Josephine Lee, profession: magicienne

 

Josephine Lee, profession: magicienne

-Comment êtes-vous entrée dans le monde de la magie ?

-Quand j’avais dix-huit ans, on m’a proposé de danser dans un spectacle en tournée européenne du magicien hollandais Hans Klok qui  avait besoin d’une assistante de plus pour participer à l’illusion Bump In The Night et j’ai eu la chance d’être choisie. La réaction du public était si différente de tout ce que j’avais jamais expérimenté avec la danse. Et je suis devenue complètement accro à la magie….IMG_5539-1024x1020-4

- Où avez-vous appris ?

-Il y a cinq ans, j’ai commencé à créer mes propres numéros après avoir donc été longtemps l’assistante d’Hans Klok. Il m’a beaucoup appris sur la magie mais aussi sur la façon de jouer et dialoguer avec le public. Ces années de travail avec lui ont fait de moi une solide interprète mais j’ai ensuite dû apprendre à intégrer la magie dans mes numéros. Habituellement, c’est l’inverse, vous apprenez des numéros  puis l’interprétation.

J’ai été sur scène toute ma vie mais c’était comme se recycler complètement! Je devais apprendre à garder cette même confiance, tout en étant à l’aise avec les tours. La première fois que j’en ai fait  par moi-même, j’avais l’impression que c’était la première fois que je montais sur  un plateau, la magie m’avait rendu si vulnérable. Ce fut l’humble rappel que je n’aurais jamais fini d’apprendre !

-Qui vous a aidé?

-J’ai rencontré des gens vraiment formidables et les moments les plus précieux, cela a été de travailler avec d’autres magiciens, notamment avec Hans Klok et plus tard,  j’ai réalisé à quel point, ces moments étaient uniques. J’avais inconsciemment acquis des compétences -mais je ne pensais pas que cela serait  décisif pour moi- comme la conception des costumes, de la musique et des scripts,  la présence scénique,  la mise en scène mais aussi la gestion globale d’une production. Hans Klok m’a aussi  inculqué une éthique de travail que je croyais normale et  je lui en serai toujours reconnaissante.

-Comment travaillez-vous ?

-C’est selon les événements. Je joue pour des soirées d’entreprise, parfois à la télévision, mais  surtout au théâtre. J’adore le théâtre ! Depuis mon plus jeune âge, il m’a toujours semblé magique. Il n’y a rien de plus gratifiant que de se produire devant un public en direct.  Et cela vous donne la chance de perdre tout sens de la réalité.Josephine-Lee-Magician-1

-Quelles sont les magiciens ou artistes qui vous ont marqué ?

-Quand je travaillais pour The Illusionists, j’ai eu le plaisir de rencontrer Yu Hojin que je trouve absolument fascinant. Je le regardant des coulisses. Ce n’est pas un magicien, il définit le mot magie ! Chaque mouvement, chaque expression faciale, chaque instant silencieux dans un numéro est perfectionné jusque dans les moindres détails et avec  la plus grand force.

-Quels sont les styles de magie qui vous attirent ?

-J’ai toujours été fascinée par les grandes illusions. Venant de la danse, j’aime, bien sûr, être physiquement sur scène mais aussi la dynamique que ces illusions peuvent offrir. Même si elles peuvent aussi quelquefois  apparaître comme démodées. Il est donc important d’essayer de réinventer et réinterpréter beaucoup d’anciennes méthodes de manière plus « moderne ». J’aime aussi regarder la magie des cartes, simplement parce que je trouve cela très  difficile à réaliser. J’apprécie cette compétence et la discipline qu’elle demande.

-Et vos influences artistiques ?

-Surtout la musique. Sans doute grâce à ma formation de danseuse. J’écoute parfois un morceau et je peux visualiser un numéro dans ma tête. Souvent, je ne sais pas encore quelle forme va prendre un tour mais je sais ce que la musique me fait ressentir et l’émotion que je souhaite transmettre au public. C’est toujours mon point de départ.

-Que conseiller à un débutant ?

-Posez-vous autant de questions que possible et ne cessez jamais non plus de vous les poser ! Restez tard dans un bar après le spectacle: à ce moment-là, les conversations les plus créatives ont lieu avec des gens intéressants !  On n’a pas les meilleures idée à  huit  heures du matin mais dans la nuit. Ayez donc toujours  papier et un stylo à côté de votre lit.

Surtout, suivez tous les conseils que vous pouvez mais filtrez toujours ce avec quoi vous n’êtes pas d’accord. Il y a beaucoup de gens qui vous diront ce que vous devriez faire, quel devrait être votre personnage, etc. Mais en fin de compte, vous seul (e) pouvez prendre ces décisions. Vous êtes vous-même votre arme la plus puissante, alors utilisez-la et affirmez-vous !

-Quel regard portez-vous sur la magie actuelle ?

-Elle a  un nouveau souffle. Avec des spectacles théâtraux comme The Illusionists et comme Diversion et America’s Got Talent ou Britain’s Got Talent. à la télévision, la magie revient sur les écrans mais avec une touche moderne. C’est une période très excitante pour des artistes comme nous: il y a une énorme demande de magie grâce à ces événements populaires.JL-Ball-Picture1-scaled

-Dans l’approche de votre discipline, quelle est l´importance de la culture ?

-À mesure que la technologie et notre monde évoluent, la façon dont nous nous divertissons évolue aussi. Un spectacle est tellement accessible de nos jours! Il suffit d’aller sur YouTube et de taper le mot : magie… Assez inquiétant : un jour, nous n’apprécierons peut-être plus les spectacles dans une salle car nous pourrons les voir gratuitement dans le confort de notre maison. J’espère seulement qu’ils  ne disparaîtront pas pour être remplacés par des programmes télévisuels et d’Internet.

-Et en dehors de vos spectacles, que faites-vous ?

Mon partenaire et moi dirigeons la société New Motion Productions pour promouvoir mes créations. Tout a commencé il y a quelques années lorsque la firme qui produit  The Illusionists m’a demandé de créer un numéro numérique Video To Life où nous avons « donné vie » à la magie en interagissant avec un écran LED.  Mon partenaire est graphiste et nous avons commencé à créer des performances ensemble pour des entreprises, en guise d’ouverture de spectacle pour leurs événements. Nous travaillons aussi avec une grande variété d’artistes:  danseurs, acrobates et  circassiens… Cela me prend environ 99% de mon temps quand je ne fais pas de magie, mais j’adore! Cela me permet de créer des projets d’une autre façon.

Sébastien Bazou

 


Pas encore de commentaires to “Josephine Lee, profession: magicienne”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...