Selve de Christophe Rulhes et Sylvana Opoya

Selve de Christophe Rulhes et Sylvana Opoya

LA SELVAAprès Lenga, ce spectacle donne la parole à Sylvana Opoya, une Amérindienne qui vit en bord de fleuve dans la forêt amazonienne. En français et en langue wayana, elle raconte sa vie, son village, l’orpaillage illégal, son appartenance à la terre. Une comédienne joue Selve et dialogue avec elle et un circassien, une danseuse et un musicien qui nous font voir et entendre l’Amazonie.

Un grand médaillon au dessus du plateau, et de grandes bannières  suspendues.  Les quatre acteurs brandissent des pancartes, des photos de part et d’autre. «Qui suis-je? Quand j’étais enfant, je ne savais pas ce qu’était l’orpaillage. Comment me voyez vous ? Comment je me vois?  » (…) « Je suis comme les Blancs, mais je suis une wayana. Mes sœurs amérindiennes sont mortes de froid… »

Une danseuse chante en s’accompagnant à la guitare électrique: « La brute a submergé l’ancien monde. Les Wayanas étaient des chasseurs-pêcheurs, après on a dû aller à l’école. Mes parents m’ont aidée toute ma vie, comment les en remercier? » On voit d’un vieil homme des images filmées par Nicolas Pradal : «Alikanapo, c’est lui qui m’a dit que j’étais shamane, je suis une Dayana. Pourquoi les orpailleurs nous détruisent? Il y a des malades, des enfants qui ne peuvent plus parler». Puis une danse de combat solitaire. «Moi, je dis non, je n’ai pas besoin de route. J’aime l’électricité… » Ils dansent sur les bruits de la forêt. Tucan, le dernier shaman, la famille de Silvana Opoya, la tribu, on se cherche entre  mille feux. La guerre précolombienne, dans un même geste, la mort et la régénérescence, des suicides. «Je n’aime pas les évangélistes! »

Un spectacle riche avec une «fiction vraie» où on évoque les questions de la transmission et du partage du territoire, en Guyane comme ailleurs, mais c’est encore un travail en cours.

Edith Rappoport

Spectacle vu au Théâtre Romain Rolland de Villejuif (Val-de-Marne) le 18 octobre. : T. : 01 49 58 17 00.

Le texte de La Guerre des Natures, Lenga et Selve est édité aux Solitaires Intempestifs.


Archive pour 21 octobre, 2019

Selve de Christophe Rulhes et Sylvana Opoya

Selve de Christophe Rulhes et Sylvana Opoya

LA SELVAAprès Lenga, ce spectacle donne la parole à Sylvana Opoya, une Amérindienne qui vit en bord de fleuve dans la forêt amazonienne. En français et en langue wayana, elle raconte sa vie, son village, l’orpaillage illégal, son appartenance à la terre. Une comédienne joue Selve et dialogue avec elle et un circassien, une danseuse et un musicien qui nous font voir et entendre l’Amazonie.

Un grand médaillon au dessus du plateau, et de grandes bannières  suspendues.  Les quatre acteurs brandissent des pancartes, des photos de part et d’autre. «Qui suis-je? Quand j’étais enfant, je ne savais pas ce qu’était l’orpaillage. Comment me voyez vous ? Comment je me vois?  » (…) « Je suis comme les Blancs, mais je suis une wayana. Mes sœurs amérindiennes sont mortes de froid… »

Une danseuse chante en s’accompagnant à la guitare électrique: « La brute a submergé l’ancien monde. Les Wayanas étaient des chasseurs-pêcheurs, après on a dû aller à l’école. Mes parents m’ont aidée toute ma vie, comment les en remercier? » On voit d’un vieil homme des images filmées par Nicolas Pradal : «Alikanapo, c’est lui qui m’a dit que j’étais shamane, je suis une Dayana. Pourquoi les orpailleurs nous détruisent? Il y a des malades, des enfants qui ne peuvent plus parler». Puis une danse de combat solitaire. «Moi, je dis non, je n’ai pas besoin de route. J’aime l’électricité… » Ils dansent sur les bruits de la forêt. Tucan, le dernier shaman, la famille de Silvana Opoya, la tribu, on se cherche entre  mille feux. La guerre précolombienne, dans un même geste, la mort et la régénérescence, des suicides. «Je n’aime pas les évangélistes! »

Un spectacle riche avec une «fiction vraie» où on évoque les questions de la transmission et du partage du territoire, en Guyane comme ailleurs, mais c’est encore un travail en cours.

Edith Rappoport

Spectacle vu au Théâtre Romain Rolland de Villejuif (Val-de-Marne) le 18 octobre. : T. : 01 49 58 17 00.

Le texte de La Guerre des Natures, Lenga et Selve est édité aux Solitaires Intempestifs.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...