Le Secret d’Amalia de Franz Kafka, mise en scène de Bernard Sobel

Le Secret d’Amalia, un chapitre du Château de Franz Kafka, adaptation d’Annie Lambert, mise en scène de Bernard Sobel

H. Bellamy

H. Bellamy

Comme L’Amérique (1911) ou Le Procès (1914), Le Château (1922), est un roman inachevé, le troisième et dernier de l’écrivain qui meurt deux ans plus tard. Son ami le plus proche, Max Brod, écrivain et journaliste, ne respectera pas sa volonté: la destruction de tous ses manuscrits. Et il publiera en 1925, Le Procès et Le Château en 1926. Suivront d’autres inédits et L’Amérique dont le titre original souhaité par l’auteur est Le Disparu. Les récentes éditions paraissent sous ce nom.  

La dimension énigmatique, sociale et politique du Château, nous installe dans une « intranquillité », fascinante, obsessionnelle et angoissante, et cela dès le début: «Il n’y avait même pas une lueur qui indiquait la présence du grand château. K. s’arrêta longuement sur le pont de bois qui mène de la route au village, et resta les yeux levés vers ce qui semblait être le vide…». Le vide, l’anonymat, la solitude, l’enfermement sont entre autres, les thèmes emblématiques de ce récit : « K. se bat pour entrer en contact avec les autorités du village où il vient d’arriver, il est étranger et cherche à officialiser son statut d’arpenteur. Mais le château sombre et irréel où résident les fonctionnaires est inaccessible. Cet édifice surplombe le village et abrite toute l’administration, il est impénétrable et investi d’une autorité que personne ne mesure vraiment. »

Bernard Sobel a adapté avec Annie Lambert, un des chapitres du roman : Amalias Geheimnis /Le secret d’Amalia  et l’a mis en scène, en collaboration avec le philosophe Daniel Franco. Un unique personnage : une jeune femme, Amalia, se révèle capable d’assumer un refus à la suite d’un diktat du Château. Pour avoir déchiré la lettre obscène du fonctionnaire Sortini qui la sommait de satisfaire à ses avances, Amalia et sa famille sont mises au ban par le château comme par tout le village…

H. Bellamy

H. Bellamy

Ce chapitre, Le secret d’Amalia,  forme avec ceux de 15 à 20, un long récit à forte dimension dramatique, à l’intérieur même du roman, consacré à Barnabé, le messager et à sa famille de réprouvés. L’écriture frappe par son aspect  théâtral et, au cours de la pièce, les situations restent bien souvent en suspens, avec une tension théâtrale qui prend corps: Olga s’adresse ainsi à K. : «Tu ne connais pas l’élément décisif, tu as peut-être raison en tout, mais l’élément décisif fut qu’Amalia n’alla pas à l’auberge des Messieurs.» (…) «Mais, par le fait qu’elle n’y est pas allée, la malédiction a été prononcée sur notre famille. » «Comment ! S’écria K. (et il amortit aussitôt sa voix étant donné qu’Olga levait les mains dans un geste de supplication) toi, ta sœur, tu ne dis quand même pas qu’Amalia aurait dû obéir à Sortini et courir à l’Auberge des Messieurs ? » Un vocabulaire simple et précis, des dialogues ou souvent de longs récits-monologues produisent, dans cette adaptation, un texte aux phrases brèves ou plus étendues, mais toujours d’une grande fluidité et qui s’adressent au  public.

La bande-son, bruits métalliques et d’instruments de cuisine, renforce juste ce qu’il faut, l’atmosphère dure, sourde et étrange qui enveloppe l’univers du Château et «le secret d’Amalia». Une adaptation et une mise en scène d’une belle théâtralité, présente du début à la fin. Dans cette salle intime de cinquante places, Bernard Sobel nous offre avec un unique décor, une représentation et une écoute du texte sans détour.  À la fin du spectacle, notre esprit est loin d’être apaisé. Cette création, issue de ce roman paru il y a presque cent ans déjà, nous place devant une réalité qui nous parle à nous, citoyens européens comme l’était Franz Kafka, du XXIème siècle. Mais elle évoque aussi la tragédie (moderne?), le héros tragique. Et en entendant ces mots prononcés par Olga, la sœur d’Amalia, nous vient à la mémoire ce personnage sublime du théâtre  antique grecque, Antigone : «Mais qu’elle n’y soit pas allée (à l’auberge des Messieurs), c’était héroïque. En ce qui me concerne, je te l’avoue franchement, si j’avais reçu une telle lettre, j’y serais allée. Je n’aurais pas supporté la peur de ce qui allait venir, seule Amalia en était capable. »

