Contes et Légendes, une création théâtrale de Joël Pommerat

Crédit photo : Elisabeth Carecchio.

Crédit photo : Elisabeth Carecchio.

Contes et Légendes, une création théâtrale de Joël Pommerat

L’auteur et metteur en scène s’est attaché, tout au long de son œuvre, à évoquer l’enfance. En montant des contes classiques qu’il revisite de façon subversive, comme Le petit Chaperon rouge, Pinocchio, Cendrillon. Ou en intégrant des enfants dans ses autres spectacles… Avec cette dernière création, il s’est intéressé à l’enfance comme période de construction de soi, dans une société futuriste où des robots humanoïdes seraient intégrés à notre quotidien.

L’identité artificielle, accompagnant l’acte invisible de «grandir», participerait alors de l’expérience inouïe d’une coprésence possible entre une humanité dite naturelle et une autre reconstruite, dite artificielle. Comment saisir à la fois, cette double identité? Ici, il privilégie de petits récits scintillants, éclairés par les lumières d’Eric Soyer qui a aussi créé la scénographie… Des fragments d’existence où enfants et parents croisent des robots humanoïdes qui sont comme un écho, une reproduction de l’humain, autorisant d’emblée toutes les métaphores et poétisations. Joël Pommerat pose ainsi la question du naturel et de l’artificiel mais aussi celles du théâtre, du réel et du fait de vivre. Et, entre ces questions, s’est aussi glissée celle du « genre » : les garçons ados sont ici joués par de jeunes actrices trentenaires d’environ 1,55 m qui donnent l’impression  que ces ados ont entre treize et quinze ans. Elles jouent avec humour et distance, déclinant les clichés obligés du genre masculin: arrogance et virilité que l’un d’eux prononce maladroitement mais de façon explicite : musculinité !

Une cour de récréation d’un collège, avec flots d’injures entre garçons et filles, insultes sexistes et machistes. Avec aussi une parole crue dont les images métaphoriques des parties, dites honteuses, se situent, comme bloquées, en dessous de la ceinture! L’inverse: des garçons jouant des filles était impensable car allant à l’encontre des valeurs reconnues et conventions.Le théâtre de Joël Pommerat est d’une sensibilité et d’une intelligence si rares quant à la réception des clichés sociologiques de notre monde, que le jeu des comédiennes, très maîtrisé, donne la victoire à l’artifice de la masculinité. La virilité n’étant qu’une construction d’attitudes et de codes gestuels qui se conjuguent d’instinct, quand on exprime des émotions reconfigurées… Dans un jeu de cache-cache entre soi et l’autre, entre vérité intime et représentation sociale.

L’être humain se présente alors comme une reconstruction proche du robot. Et les adultes ne sont pas oubliés, révélateurs des maux et contradictions subis par les jeunes. Le professeur de théâtre enseigne à ses élèves la confiance en soi, l’audace obligée pour s’imposer face à l’autre, le regarder droit dans les yeux pour exister et survivre. Et un père répète qu’il ne peut assurer les tâches pratiques, puisqu’il a une activité professionnelle très prenante. La mère, étant en ce cas, la seule garante du bon fonctionnement de la maison. Un spectacle admirable d’humanité effleurée puis touchée juste et astucieusement moquée, pour enfin révéler l’absurdité de visions obsolètes. Avec d’excellents interprètes: Prescillia Amany Kouamé, Jean-Edouard Bodziak, Elsa Bouchain, Léna Dia, Angélique Flaugère, Luce Grunstein, Lucie Guien, Marion Levesque, Angeline Pelandakis et Mélanie Prezelin, tous rigoureux et d’une belle présence.

 Véronique Hotte

Nanterre-Amandiers, Centre Dramatique National, 7 avenue Pablo Picasso, Nanterre (Hauts-de- Seine), jusqu’au 14 février. T. : 01 46 14 70 00.

Théâtre Olympia-Centre Dramatique National de Tours, du 3 au 7 mars. Théâtre de la Cité, Centre Dramatique National de Toulouse-Occitanie, du 13 au 20 mars. Espace Jean Legendre, Compiègne, les 26 et 27 mars.
Centre Dramatique National d’Orléans, les 2 et 3 avril. La Comédie-Scène Nationale de Clermont-Ferrand, du 8 au 10 avril. Le Phénix-Scène nationale de Valenciennes, les 28 et 29 avril.
L’Estive-Scène Nationale de Foix et de l’Ariège, les 5 et 6 mai. La Criée-Théâtre National de Marseille, du 13 au 17 mai. Scène Nationale de
Chateauvallon, du 27 au 29 mai.

MC2-Scène Nationale de Grenoble, du 9 au 13 juin.

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...