La Puce à l’oreille de Georges Feydeau, mise en scène de Petros Filippidis

La Puce à l’oreille de Georges Feydeau, traduction en grec de Minos Volanakis, mise en scène de Petros Filippidis

788FCD29-4275-4B65-B66D-316EAE5A1DE9On joue Feydeau en ce moment à la Comédie-Française à Paris (voir Le Théâtre du Blog) mais aussi à Athènes! La pièce (1907) marque le retour de Feydeau au vaudeville, genre où il excelle. Avec une intrigue  fondée sur une histoire de sosies: un directeur de compagnie d’assurances, Monsieur Chandebise et un garçon d’hôtel alcoolique au nom comique de Poche. Inspirée par  Leopoldo Fregoli, un acteur italien capable d’interpréter une soixantaine de rôles en même temps… Mondialement connu, il faisait l’admiration de Feydeau qui allait souvent le voir au théâtre… 

Ainsi naquit La Puce à l’oreille où foisonnent quiproquos et rencontres imprévues. L’acte II se déroule à l’hôtel du Minet Galant, à Montretout, un nom adéquat pour cette maison abritant les amours adultères. L’une des chambres est munie d’une tournette qui permet de faire virer le lit d’une pièce à l’autre pour éviter les flagrants délits. Chassés-croisés et courses-poursuites se succèdent donc à toute vitesse  mais les soupçons des époux se révéleront, après vérification, injustifiés.

Petros Filippidis crée un spectacle fidèle à l’esprit de l’écrivain français grâce à la superbe traduction en grec de Minos Volanakis et au jeu très physique des comédiens. Le décor imposant et les costumes de Yannis Metzikof soulignent l’époque, le milieu social et le style des personnages, sous les éclairages de Leftéris Pavlopoulos. Le metteur en scène a su donner à la pièce un rythme précis et accéléré, grâce au tuilage des répliques et cette frénésie provoque le rire aux éclats du public.

Les comédiens ont une gestualité exceptionnelle et Petros Filippidis a su rendre bien visibles les personnages avec quelques attitudes et une gestuelle simple… Il s’agit d’une version classique de cette pièce bien connue mais ici sans expérimentations inutiles et trouvailles qui pourraient orienter l’esthétique farcesque vers un lourd scepticisme. Pur divertissement, rire garanti, écriture scénique claire et  juste: tous éléments indispensables à ce genre de pièce. Bref, un spectacle à ne pas manquer ! Feydeau aurait été fier et content !

Nektarios-Georgios Konstantinidis

Théâtre Moussouri, 7 Place Karytsi, Athènes. T. : 0030 210 3310936


Archive pour 20 octobre, 2019

La Puce à l’oreille de Georges Feydeau, mise en scène de Petros Filippidis

La Puce à l’oreille de Georges Feydeau, traduction en grec de Minos Volanakis, mise en scène de Petros Filippidis

788FCD29-4275-4B65-B66D-316EAE5A1DE9On joue Feydeau en ce moment à la Comédie-Française à Paris (voir Le Théâtre du Blog) mais aussi à Athènes! La pièce (1907) marque le retour de Feydeau au vaudeville, genre où il excelle. Avec une intrigue  fondée sur une histoire de sosies: un directeur de compagnie d’assurances, Monsieur Chandebise et un garçon d’hôtel alcoolique au nom comique de Poche. Inspirée par  Leopoldo Fregoli, un acteur italien capable d’interpréter une soixantaine de rôles en même temps… Mondialement connu, il faisait l’admiration de Feydeau qui allait souvent le voir au théâtre… 

Ainsi naquit La Puce à l’oreille où foisonnent quiproquos et rencontres imprévues. L’acte II se déroule à l’hôtel du Minet Galant, à Montretout, un nom adéquat pour cette maison abritant les amours adultères. L’une des chambres est munie d’une tournette qui permet de faire virer le lit d’une pièce à l’autre pour éviter les flagrants délits. Chassés-croisés et courses-poursuites se succèdent donc à toute vitesse  mais les soupçons des époux se révéleront, après vérification, injustifiés.

Petros Filippidis crée un spectacle fidèle à l’esprit de l’écrivain français grâce à la superbe traduction en grec de Minos Volanakis et au jeu très physique des comédiens. Le décor imposant et les costumes de Yannis Metzikof soulignent l’époque, le milieu social et le style des personnages, sous les éclairages de Leftéris Pavlopoulos. Le metteur en scène a su donner à la pièce un rythme précis et accéléré, grâce au tuilage des répliques et cette frénésie provoque le rire aux éclats du public.

Les comédiens ont une gestualité exceptionnelle et Petros Filippidis a su rendre bien visibles les personnages avec quelques attitudes et une gestuelle simple… Il s’agit d’une version classique de cette pièce bien connue mais ici sans expérimentations inutiles et trouvailles qui pourraient orienter l’esthétique farcesque vers un lourd scepticisme. Pur divertissement, rire garanti, écriture scénique claire et  juste: tous éléments indispensables à ce genre de pièce. Bref, un spectacle à ne pas manquer ! Feydeau aurait été fier et content !

Nektarios-Georgios Konstantinidis

Théâtre Moussouri, 7 Place Karytsi, Athènes. T. : 0030 210 3310936

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...