En effet ce spectacle nous interroge… Un siècle plus tard en France et dans le monde occidental, apparaît une surveillance économique, intellectuelle, politique, médicale…  et une main-mise de la société sur notre vie quotidienne grâce aux nouvelles technologies. Le leurre, les réactions et actions impulsives de certains dirigeants, l’absence de pensée collective et politique construite, déterminée, le « tout, tout de suite » font de cette société, un univers complexe où on se méfie, où on est assoiffé de désirs, de pouvoir, mais de pouvoir vide de sens et individualiste.

Et il fait écho à celui du Château, notamment quand Olga s’adresse à K. : «Et puis il faut aussi songer qu’il y a tout de même entre un fonctionnaire et une fille de cordonnier, une grande distance qui doit d’une certaine manière être comblée. Sortini a essayé de le faire de cette manière, un autre peut s’y prendre autrement. On dit certes que nous appartenons tous au Château et qu’il n’existe aucune distance et qu’il n’y a rien à combler et c’est effectivement peut-être vrai dans les circonstances habituelles, mais nous avons malheureusement eu l’occasion de voir que quand justement l’enjeu est d’importance cela n’est pas vrai du tout ». 

Le Secret d’Amalia, est sous l’oeil toujours critique, précis et le geste théâtral exigeant de Bernard Sobel mis en scène avec noblesse et sobriété. L’étalage des chaussures alignées en rangs ne manque ni de poésie ni d’esprit. Valentine Catzéflis: Olga, Matthieu Marie : K et Mathilde Marsan : Amalia sont justes et sans excès. Ils nous font vivre avec beaucoup d’intensité, ce texte énigmatique et perturbant où la domination du Château «s’exerce sans qu’il soit besoin d’émettre un ordre, un décret ». Le public est à la fois surpris et touché. «Les personnages sont face à un cruel dilemme : ou bien accepter la domination et vivre dans l’humiliation, ou bien la refuser et en payer le tribu. » Les comédiens, la mise en scène, maintiennent avec subtilité au fil du récit, un climat hostile. K. et Olga demeurent pratiquement immobiles pendant l’essentiel de la représentation, ce qui donne une intensité plus profonde à leur regard et à leur voix qui semble parfois comme détachée de leur corps.

On ressent une angoisse, comme  en écho à cette réplique du Tartuffe de Molière, citée dans le programme: «L’homme est, je vous l’avoue, un méchant animal. » Et Bernard Sobel nous avertit: «C’est lui, aujourd’hui, qui met en danger sa propre espèce, d’où peut-être le cri d’Amalia poussé au milieu de la fête des pompiers dans le château de Kafka ou à celle de l’Huma de nos jours. »  Dans cette dernière création, le metteur en scène a fait de ce chapitre du Château, un texte dramatique à part entière. L’écriture de Franz Kafka, mise en corps et en voix, continue de nous éblouir. Dans toute son ampleur, sa force et son désespoir.  Effrayante continuité d’un monde en évolution…

Un spectacle marquant, à voir…

 Elisabeth Naud 

Jusqu’au 1er février. 100-Établissement culturel solidaire, 100 rue de Charenton, Paris (XII ème). T. : 01 46 28 80 94.

Le Château, traduction de Jean-Pierre Lefebvre, est publié aux éditions Gallimard

*******************************************************************************************************************************************************

  • contact

    arobase-bleu-sur-fond-orange

    philippe.duvignal (antispam, enlever antispam) @gmail.com

  • Méta

  • Articles récents

  • janvier 2020
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Mots-clés



  • Répondre

    DAROU L ISLAM |
    ENSEMBLE ET DROIT |
    Faut-il considérer internet... |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
    | Cévennes : Chantiers 2013
    | Centenaire de l'Ecole Privé...