Quelques petits cadeaux ( suite et non pas fin)

 

Quelques petits cadeaux (suite et non pas fin)

Notre amie Ekaterina Bogopolskaia, critique russe qui vit depuis longtemps à Paris,  nous signale la saison virtuelle à 18 h de L’Electrothéâtre Stansilawski de Moscou  avec une trilogie : L’Âne d’or. Espace de travail ouvert. Le premier volet  La Composition poilue a déjà été diffusé mais vous pouvez voir le deuxième: La Composition blanche aujourd’hui  29 avril et le troisième, La Composition noire-la ville,  le 1 mai. C’est en russe mais sous-titré en anglais.

anedor2Metteur en scène,  réalisateur mais aussi  acteur et pédagogue, Boris Yukhananov élève d’Efros et de Vassiliev bien connus en France, a créé au centre de Moscou, un espace de théâtre expérimental qui existe maintenant depuis cinq ans. C’est, pour dire les choses rapidement,  à la fois un théâtre grand public et un grand laboratoire artistique avec déjà plus de cinquante spectacles présentés! Yukhananov  a mis en scène  une trilogie:  L’Oiseau bleu d’après Maeterlink et Pouchkine, des opéras comme Les Tourbillons et L’Âne d’or-Espace de travail ouvert en  développement perpétuel en trois soirées de quatre heures. Avec ldes spectateurs sélectionnés qui participent à l’action scénique.


Boris Yukhananov a aussi créé Galilée, un Opéra pour violons et un savant…  Mais aussi  Les jeux orphiques. Punk macramé sur le mythe d’Orphée et Eurydice en trente-trois actes, douze spectacles, douze  décors avec trente-trois fresques! Cela se passe  en six après-midis et six soirées. Le tout réalisé par cent jeunes metteurs en scène sortis de son Ecole de Mise en Scène Individuelle (MIR 5).  Et on a pu y voir  vu aussi des réalisations de metteurs en scène bien connus en Europe comme Théodore Terzopoulos, Roméo Castellucci,  Katie Mitchell, Heiner Goebbels…

Le théâtre  édite les programmes des spectacles, les journaux et les livres sur la création des spectacles, des textes de Boris Yukhananov sur ce qu’il appelle le processus de développement perpétuel… Une utopie mais qui a bien vu le jour il y a déjà  cinq ans et cinquante spectacles y ont été créés. Yukhananonov a réussi à créer ce grand laboratoire  d’avant-garde, avec une scène transformable capable d’accueillir une sorte de synthèse entre théâtre et opéra  que fréquente un public d’habitués et de jeunes.

Yukhananov a créé une série de voyages-spectacles ésotériques sur trois jours comme L’Oiseau bleu d’après Maurice  Maeterlink

oiseaubleu
Et en deux jours de représentation,  Le Prince constant d’après  Calderon et Pouchkine. L’Âne d’or. Espace de travail ouvert ( 2016) est fondé sur  le  processus de développement perpétuel, d’après Les Métamorphoses d’Apulée. La création du spectacle en est le thème même. Sur quatre heures par jour durant cinq jours, les comédiens  présentant chacun un module.sur le thème de L’âne d’or ».
Mais la représentation pouvait être arrêtée à tout moment  et Boris Yukhananov commentait de façon très précise le travail en  cours.

 OLYMPUS DIGITAL CAMERALa troupe de l’Electrothéâtre, mais aussi des anciens élèves de  MIR4: l’Atelier de mise en scène Individuelle, créé par Yukhananov en 1988, ont  travaillé à la réalisation de cet  L’âne d’or. De cet Espace de travail ouvert, sont sortis des metteurs en scène, comédiens, producteurs, auteurs dramatiques, compositeurs…. L’Electrothéâtre est fondé sur la recherche de nouvelles formes théâtrales et sur leur union en vue de la création. Avec  des réussites mais aussi des échecs, comme dans tout laboratoire, ce qui est normal… En tout cas, une visite dans cet espace exceptionnel du théâtre russe contemporain… Cela  fait du bien, loin des médiocres captations des compagnies françaises qui veulent à tout prix, disent-elles, garder un lien avec leur cher public…

Philippe du Vignal

Crédit photo:  Андрей Безукладников/Andrei Bezoukladnikov

 

 


