Festival Momix : Le Complexe de Chita de Daniel Calvo Funes

tro heol-CC- Damien et les poules

Festival Momix :

Le Complexe de Chita de Daniel Calvo Funes

On ne présente plus Kingersheim, du moins à ceux qui connaissent sa fabrique artistique et culturelle, le C.R.É.A. et son festival. Sous l’impulsion de son maire, Jo Spiegel,  cette ville près de Mulhouse s’est dotée d’un outil vivant d’utopie. Selon la règle : c’est impossible donc on va le faire, elle a développé spectacles, ateliers, rencontres pour les enfants, présence dans les écoles et même pendant les vacances, avec la ferme intention que  « le développement de toutes les intelligences: sensibles, cognitives, émotionnelles, politiques, poétiques, créatives » rejaillisse sur les adultes.

 Ce qui se produit, si l’on en juge par la réussite de Momix.  Le succès, -ici évident et durable- cela se compte en nombre de spectacles : plus de quarante cette année et de spectateurs : plus de trente mille, de trois à cent trois ans (au moins), dans la ville et ses environs. La réussite, ça se voit, au bon fonctionnement du festival, à la diversité des propositions : cirque, marionnettes, danse, chanson… Mais aussi  au visage des enfants et parents, à la solidarité entre les compagnies… Et cela se goûte au restaurant-épicerie bio et solidaire et se partage, cette année, avec la Suisse voisine.

La compagnie Tro-Héol  (tournesol en breton, en hommage au Théâtre du Soleil), une fidèle de Momix, y est venue huit fois, avec, entre autres, Mix Mex, une histoire d’amitié entre un chat, une souris et un homme, dans l’ordre que vous voudrez et Je n’ai pas peur. Où l’on s’aperçoit que grandir, c’est drôlement bien mais que ça peut faire quand même un peu peur. Si vous avez vu au cinéma un Tarzan, vous comprendrez Le Complexe de Chita. Quand on est un garçon, il faut être le héros, puisqu’on ne peut pas être une fille…  Ou alors l’astucieux chimpanzé qui rend bien des services : après tout, un enfant est peut-être, face aux adultes, un animal ? Alors, autant être le plus malin !

Daniel Calvo Funes place son histoire dans le sud de l’Espagne, vers les années quatre-vingt. Un jour, le père annonce à son fils et accessoirement, à sa fille: cette année, pas de rentrée scolaire, vous travaillerez à la ferme. Joie ! La fille lit des atlas, révise les capitales mondiales et laisse le garçon s’occuper de la poule Blanchette, des chèvres et chiens et de l’ânesse. Mais, mais, mais… On lui apprend que les chiens sont faits pour être attachés, les poules, mangées et les ânesses, incapables de porter deux fois leur poids transformées en saucisson. Et que le fusil est l’instrument viril par excellence. C’est cela, être un homme ?

Le spectacle utilise toute la richesse de son artisanat et le dispositif scénique s’inspire de la roue Cyr : on est au cirque et les scènes tournent comme à la lanterne magique et la manipulation est aussi une danse des comédiens à vue. Les marionnettes changent d’échelle pour évoquer plans larges ou gros plans. Et des prothèses évoquent une tante à la poitrine monstrueuse et accueillante ou bien un dieu Pan un peu effrayant. Les objets sont fabriqués dans un même matériau de base, la toile de jute (soigneusement maltraitée) parfaite pour évoquer la paille, la terre séchée… Et le spectacle prend le temps de transformations à vue, sort du cadre… Ce qui donne des instants de suspension qui ajoutent à son charme.

La compagnie a deux têtes : Daniel Calvo Funes et Martial Anton (pour ce spectacle, un « regard extérieur »et un photographe) et une famille d’artistes autour d’eux  pour fabriquer costumes, objets et histoires : à chacun sa spécialité, mais, avec plusieurs casquettes. L’équipe travaille dans une ancienne école en Bretagne  (les enfants ne sont jamais loin…) où elle peut construire décors et marionnettes. Mais aussi créer, répéter sereinement et inviter en résidence des compagnies amies. Un équilibre et une indépendance précieux,  en un temps où la diffusion des spectacles recule sur tout le territoire. Mais Momix ne leur fera pas défaut. Rendez-vous l’année prochaine pour la trentième édition…  

Christine Friedel

Centre Culturel La Paillette, Rennes (Ille-et Vilaine), les 10 et 11 février.

Festival Meliscènes, Auray  (Morbihan), les 13 et 14 mars. Espace culturel Beaumarchais, Maromme (Seine-Maritime), le 24 mars ; La Loco, Mezidon (Calvados) les 26 et 27 mars.

 

 


Pas encore de commentaires to “Festival Momix : Le Complexe de Chita de Daniel Calvo Funes”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...