, couleur des bavardages et sons des radios.

Hakim Bah, né en 1987 en Guinée, a suivi une formation d’ingénierie en informatique puis s’est tourné vers la scène en suivant une formation à Nanterre. Grâce à des résidences d’écriture, en particulier aux Francophonies en Limousin, au Théâtre de l’Aquarium à la Cartoucherie de Vincennes ou au Centre Inter-Mondes de La Rochelle, il a pu faire connaître son écriture si particulière:  celle de la parole et d’une fiction souvent resserrée jusqu’à l’étouffement. Hakim Bah assure aussi la direction artistique du festival L’Univers des Mots à Conakry (Guinée).

Marie-Agnès Sevestre

Théâtre du Lucernaire, 53 rue Notre-Dame-des-Champs, Paris (VI ème).

 


Pas encore de commentaires to “Le Prix du Lucernaire Laurent Terzieff-Pascale de Boysson 2019”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...