Archive pour 29 avril, 2020

Quelques petits cadeaux ( suite et non pas fin)

 

Quelques petits cadeaux (suite et non pas fin)

Notre amie Ekaterina Bogopolskaia, critique russe qui vit depuis longtemps à Paris,  nous signale la saison virtuelle à 18 h de L’Electrothéâtre Stansilawski de Moscou  avec une trilogie : L’Âne d’or. Espace de travail ouvert. Le premier volet  La Composition poilue a déjà été diffusé mais vous pouvez voir le deuxième: La Composition blanche aujourd’hui  29 avril et le troisième, La Composition noire-la ville,  le 1 mai. C’est en russe mais sous-titré en anglais.

anedor2Metteur en scène,  réalisateur mais aussi  acteur et pédagogue, Boris Yukhananov élève d’Efros et de Vassiliev bien connus en France, a créé au centre de Moscou, un espace de théâtre expérimental qui existe maintenant depuis cinq ans. C’est, pour dire les choses rapidement,  à la fois un théâtre grand public et un grand laboratoire artistique avec déjà plus de cinquante spectacles présentés! Yukhananov  a mis en scène  une trilogie:  L’Oiseau bleu d’après Maeterlink et Pouchkine, des opéras comme Les Tourbillons et L’Âne d’or-Espace de travail ouvert en  développement perpétuel en trois soirées de quatre heures. Avec ldes spectateurs sélectionnés qui participent à l’action scénique.


Boris Yukhananov a aussi créé Galilée, un Opéra pour violons et un savant…  Mais aussi  Les jeux orphiques. Punk macramé sur le mythe d’Orphée et Eurydice en trente-trois actes, douze spectacles, douze  décors avec trente-trois fresques! Cela se passe  en six après-midis et six soirées. Le tout réalisé par cent jeunes metteurs en scène sortis de son Ecole de Mise en Scène Individuelle (MIR 5).  Et on a pu y voir  vu aussi des réalisations de metteurs en scène bien connus en Europe comme Théodore Terzopoulos, Roméo Castellucci,  Katie Mitchell, Heiner Goebbels…

Le théâtre  édite les programmes des spectacles, les journaux et les livres sur la création des spectacles, des textes de Boris Yukhananov sur ce qu’il appelle le processus de développement perpétuel… Une utopie mais qui a bien vu le jour il y a déjà  cinq ans et cinquante spectacles y ont été créés. Yukhananonov a réussi à créer ce grand laboratoire  d’avant-garde, avec une scène transformable capable d’accueillir une sorte de synthèse entre théâtre et opéra  que fréquente un public d’habitués et de jeunes.

Yukhananov a créé une série de voyages-spectacles ésotériques sur trois jours comme L’Oiseau bleu d’après Maurice  Maeterlink

oiseaubleu
Et en deux jours de représentation,  Le Prince constant d’après  Calderon et Pouchkine. L’Âne d’or. Espace de travail ouvert ( 2016) est fondé sur  le  processus de développement perpétuel, d’après Les Métamorphoses d’Apulée. La création du spectacle en est le thème même. Sur quatre heures par jour durant cinq jours, les comédiens  présentant chacun un module.sur le thème de L’âne d’or ».
Mais la représentation pouvait être arrêtée à tout moment  et Boris Yukhananov commentait de façon très précise le travail en  cours.

 OLYMPUS DIGITAL CAMERALa troupe de l’Electrothéâtre, mais aussi des anciens élèves de  MIR4: l’Atelier de mise en scène Individuelle, créé par Yukhananov en 1988, ont  travaillé à la réalisation de cet  L’âne d’or. De cet Espace de travail ouvert, sont sortis des metteurs en scène, comédiens, producteurs, auteurs dramatiques, compositeurs…. L’Electrothéâtre est fondé sur la recherche de nouvelles formes théâtrales et sur leur union en vue de la création. Avec  des réussites mais aussi des échecs, comme dans tout laboratoire, ce qui est normal… En tout cas, une visite dans cet espace exceptionnel du théâtre russe contemporain… Cela  fait du bien, loin des médiocres captations des compagnies françaises qui veulent à tout prix, disent-elles, garder un lien avec leur cher public…

Philippe du Vignal

Crédit photo:  Андрей Безукладников/Andrei Bezoukladnikov

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...