Jason et les Argonautes, texte de Nicolas Bonneau, Pepito Maéteo, Alain Le Goff, mise en scène Nicolas Bonneau et Olivier Maurin

 

Jason et les Argonautes, texte de  Nicolas Bonneau, Pepito Maéteo et Alain Le Goff, mise en scène de Nicolas Bonneau et Olivier Maurin

18531851La Maison du Conte à Chevilly-Larue (Val-de-Marne) qui forme des conteurs, a présenté ses jeunes comédiens au Théâtre 13. Sur le plateau nu, quelques chaises et un tabouret haut… Olivier, Delphine, Sarah, Juan, Noémie ont été accompagnés pour un parcours d’une dizaine de jours, après une sélection sévère, par le metteur en scène Olivier Maurin et le conteur Nicolas Bonneau.

Nous avons tous plus ou moins des souvenirs errants de l’histoire mythique de Jason,  fils d’Eson, roi d’Iolcos en Thessalie et descendant d’Eole, roi des vents. Son père a été écarté du trône par son oncle Pélias qui voulait tuer Jason, lequel a été recueilli par le Centaure Chiron. Jason réclamera son trône à Pélias qui promit de le lui rendre s’il rapportait de Colcide, la fameuse Toison d’or. A la tête de ses fidèles sur le navire Argo, il ira rencontrer le roi Eétès,  gardien de cette Toison d’or qui le soumettra à des épreuves. Jason en triomphera grâce à Médée, la fille du roi et amoureuse de lui. Mais, quand il revient à Iolcos, Pélias a éliminé Eson. Médée devenue son épouse, va pousser les filles de Pélias à tuer leur père. Exilés à Corinthe, Médée et Jason auront deux fils mais lui va  tomber amoureux de Créuse, la fille du roi Créon. Médée tue alors sa concurrente et pour faire bon poids, tuera aussi ses fils puis s’enfuira sur un char ailé, un cadeau du Soleil. Jason reviendra alors à Iolcos et, avec l’aide des dieux jumeaux Castor et Pollux, protecteurs des marins, il réussit à remonter sur le trône.

Chacun des  jeunes comédiens présente sa vision de Jason qui reste, malgré tout,  souvent un peu vague. Mais  ils vont nous conter avec solidité le périple de ce chef des Argonautes qui rencontrent les mangeuses d’hommes de l’île de Lemnos. Mais aussi le rapt de Médée, la magicienne dont la robe de noces s’enflamme, le dangereux retour de Jason et des Argonautes dans les brumes de la mer Noire et sa reconquête du trône usurpé par Pélias. Ces improvisations, rapides et efficaces, sont accompagnées à la guitare… «Heureux sont les pays où il n’existe pas de héros ! »

Ces improvisations à mains nues, très suggestives, nous font errer dans de vieux souvenirs. Un exercice sympathique et qui réussit à devenir en soixante-dix minutes très théâtral…

Edith Rappoport

Spectacle présenté le 5 février au Théâtre 13 Seine,  30 rue du Chevaleret, Paris (XIII ème).

 


Répondre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...