Tout doit disparaître, direction et chorégraphie Philippe Decouflé

Tout doit disparaître, direction et chorégraphie de Philippe Decouflé

©Jean Couturier

©Jean Couturier

L’événement de cette rentrée : c’est la première fois en France, qu’un chorégraphe montre un condensé de sa longue carrière avec des extraits de spectacles et de performances dansées. Soit une traversée de quatre à cinq heures dans  les nombreux espaces du Théâtre National de la Danse de Chaillot. Avec soixante personnes impliquées dans cette aventure!  Soit quarante danseurs, comédiens, acrobates mais aussi des élèves du Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Paris, neuf musiciens  et le chanteur Nosfell. «La compagnie D.C.A.,  n’a jamais constitué un répertoire, dit le chorégraphe. Au bout de quelques années, une pièce cesse de tourner et  fait place à la suivante. Et avec Tout doit disparaître, j’ai voulu rassembler tous les interprètes de ma compagnie et reprendre des extraits de pièces, au plus proche de ce qu’elles ont été, avec celles et ceux qui les ont créées.»

Soit trente-cinq ans de vie qui défilent… Nous avons l’immense plaisir de revoir des fragments de pièces emblématiques comme Tranche de cake (1.984), Triton (1.990), Decodex (1.995), Shazam! (1.997)…Visites guidées, parades et expositions s’ajoutent à ce feu d’artifice visuel. Nous redécouvrons le côté artisanal, inventif et novateur des créations des années 80 et 90 qui, à l’époque, n’étaient pas polluées par des effets numériques, trop répandus aujourd’hui. Philippe Decouflé rend par la même occasion un sublime hommage à ses danseurs: on revoit ainsi avec émotion Christophe Salengro, disparu il y a quelques années. Un admirable voyage dans le passé et on perçoit comment  le chorégraphe dirige maintenant ses interprètes dont certains, telle Nancy Rusek, ne sont pas montés sur un plateau depuis au moins dix ans. Elle reprend un rôle dans Petites pièces montées et retrouve le sien dans un extrait de Decodex. «Philippe, confie-t-elle, est moins dirigiste qu’à la création et nous dit d’y aller à fond, de trouver l’énergie de faire comme l’on peut!  Mon corps retrouve ses automatismes mais, après de longues journées de répétition,  il est sensible et douloureux parfois.»

Un travail de mémoire corporelle et une expérience unique qui obligent l’artiste à faire un retour sur lui-même. «Avec l’aide, précise Nancy Rusek, d’une musique jouée en direct : chacun des interprètes s’adaptent à la renaissance corporelle, dans la posture et le mouvement du danseur.» Pour Decodex, elle a remis le costume d’écorché  qu’elle portait il y a vingt-quatre ans: une expérience troublante pour elle car le corps change! Nous retrouvons aussi la magie des costumes de l’époque conçus par Philippe Guillotel et Laurence Chalou : un véritable défilé de mode… Philippe Decouflé vient du cirque et ses créations gaies et festives ont toujours mêlé danse, acrobatie, burlesque… Il faut aller découvrir ce gigantesque livre de souvenirs  et goûter sans modération à ces  friandises d’un autre temps.

Jean Couturier

Théâtre National de la Danse de Chaillot, 1 place du Trocadéro,  Paris (XVI ème). T. : 01 53 65 30 00. Du 27 septembre au 6 octobre.
Début du parcours: entre 18 h et 19 h, du mardi au vendredi, entre 15 h 30 et 16 h30 le samedi; et entre 12h et 13 h, le dimanche.


Archive pour 26 septembre, 2019

Tout doit disparaître, direction et chorégraphie Philippe Decouflé

Tout doit disparaître, direction et chorégraphie de Philippe Decouflé

©Jean Couturier

©Jean Couturier

L’événement de cette rentrée : c’est la première fois en France, qu’un chorégraphe montre un condensé de sa longue carrière avec des extraits de spectacles et de performances dansées. Soit une traversée de quatre à cinq heures dans  les nombreux espaces du Théâtre National de la Danse de Chaillot. Avec soixante personnes impliquées dans cette aventure!  Soit quarante danseurs, comédiens, acrobates mais aussi des élèves du Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Paris, neuf musiciens  et le chanteur Nosfell. «La compagnie D.C.A.,  n’a jamais constitué un répertoire, dit le chorégraphe. Au bout de quelques années, une pièce cesse de tourner et  fait place à la suivante. Et avec Tout doit disparaître, j’ai voulu rassembler tous les interprètes de ma compagnie et reprendre des extraits de pièces, au plus proche de ce qu’elles ont été, avec celles et ceux qui les ont créées.»

Soit trente-cinq ans de vie qui défilent… Nous avons l’immense plaisir de revoir des fragments de pièces emblématiques comme Tranche de cake (1.984), Triton (1.990), Decodex (1.995), Shazam! (1.997)…Visites guidées, parades et expositions s’ajoutent à ce feu d’artifice visuel. Nous redécouvrons le côté artisanal, inventif et novateur des créations des années 80 et 90 qui, à l’époque, n’étaient pas polluées par des effets numériques, trop répandus aujourd’hui. Philippe Decouflé rend par la même occasion un sublime hommage à ses danseurs: on revoit ainsi avec émotion Christophe Salengro, disparu il y a quelques années. Un admirable voyage dans le passé et on perçoit comment  le chorégraphe dirige maintenant ses interprètes dont certains, telle Nancy Rusek, ne sont pas montés sur un plateau depuis au moins dix ans. Elle reprend un rôle dans Petites pièces montées et retrouve le sien dans un extrait de Decodex. «Philippe, confie-t-elle, est moins dirigiste qu’à la création et nous dit d’y aller à fond, de trouver l’énergie de faire comme l’on peut!  Mon corps retrouve ses automatismes mais, après de longues journées de répétition,  il est sensible et douloureux parfois.»

Un travail de mémoire corporelle et une expérience unique qui obligent l’artiste à faire un retour sur lui-même. «Avec l’aide, précise Nancy Rusek, d’une musique jouée en direct : chacun des interprètes s’adaptent à la renaissance corporelle, dans la posture et le mouvement du danseur.» Pour Decodex, elle a remis le costume d’écorché  qu’elle portait il y a vingt-quatre ans: une expérience troublante pour elle car le corps change! Nous retrouvons aussi la magie des costumes de l’époque conçus par Philippe Guillotel et Laurence Chalou : un véritable défilé de mode… Philippe Decouflé vient du cirque et ses créations gaies et festives ont toujours mêlé danse, acrobatie, burlesque… Il faut aller découvrir ce gigantesque livre de souvenirs  et goûter sans modération à ces  friandises d’un autre temps.

Jean Couturier

Théâtre National de la Danse de Chaillot, 1 place du Trocadéro,  Paris (XVI ème). T. : 01 53 65 30 00. Du 27 septembre au 6 octobre.
Début du parcours: entre 18 h et 19 h, du mardi au vendredi, entre 15 h 30 et 16 h30 le samedi; et entre 12h et 13 h, le dimanche.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...