Musiques du Monde. Festival de l’Imaginaire à Poullaouen (Finistère)

9A424732-3BAF-47B7-9D48-6B4477AC945EMusiques du Monde. Festival de l’Imaginaire à Poullaouen (Finistère).

Carte Blanche à Erik Marchand et Joel Cruz Castellanos, pour une fest-Noz autour des danses Fisel et Zapateado lors de ce festival qui fait escale à Poullaouen, au centre de la Bretagne près de Morlaix. Autour des répertoires musicaux accompagnant cette danse de la famille des gavottes et originaire du pays breton Fisel et la danse mexicaine zapateado, physiquement exigeantes et fondées sur la maîtrise de mouvements rapides des pieds tapant sur le parquet.

La musique, la danse, la fête mais aussi un contexte initialement rural au Mexique… Comme en Bretagne avec les fest-noz nées dans les années 1950 à… Poullaouen, fief du chanteur Erik Marchand. Figure de la musique bretonne actuelle et transmetteur historique, cet artiste patient et constant s’attache à créer des ponts avec d’autres systèmes musicaux relevant de l’univers modal. L’origine du son jarocho remonte au XVII ème siècle et renvoie à l’histoire de la colonisation et de l’esclavage au Mexique: un style musical métisse des Caraïbes, surtout à Sotavento, dans l’Etat de Veracruz.

Ce jarocho est marqué par la cohabitation de musiques espagnoles, africaines et indigènes. Un son traditionnel indissociable de la fête rurale et du fandango ou « huapango », sur la place publique d’un village… Réunissant musiciens, danseurs, chanteurs, familles et membres de la communauté autour de la tarima, une estrade en bois où les couples pratiquent le zapateado (claquement de chaussures). L’ensemble est presque exclusivement composé d’instruments  à cordes : guitares jaranas, requintos, leona, violon et harpe. Avec quelques percussions : pandero, guiro, quijada (mâchoire d’âne) et marimbol. La poésie chantée, improvisée ou non, tient ici une place importante avec un chant déclamé, caractérisé par un timbre puissant et perçant.

Le jarocho, pratiqué par les huit artistes mexicains invités est lié au zapateado, dansé en couple dans la région de Sotavento. Issu d’un syncrétisme et né durant la période coloniale, le fandango résonne au rythme des cycles agricoles, dans les fêtes religieuses, le mariages, funérailles, baptêmes, anniversaires et autres événements marquants de la vie rurale. Mais le jarocho s’est désolidarisé de la fête populaire et est devenu une musique autonome  amplifiée dans les  concerts  et qui est aussi enregistrée en studio. Joel Cruz Castellanos, originaire de la ville de Santiago Tuxtla, est un artiste professionnel, passeur de traditions mais aussi professeur, collecteur, chercheur et collectionneur… Maître de la leona, une basse traditionnelle jouée au plectre, il est membre de Los Cojolites, un groupe de renommée internationale.

Pour ce festival de l’Imaginaire, autour de Joel Cruz Castellanos, des chanteurs, des danseurs et sept musiciens originaires de Tuxtla. La pratique du son jarocho a dépassé les frontières de l’Etat de Vera Cruz et de nombreux fandangos fleurissent dans les grandes villes du Mexique et au-delà. Joel Cruz Castellano est au chant, vozarrona, violon ; Carolina Cruz Castellanos, au chant, jarana, zapateado ; Rodrigo Oliveros Valentin, au chant, requinto et zapateado ; Erendira Abril Blanco Vargas, au chant, jarana et zapateado; Arcadio Baxin, au chant, jarana et zapateado ; Sirana Guevara Gonzalesau, au chant, jarana et zapateado ; Fredy Naranjos Vega chant, jarana et zapateado ; Alberto Guillen, au pandero, guiro, quijada, et zapateado. La richesse de cet ensemble musical nous fait découvrir les multiples facettes du son jarocho et les différents répertoires et modes de jeu. Cette fête du fandango a toujours une vraie dimension populaire, une proximité avec la nature et des relations humaines teintées d’une certaine mélancolie.

La musique, la danse, la fête et un contexte initialement rural : autant de points communs avec le fest-noz… Erik Marchand,  infatigable chanteur, a convié des artistes de la jeune génération, Olivier Catteau à la clarinette, Joachim Mouflin au bouzouki, Antoine Péran à la flûte traversière et Dylan James à la contrebasse.

Véronique Hotte

Musiques du Monde. Festival de l’Imaginaire à Poullaouen (Finistère), le 1 er novembre.

Théâtre des Minuits, La Neuville-sur-Essonne, (Esssonne) le 10 novembre.

Théâtre Claude Lévi-Strauss, Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, Paris (VII ème), les 15, 16 et 17 novembre.

 

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...